EDF serait prêt à racheter Efinor pour étoffer ses compétences en tuyauterie

L’énergéticien tricolore s’apprêterait à acquérir l’entreprise normande centrée sur le travail du métal Efinor, selon les informations de La Lettre A. Une opération qui permettrait à sa filiale Framatome de renforcer encore ses savoir-faire dans la tuyauterie et la soudure, alors qu’un chantier colossal dans le nucléaire civil s’amorce.

3 mn

(Crédits : Cyrille-Dupont)

Au fur et à mesure que son carnet de commandes s'étoffe, l'opérateur historique veut renforcer ses compétences. Et notamment en matière de tuyauterie, alors que les problèmes de soudure de ses réacteurs nucléaires ont régulièrement défrayé la chronique. Pour l'EPR de Flamanville (Manche), c'était par exemple un défaut des piquages, c'est-à-dire des raccordements de tuyaux, qui avait alerté le régulateur et ralenti un peu plus le chantier, toujours en cours après dix ans de retard. Même sur le parc existant, une minuscule fissuration identifiée sur les circuits secondaires de trois centrales - Civaux, Chooz et Penly -, oblige aujourd'hui EDF à analyser l'ensemble des installations, et à en mettre à l'arrêt une partie.

Face à ce constat, et à l'heure où Emmanuel Macron lui demande de prolonger le parc au maximum, mais aussi de construire six nouveaux EPR sur le territoire, EDF lorgnerait sur l'entreprise de métallurgie Efinor, selon les informations du quotidien La Lettre A. Plus précisément, ce serait sa filiale Framatome, spécialisée dans la chaudronnerie, « qui devrait en faire rapidement l'acquisition », peut-on lire dans la publication numérique. Contacté par La Tribune, EDF n'a pas souhaité faire de commentaires.

Lire aussi 4 mnNucléaire : EDF n'a pas rendu sa copie sur la faisabilité de construire 14 nouveaux EPR

Savoir-faire dans le nucléaire

De fait, un tel rachat ferait sens, puisqu'Efinor possède déjà une forte culture du nucléaire, avec un savoir-faire éprouvé sur les projets EPR, de Taishan (Chine) à Flamanville 3, en passant par celui d'Hinkley Point, au Royaume-Uni. Pour ce dernier, l'ETI normande avait même signé un contrat de 115 millions d'euros afin de réaliser, entre autres, les grandes piscines en inox destinées à recevoir le combustible, ainsi que la salle de commande.

Avec 800 salariés et un chiffre d'affaires de 76 millions d'euros en 2020, l'entreprise basée dans la Manche ne se résume cependant pas à ses activités dans l'atome civil, puisqu'elle œuvre également pour le secteur de la défense et dans le naval. Selon La Lettre A, l'acquisition projetée par Framatome, réalisée dans le cadre d'un projet baptisé « Cap23 », porterait ainsi sur la moitié du périmètre d'Efinor consacrée à l'énergie et la défense, soit huit sociétés en France et au Royaume-Uni.

« Son département projets et une partie des équipes support seraient aussi intégrés dans Framatome. 400 collaborateurs de cette ETI rejoindraient alors ses rangs », apprend-on également.

Outre l'atome civil, la prise d'Efinor, qui travaille aussi pour Naval Group sur le programme de construction des sous-marins d'attaque Barracuda, devrait donc également renforcer le positionnement de la filiale d'EDF sur le secteur de la défense.

Filiale intégrée dans Framatome

La lettre quotidienne rappelle par ailleurs qu'outre-Manche, l'entité Framatome UK s'active déjà pleinement pour la construction en cours des EPR britanniques. En effet, elle a racheté en septembre 2021 la société VirtualPIE (BHR Group), spécialisée dans l'ingénierie des fluides pour la chimie et le nucléaire, et reprendra le site britannique d'Efinor.

Dans l'Hexagone, les sept sites d'Efinor devraient eux fusionner au sein d'une nouvelle filiale intégrée à 100 % dans Framatome, toujours selon la Lettre A, tandis que les activités ingénierie d'Efinor seront rapprochées d'Olys, filiale d'ingénierie nucléaire du chaudiériste.

Lire aussi 12 mnRéformer EDF pour financer la relance du nucléaire : Paris prépare d'urgence son plan pour Bruxelles

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 30/04/2022 à 15:44
Signaler
Il serait souhaitable , qu' EDF mette en place une filière de formation , pour tous les postes sensibles de la construction EPR , avec le parc à construire , les problèmes sur les EPR en construction ,il y a urgence à former des gens sérieusement et...

le 30/04/2022 à 23:01
Signaler
EDF n'est que maître d'ouvrage. Ce sont des entreprises de construction qui construisent. EDF ne fait que l'ingéniérie et la supervision d'ingéniérie.

à écrit le 30/04/2022 à 12:27
Signaler
Très mauvaise nouvelle. Une grosse entreprise bureaucratisée et fonctionnarisée finit tjrs par detruire tout ce qu'elle rachete. Quand on travaille dans un un grand groupe avec cette lourdeur enarchique il n'y a plus aucune chance d'innover et de s'a...

le 30/04/2022 à 23:04
Signaler
Vous avez raison. S'ils prennent le rythme de travail d'EDF et avec tous ses avantages, on n'est pas sorti de l'auberge.

le 01/05/2022 à 8:37
Signaler
Depuis 1948, la grosse entreprise bureaucratisée et fonctionnarisée a construit et exploité le parc nucléaire, envié par le monde entier, qui a permis d'avoir un des kwh les moins chers de tous les pays européens ... Les français en profitent beauco...

à écrit le 29/04/2022 à 20:10
Signaler
"EDF serait prêt à racheter Efinor pour étoffer ses compétences ", à la recherche de la compétence ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.