Japon : discussions en vue d'une alliance dans le nucléaire

 |   |  433  mots
Tokyo Electric Power Company Holdings (Tepco), Hitachi, Toshiba et Chubu Electric Power ont entamé des négociations en vue d'un éventuel partenariat dans le nucléaire.
Tokyo Electric Power Company Holdings (Tepco), Hitachi, Toshiba et Chubu Electric Power ont entamé des négociations en vue d'un éventuel partenariat dans le nucléaire. (Crédits : Issei Kato)
Les compagnies japonaises Hitachi, Toshiba, Tokyo Electric Power (Tepco) et Chubu Electric Power sont en négociations pour créer un partenariat dans le domaine nucléaire, selon le quotidien Nikkei.

Quatre des plus grands exploitants et constructeurs de centrales nucléaires ont entamé des pourparlers en vue d'un possible partenariat dans un secteur qui peine à rebondir après la catastrophe de Fukushima il y a sept ans, a indiqué mercredi à l'agence Reuters une source ayant connaissance du dossier.

Une alliance dédiée d'abord au démantèlement des anciens réacteurs

Tokyo Electric Power Company Holdings (Tepco), Hitachi, Toshiba et Chubu Electric Power ont, tous les quatre, signé un accord préliminaire dont le contenu doit être précisé au cours des discussions, a précisé la même source.

Le quotidien Nikkei a révélé que les compagnies avaient engagé des pourparlers pour une alliance, avec pour premier objectif de démanteler les anciens réacteurs nucléaires.
Il pourrait s'étendre à la construction et à l'entretien de centrales nucléaires, une telle initiative étant susceptible d'initier une vaste réorientation stratégique de l'industrie nucléaire au Japon, selon le Nikkei.

"Il y a une logique à coopérer sur la scène nationale. Quatre bilans sont mieux qu'un quand il s'agit des risques liés au nucléaire", a commenté Tom O 'Sullivan, fondateur du cabinet de consultation dans le domaine de l'énergie, Mathyos Japan.

Contactés par Reuters, les quatre groupes ont dit qu'ils avaient des discussions régulières entre eux. En ce qui concerne les projets de démantèlement et construction de nouveaux réacteurs, Hitachi a démenti les détails de l'article du Nikkei.
Le secteur nucléaire japonais fournissait environ 30% de l'électricité du pays avant le tsunami de mars 2011.

Le Japon disposait de 54 réacteurs avant la catastrophe de Fukushima

Tous les réacteurs ont dû obtenir une nouvelle licence de la part du nouveau régulateur, la catastrophe ayant mis en lumière les déficiences réglementaires et opérationnelles du secteur.

fuku

Lire aussi : Fukushima: le gouvernement japonais reconnu coupable de négligence

Neuf réacteurs ont obtenu le feu vert des autorités pour redémarrer, après avoir engagé des dépenses importantes pour répondre aux nouvelles normes de sécurité.
Chubu et Tepco n'ont redémarré aucun réacteur à ce jour.

Le Japon disposait de 54 réacteurs en activité avant la catastrophe, mais les entreprises du secteur ont annoncé depuis lors des projets de démantèlement de 9 d'entre eux, en plus des 6 réacteurs de Fukushima où le processus de nettoyage du site devrait prendre des dizaines d'années.

Lire aussi : Tepco envisage de démanteler toute la centrale de Fukushima

( Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2018 à 14:25 :
Chubu, Hitachi, et Thoshiba doivent être au bord du dépôt de bilan pour avoir l'idée saugrenue de vouloir fusionner avec Tepco (qui est un mort vivant sur le plan financier).
Je suis simplement curieux de savoir se que l'Etat japonais va encore engloutir comme fonds dans cet attelage de bras cassés. Perso je n'y investirait pas même un Bolivar...
Réponse de le 23/08/2018 à 19:47 :
Les japonais se rendent compte qu’il leur est impossible à moyen terme de sortir du nucléaire (et c’est pas faute de vouloir). Donc il va falloir qu’ils se mettent à pratiquer le nucléaire correctement. C’est visiblement le but de cette alliance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :