Gaz : 10.000 abonnés français menacés de coupure

 |   |  247  mots
Selon la loi sur la consommation du 18 mars 2014, les abonnés concernés sont notamment ceux, professionnels, qui consomment plus de 200 mégawattheures par an.
Selon la loi sur la consommation du 18 mars 2014, les abonnés concernés sont notamment ceux, professionnels, qui consomment plus de 200 mégawattheures par an. (Crédits : reuters.com)
Les professionnels, qui depuis le 1er janvier n'ont plus le droit de bénéficier de tarifs réglementés, devraient recevoir dans les prochains jours un courrier de la Commission de régulation de l'énergie, afin qu'ils souscrivent à une offre de marché avant le 30 juin.

Dix-mille abonnés au gaz naturel pourraient bientôt se voir menacés d'interruption d'alimentation. Selon Les Echos, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) s'apprêterait en effet à envoyer un courrier en ce sens à ceux n'ayant pas encore souscrit à une offre de marché, bien qu'ils n'aient plus droit, depuis le 1er janvier 2015, aux tarifs réglementés.

Ils seraient sommés de choisir un fournisseur et un contrat spécifique avant le 30 juin. Pour ce faire, ils seraient orientés vers le site d'information public Energie.info.fr, qui recense et compare les fournisseurs et les offres.

Une offre transitoire pendant six mois

Selon la loi sur la consommation du 18 mars 2014, les abonnés concernés sont notamment ceux, professionnels, qui consomment plus de 200 mégawattheures par an. Au début de l'année, ils étaient entre 20.000 et 60.000 (acteurs publics, PME et copropriétés surtout) à ne pas s'être mis en règle.

Ils bénéficient d'une offre de marché transitoire proposée pour la plupart d'entre eux par GDF Suez (aujourd'hui Engie) qui expire à la fin de juin. Plus de 10.000 n'auraient toutefois pas encore choisi quel sera leur fournisseur après cette date.

Ce qu'il adviendra des abonnés qui ne réagiront pas au courrier reste toutefois encore non précisé. GDF doit théoriquement suspendre leur approvisionnement, mais l'hypothèse paraît peu probable. Selon Les Echos, un nouveau délai pourrait leur être accordé par les pouvoirs publics.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 13:18 :
Ce n'est qu'une institutionnalisation d'une tarification à la tête du client. Ou est l'Egalité et la Liberté de choix des Français ? N'importe comment, l'état n'a pas le droit de forcer qui que ce soit à signer un contrat sous la contrainte. Il peut donc se garder ses sommations...
a écrit le 18/05/2015 à 11:04 :
Comment cela ces clients ne se sont pas précipités sur les offres alternatives! La concurrence bénéficie paraît-il au consommateur dixit la commission européenne ils vont pouvoir le vérifier! seront-ils gagnants c'est une autre question!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :