Feu vert à un nouveau parc éolien au sud de la Bretagne

Le gouvernement a donné son feu vert au projet d'implantation d'un parc éolien flottant au sud de la Bretagne, à l'ouest de Belle-île, selon une décision parue au Journal officiel. La zone retenue est située au sud de l'île de Groix et à l'ouest de Belle-île. Cette décision intervient alors que les projets éoliens dans la baie de Saint-Brieuc et au large de Dunkerque suscitent de fortes tensions.

5 mn

(Crédits : Siemens Gamesa)

Le gouvernement a donné son feu vert au projet d'implantation d'un parc éolien flottant au sud de la Bretagne, à l'ouest de Belle-île, selon une décision parue au Journal officiel. L'éolien flottant désigne des turbines fixées sur une structure flottante sur l'eau et reliées au fond marin par différentes technologies d'ancrage pour en limiter les mouvements. Elles se distinguent ainsi des éoliennes directement posées sur le plancher océanique grâce à des fondations.

Lire aussi 5 mnL'éolien flottant : une condition sine qua non pour atteindre la neutralité carbone en France

"La procédure de mise en concurrence lancée en 2021 pour l'attribution d'un projet éolien en mer flottant d'une puissance d'environ 250 mégawatts, au large du sud de la Bretagne est poursuivie", peut-on lire dans cette décision signée par Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et publiée vendredi.

 La zone retenue est située au sud de l'île de Groix et à l'ouest de Belle-île.

"La superficie de cette zone de 130 km2 sera progressivement réduite au cours de la procédure de mise en concurrence en tenant compte des résultats des études techniques et environnementales qui vont y être menées par l'État et RTE (Réseau de transport d'électricité) et de la poursuite de la concertation avec les usagers de la mer, en particulier les professionnels de la pêche (...)", selon le même document.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a publié sur son site internet un appel aux candidatures d'entreprises ouvert jusqu'au 1er juillet.

Une seconde procédure de mise en concurrence a vocation à être lancée ultérieurement pour un second projet éolien en mer flottant d'une puissance maximum d'environ 500 mégawatts".

Ce projet fait partie des quatre fermes pilotes sélectionnées (Faraman, Gruissan, Leucate, Groix-Belle-Ile) et qui doivent être installées en 2023 pour un total de 24 mégawatts (MW). A plus long terme, trois projets commerciaux sont également prévus : un en Bretagne Sud et deux en Méditerranée. Pour le premier, la puissance attendue est de 250 MW avec une extension possible pour un second parc de 500 MW. La zone maritime précise retenue doit être dévoilée prochainement. S'en suivra la phase de sélection du producteur, en charge de ce premier parc. Les deux projets en Méditerranée, de respectivement 250 et 500 MW, sont quant à eux moins avancés. Un débat public est prévu au second semestre de l'année.

En France, cette technologie émergente est notamment indispensable pour couvrir les façades atlantiques et méditerranéennes car la profondeur des fonds, qui s'accentue très rapidement, ne permet pas d'installer des éoliennes posées, dont l'équation économique n'est pas tenable au-delà de 50 mètres de profondeur.

A l'horizon 2030, la France vise entre 8 et 10 gigawatt (GW) de puissance installée dans l'éolien en mer. A cet horizon, nous n'aurons pas un besoin spécifique de l'éolien flottant en exploitation. En revanche, pour des objectifs de l'ordre de 50 GW de capacité installée en 2050, là, nous aurons besoin de l'éolien flottant, et de manière majoritaire", a affirmé la semaine dernière Régis Boigegrain, directeur exécutif des affaires maritimes de RTE, le gestionnaire du réseau de transport électrique, à l'occasion d'un point presse ce mardi 11 mai. "L'éolien flottant en France va être nécessaire pour tenir nos objectifs de neutralité carbone. L'objectif est de passer à la vitesse commerciale", avait-il ajouté.

Les pêcheurs veulent l'annulation du projet dans la baie de Saint-Brieuc

Cette décision intervient alors le projet éolien en baie de Saint-Brieuc, suscite de vives tensions entre pêcheurs et l'opérateur Ailes Marines, qui appartient à 100% au groupe espagnol Iberdrola. Les travaux du chantier ont officiellement démarré le 3 mai. Les pêcheurs réclament l'annulation de ce projet, qui doit être mis en service fin 2023, y voyant une menace pour la riche biodiversité marine. Le 14 mai à Erquy, à proximité du chantier off-shore, le ton était monté entre des pêcheurs, des vigiles et un huissier présent. Les gendarmes étaient intervenus faisant usage de lacrymogène, selon la presse locale.. Vendredi, certains pêcheurs ont été condamnés pour violences et menaces de mort, à l'encontre de gendarmes et de vigiles du chantier. Le procureur Bertrand Leclerc a indiqué que sept marins interpellés "ont reconnu, selon leur degré de participation respective", des faits de "violences sur les gendarmes, de menaces de mort sur les gendarmes et les vigiles du site, dégradations volontaires et outrages".

Tensions également à Dunkerque

Les tensions sont également palpables dans le Nord. Des associations, dont la Ligue de protection des oiseaux et le collectif d'habitants "Vent debout" s'opposent au projet d'éoliennes offshore à une dizaine de km du littoral dunkerquois en limite des eaux belges. Six partis politiques du littoral réclament depuis le début de l'année l'organisation d'un référendum sur ce projet qui doit sortir des eaux en 2027, estimant que la "transition énergétique" ne peut se faire "contre" les citoyens. Une demande refusée par Barbara Pompili. Le projet doit  sortir des eaux à l'horizon 2027.

"L'éolien offshore est vital" dans une "logique de décarbonation", une "énergie très compétitive", "incontournable pour atteindre l'objectif de 40% d'énergie renouvelable dans notre mix électrique en 2030", avait déclaré la ministre.

Le parc, d'environ 50 km2 et situé à une dizaine de km des côtes près des eaux territoriales belges, devrait être composé de 46 éoliennes, hautes de 225 à 300 mètres de haut, pour 600 MW de capacité. En juin 2019, le groupement EDF renouvelables, Innogy et Enbridge a remporté l'appel d'offre pour la construction et l'exploitation du parc, prévu en zone Natura 2000. RTE est chargé du raccordement au réseau électrique terrestre.

Le gouvernement belge, préoccupé entre autres par l'impact visuel pour le tourisme et pour les routes maritimes du port d'Ostende, avait proposé de modifier l'implantation des éoliennes pour en faire un parc franco-belge, bien plus loin des côtes.

Barbara Pompili avait défendu le projet dans son emplacement actuel, et proposé de "réfléchir à un nouveau projet en mer du Nord qui serait cette fois-ci conjoint".

5 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 26/05/2021 à 14:47
Signaler
bravo au gouvernement francais qui semble prendre conscience du gouffre financier sans fond que represente le nucleaire. Le reste du monde a deja choisi l eolien car moins cher et plus rapide a mettre en oeuvre . resultat pour les contribuables franc...

à écrit le 26/05/2021 à 14:43
Signaler
bravo au gouvernement francais qui semble prendre conscience du gouffre financier sans fond que represente le nucleaire. Le reste du monde a deja choisi l eolien car moins cher et plus rapide a mettre en oeuvre . resultat pour les contribuables franc...

à écrit le 24/05/2021 à 1:30
Signaler
Avec l'élevage intensif il n'y aurait pas assez de Bio-caca à brûler en Bretagne?

à écrit le 23/05/2021 à 21:34
Signaler
Une très bonne initiative qui va amener de l'electricité gratuitement (en utilisant uniquement les forces de la nature). Espérons seulement que le vent du large sera suffisamment constant dans ce coin de France. Ceci dit, c'est pour quand l'install...

à écrit le 23/05/2021 à 18:23
Signaler
La France constitue le deuxième gisement éolien d'Europe (après le Royaume Uni) grâce à son exceptionnelle façade maritime. Cette situation lui permet de bénéficier de vents importants et constants. La Bretagne qui est très déficitaire en moyens de p...

à écrit le 23/05/2021 à 3:36
Signaler
Nos centrales sont vieilles donc il est plus pertinent et bien moins risqué de les remplacer par des renouvelables. Le nucléaire est autour des 130 euros le MWh à Flamanville. La Sfen prétend qu'il pourrait atteindre 70 euros le MWh mais il a une cou...

le 23/05/2021 à 9:42
Signaler
Vous oubliez l'intermittence et les centrales à gaz qui vont avec. Et vous oubliez aussi, dans vos coûts, les problématiques de raccordement au réseau qui coutent bonbon pour l'éolien surtout off shore. Il faut cependant bien sûr, développer l'éolien...

le 23/05/2021 à 11:04
Signaler
Nos vieilles centrales peuvent encore fonctionner des dizaines d'années. Comparer par ailleurs le prix du renouvelable au nucléaire ou autre n'a aucun sens. Le prix du renouvelable ne viendra que s'ajouter au prix du nucléaire, du gaz.... au coût du ...

à écrit le 22/05/2021 à 21:16
Signaler
Ce projet de parc éolien offshore va-t'il lui aussi être attaqué par des associations écologistes proches de EELV ?

à écrit le 22/05/2021 à 20:36
Signaler
La France c'est 1℅ de la pollution mondiale ,Chine,USA,Inde en autres c'est des nombres à deux chiffres .. Nous avons 80℅ d'énergie produit par le nucléaire ,nous dépensons des fortunes pour de nouveaux réacteurs .Pourquoi le Français doit être celu...

le 22/05/2021 à 23:00
Signaler
Et le pire est à venir quand Macron va être réélu l'année prochaine : le conservatoire du littoral, le code de l'environnement et le code du patrimoine (comme le défenseur des droits et la cnil) vont prendre de sacrées claques !

à écrit le 22/05/2021 à 19:17
Signaler
L'idéal serait de les installer afin d'empêcher les bateaux usines de tout détruire. La pêche oui mais avec des chalutiers.

à écrit le 22/05/2021 à 16:44
Signaler
la France un jardin ? juste une poubelle de millions de tonnes de béton et de structures métalliques, et une gabegie d'argent public vers des financiers assoiffés des fonds du bien commun. tant qu'à l'argument de la neutralité carbone, juste bon à ...

à écrit le 22/05/2021 à 16:07
Signaler
C'est pour ce mettre les verts de terre dans la poche ça va défigurer le paysage au lieu de garder le nucléaire qui ne pollue pas du tout .

à écrit le 22/05/2021 à 16:03
Signaler
C'est pour ce mettre les verts de terre dans la poche ça va défigurer le paysage au lieu de garder le nucléaire qui ne pollue pas du tout .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.