À Cordemais, EDF tente d'inventer le charbon vert

 |   |  1070  mots
Idée des salariés : remplacer 80% du charbon par de la biomasse, réalisée à partir de déchets végétaux ligneux et de bois de récupération.
Idée des salariés : remplacer 80% du charbon par de la biomasse, réalisée à partir de déchets végétaux ligneux et de bois de récupération. (Crédits : S. Salom Gomis/SIPA)
REPORTAGE. Pour échapper à la fermeture en 2022, la plus grande centrale à charbon de France planche sur la recette d’un combustible fabriqué à partir de biomasse, qui ne fait pas l’unanimité.

Sécuriser des approvisionnements en bois de récupération. C'est à cette occupation inédite que s'emploie la direction de Cordemais. Cette centrale à fioul et charbon, ouverte par EDF en 1970 à proximité de Saint-Nazaire, a connu quelques révolutions ces dernières années, et ça n'est pas terminé. Plan climat oblige, les installations au fioul ont été fermées en 2017 mais avec ses deux tranches à charbon de 600 MW chacune, elle reste la plus importante des quatre centrales à charbon françaises.

Depuis 2015, et la fermeture annoncée de ces tranches à l'horizon 2022, les 370 salariés du site se sont mis en quête de pistes pour justifier le maintien de la centrale au-delà de cette date butoir. Leur idée : remplacer 80% du charbon par de la biomasse. Mais pas n'importe laquelle. Aux déchets végétaux ligneux, à partir desquels d'autres entreprises fabriquent déjà des granulés (ou pellets), EDF veut ajouter du bois de récupération.

Ce bois de classe A (palettes) ou B (bois d'ameublement, issu de la déconstruction, vieilles portes et fenêtres, etc.), aujourd'hui essentiellement mis en décharge et enfoui, ou exporté pour être broyé et transformé en aggloméré, est une ressource inutilisée....

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2019 à 8:40 :
Comme solution temporaire ce n'est pas bête mais temporaire par contre.
Réponse de le 05/04/2019 à 19:18 :
Pourquoi temporaire?

Il me semble au contraire que le bois à un bel avenir dans la construction, et à terme, il ne manquera pas de bois de démolition, dans les limites du raisonnable, évidemment.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :