EDF veut que la contribution du nucléaire soit reconnue dans la lutte contre le réchauffement climatique

 |  | 800 mots
Lecture 4 min.
Avec cette taxonomie européenne, se pose la question de quelle souveraineté accorde-t-on aux Etats pour faire leur transition selon leur histoire et leurs technologies existantes, a fait valoir Carine de Boissezon.
Avec cette taxonomie européenne, se pose "la question de quelle souveraineté accorde-t-on aux Etats pour faire leur transition selon leur histoire et leurs technologies existantes", a fait valoir Carine de Boissezon. (Crédits : Frederic Paulussen)
Le géant de l’électricité redoute que le nucléaire ne soit exclu du texte européen sur la taxonomie, dont l’objectif est de donner aux investisseurs la liste des activités pouvant être considérées comme bénéfiques pour le climat.

Quels investissements permettront d'atteindre la neutralité carbone en 2050 ? A l'heure où Bruxelles planche sur la question, par la mise en place d'une future taxonomie qui flécherait les financements vers des activités « vertes », EDF plaide pour intégrer le nucléaire - qui émet peu de CO2 - dans la classification.

« On appelle à ce que [celle-ci] soit neutre technologiquement, qu'elle soit basée sur une approche scientifique et rigoureuse. Aucune technologie bas carbone ne devrait être écartée, alors qu'il y a urgence », a déclaré Carine de Boissezon, directrice du Développement durable de l'entreprise, lors d'une conférence de presse ce jeudi 8 avril.

Car pour l'instant, la place de l'énergie atomique sur cette fameuse liste n'est pas encore tranchée. Fin avril, la Commission européenne doit détailler dans un acte délégué - l'équivalent en droit européen d'un décret d'application - les critères précis de la taxonomie, de manière à répertorier les secteurs d'activité les plus vertueux pour le climat. Si le nucléaire n'y figure pas encore, « la Commission va statuer dans les prochains mois », a expliqué Carine de Boissezon. De fait, il fait encore l'objet d'évaluations d'experts, pour s'assurer que cette énergie contribue bien à l'un des grands objectifs environnementaux européens.

Lire aussiUE : Des experts pour classer en "vert" les investissements dans le nucléaire

Des enjeux conséquents

Alors, depuis des mois, le nucléaire et le gaz jouent des coudes pour en faire partie. « Nous attendons un acte délégué plus tard qui inclura le nucléaire. [...] Nous espérons que sa contribution dans sa lutte contre le changement climatique sera reconnue », a souligné la directrice du Développement durable d'EDF. Et de couper court à la comparaison avec le gaz naturel : « On ne peut pas les mettre dans le même panier. Le nucléaire n'émet que 12 gCO2/kWg, contre 400 pour le gaz ! »

« L'Union européenne reconnaît l'impact positif de cette énergie dans la lutte contre le changement climatique. A priori, il a été validé par le centre de recherche européen, car il n'a pas plus d'impact que les autres énergies retenues. Le seul enjeu étudié porte sur la problématique des déchets nucléaires », a signalé Carine de Boissezon.

Pour le fournisseur d'électricité, les enjeux sont considérables. La décision jouera sur sa capitalisation boursière et l'attractivité de ses financements. Et donc sur sa compétitivité à l'heure où plusieurs pays comme la Pologne, la République tchèque envisagent de passer au nucléaire. En se basant sur les dépenses en capital, sa compatibilité avec les critères de la taxonomie serait de 43 % si le nucléaire était exclu, contre 96 % dans le cas contraire. « Si l'on veut réussir la transition énergétique, on aura besoin d'investissements importants. Ce n'est pas intelligent de nous rajouter des obstacles, avec un coût supplémentaire pour la collectivité », a fait valoir Bernard Descreux, directeur financement et trésorerie chez EDF.

Concurrence étrangère

EDF est loin d'être seul à défendre le rôle de l'énergie nucléaire dans la transition vers la neutralité carbone. Fin mars, les chefs d'Etat et de gouvernement de sept Etats européens, dont la France, avaient lancé dans une lettre adressée à la Commission un « appel d'urgence pour assurer des règles du jeu équitables pour l'énergie nucléaire dans l'UE, sans l'exclure des politiques et des avantages climatiques et énergétiques ». D'autres pays comme l'Allemagne et l'Autriche s'y étaient opposés.

« En Chine ou au Canada, des taxonomies existent et reconnaissent le nucléaire comme une énergie durable. Et les Etats-Unis lui ont également donné ce statut », a défendu Carine de Boissezon. Dans ce contexte, le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, avait dit craindre qu'en cas d'exclusion de l'énergie atomique, « les seules centrales nucléaires qui seront construites dans l'Europe des Vingt-Sept ne pourront l'être qu'avec des financements de banques russes, chinoises ou américaines ». « Pour une industrie qui a autant d'impact positif au niveau des emplois, à l'heure où on s'intéresse aux enjeux de relocalisation, il serait intéressant de l'associer avec le financement compétitif qui va avec », a ajouté Carine de Boissezon.

Lire aussiContre le greenwashing, la liste européenne des actifs verts fait débat

La question divise également les ONG environnementales. « Stop à l'offensive du gaz fossile et du nucléaire contre la taxonomie verte européenne », demandait fin mars le Réseau Action Climat, appelant le gouvernement à s'y opposer publiquement. Mais le 2 avril, 46 associations avaient interpellé la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, afin d'y inclure l'énergie atomique, regrettant que l'Union européenne reste dépendante des combustibles riches en carbone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2021 à 11:25 :
C'est ENORME :le nucléaire , premier réchauffeur de la France , devrait être reconnu dans la lutte contre le réchauffement climatique ???
Un réacteur nucléaire c'est 30 % d'électricité produite et 70 % de chaleur relâchée dans l'environnement :c'est supérieur à ce que relâchent les automobiles particulières(je ne parle pas des camions), j'ai fait le calcul.
Il y a le problème du CO2, mais la filière oublie (souvent avec colère) de comptabiliser le bilan minier et transformation de l'uranium, et -chut-la vapeur d'eau...
a écrit le 10/04/2021 à 17:09 :
Je connais beaucoup de jardiniers qui comprennent parfaitement les commentaires sur les remarques faites par EDF au sujet du nucléaire. Peut être y en t-il qui n'ont jamais été à l'école, ou qui n'ont fait qu'apprendre avec trop de bourrage de crane les règles de syntaxe de BOILEAU et la grammaire du XVII iéme siècle.

Quant à ceux qui défendent le nationalisme nucléaire, peut être ont-ils oublié que les anciennes centrales nucléaires avaient été conçues pour ne durer que trente ans (on a prolongé leur durée de vie d'abord à quarante ans, puis depuis peu à 50 ans). Peut être ne s'avent-ils pas pourquoi une centrale nucléaire ne doit pas durer beaucoup plus longtemps. Peut être ne savent-ils pas pourquoi les parois des réacteurs finissent par développer des craquelures qui les fragilisent , ou encore que les réacteurs à uranium sont par nature thermiquement instables (contrairement aux réacteurs au thorium ), et pourquoi il est nécessaire de renforcer les dispositifs de sécurité de leur refroidissement et que le coût du nucléaire finisse par devenir beaucoup plus élevé que prévu. Et qui ignorent que d'autres solutions puissent exister, qui soient à la fois plus efficaces, plus sûres, encore plus propres et aussi nettement moins chères et qu'ils n'y a pas à être obsédé par ce qui se fait en Allemagne que ce soit en bien ou en mal, et surtout quand en Allemagne le courant électrique est de tres loin le plus cher de toute l'Europe.
Réponse de le 11/04/2021 à 0:40 :
Travaillant dans le domaine, les "craquellures qui fragilisent" la cuve m'a bien fait rire.
Le vieillissement de la cuve est strictement contrôlé.
De plus, parler de durée de vie d'une centrale n'a pas de sens car tous les composants sont remplacés périodiquement (sauf la cuve qui est contrôlée).

Définissez alors ce qu'est un réacteur dit "vieux" ? Démantelez vous votre maison si elle atteint 40 ans ? Non, sauf si le toit risque de vous tomber sur la tête !

Enfin pourquoi blamez-vous cette enegie en avançant ces choses fausses ? Cela ne fait pas avancer le débat.

Il n'existe d'ailleurs pas de solution miracle au probleme de dereglement climatique malheureusement...
a écrit le 09/04/2021 à 17:14 :
Alors que les fumées des centrales à charbon allemandes attaquent les poumons des citoyens européens, alors que la Chancelière se démène pour favoriser l'importation en Europe du gaz naturel russe qui brûlera en crachant le CO2,les administratifs de Bruxelles s'efforcent de convaincre la population européenne que les centrales nucléaires françaises ,qui n'émettent ni CO2 ni fumées agressives, doivent être arrêtées comme ce fut le cas à Fessenheim en raison d'un danger que les accidents de Tchernobyl et Fukushima ne parviennent pas à démontrer tant a été grande la négligence des responsables de ces centrales en matière de sûreté nucléaire.
a écrit le 09/04/2021 à 17:04 :
Energie nucleaire ? Laquelle ? Celle des EPR qui ne sont toujours pas complétement homologués et mis en service apres plus de dix ans de construction ? Mais avec quels réacteurs nucléaires pourra t-on produire l'énergie dont on aura besoin d'ici 10 ans quand une trentaine de réacteurs nucléaires devront être démantelés.
Et de se demander pourquoi on ignore toujours aussi superbement ce qui avait été dit au cours de la COP 21 à savoir que l 'accélération de la transition énergétique et lutte contre le réchauffement climatique plus efficace ne sauraient être assurés sans une réduction massive des coûts de production d'énergie vertes.
Et pour lesquels il faudrait un peu mieux s'intéresser aux solutions techniques plus avancées qui permettent d'y parvenir et qui existent, mais que visiblement on néglige et/ou on ignore encore beaucoup dans les milieux industriels technologiques mais surtout encore dans les milieux financiers et administratifs.
Sachant que ce n'est pas en cherchant à subventionner davantage les solutions "établies" trop peu récentes et trop peu avancées qui sont en fait trop peu efficaces et beaucoup trop chères que l'on y parviendra, surtout quand presque partout l'argent public vient dramatiquement à manquer. Il serait peut être temps de retrousser les manches et de commencer à un peu mieux s'intéresser à ces questions et à regarder d'un peu plus pres à ce qui a déjà été ailleurs accompli .
Réponse de le 09/04/2021 à 19:23 :
Commentaire incompréhensible: dommage!
Réponse de le 11/04/2021 à 0:45 :
Il n'existe pas d'énergie verre ou d'énergie propre. Aucun moyen de production d'énergie n'est parfait. Il faut bien évaluer les spécificités de chacun et surtout savoir quel est le plus gros problème auquel nous faisons face.
a écrit le 09/04/2021 à 16:56 :
E D F . la centrale de Brénnilis en bretagne. aurait polluée par rejet la nappe phréatique au TRITIUM d apres des enquettes( de MR marzin
a écrit le 09/04/2021 à 16:12 :
EDF a raison de défendre l'idée que le nucléaire protège l'environnement c'est vrai totalement vrai (peu de rejet de CO2 dans l'atmosphère). Il faut gérer les déchets et réduire le nombre et la quantité de déchets nucléaire HAVL. Il y a des moyens physique pour celà (voie laser ou réacteur de 4eme génération). Il faut définir un principe de sécurité dans la gestion des déchets et du changement de combustible dans les réacteurs français. Les réacteurs français doivent fonctionner normalement et pas forcement en pleine puissance. (meilleur recyclage , moins production du plutonium qui faut recycler totalement dans le MOX). La recherche dans le monde nucléaire doit continuer et avancer vers plus de sécurité et plus d'automatisme ( informatisation du contrôle commande, utilisation des barres de commande pour réduire la puissance de la réaction). Le nucléaire a et aura toujours un avenir en Europe. Vive l'EPR de Flamanville.
Réponse de le 11/04/2021 à 10:35 :
Oh oui vive kl'EPR de Flamanville, 15 milliards au lieu de 3 mais cx'est pas grave c'est le contribuabke Français qui paiez toutes lkes arreurs accumulées sur 10 ans et une belle réusêsitrte technologique, mais peut e lorsqu'il fonctionnera.... un jour
a écrit le 09/04/2021 à 16:07 :
Et les écolos sectaires comme une nuisance absolue.
a écrit le 09/04/2021 à 15:16 :
Eh oui "bruxelles" est bien un empêcheur de tourner en rond pour EDF, la SNCF ou AIR FRANCE, toutes ces entreprises, jadis d'Etat, à moitié privatisées ou scindées comme la SNCF et demain EDF en 3 départements distincts. Et je comprends les inquiétudes d'EDF de voir lesv 33% de taxes sur nos factuyres être baissées en ne prenant pas en compte le célèbre "nuclaire" Français qui ne prend pas en compte les milliards qu'iul faudra dépenser pour le délmandèlement des vieilles centrales comme Fessenheim
a écrit le 09/04/2021 à 11:44 :
Cela est frappé du bon sens qu'on a besoin de nucléaire pour lutter contre le changement climatique... Mais nos "amis" (lire ennemis pour la course à la suprématie en Europe) Allemand vont tout faire pour torpiller l'avance technique et technologique qu'à la France dans ce domaine. Elle a fait tomber l'agriculture Fr, elle a phagocyté l'aéronautique FR, elle va dépasser cette année l'industrie de l'armement FR, elle veut la peau de la filière nucléaire française... Les écolos anti-nucléaires sont les idiots utiles à la domination germanique
a écrit le 09/04/2021 à 10:37 :
Ou l'art de tenter de sauver sa peau alors que tous les indicateurs économiques sont au rouge !
Telle est la formulation pour désigner la tentative d'EDF pour tenter de sauver son mammouth nommé "nucléaire".
Est-il besoin de rappeler que le réacteur le plus ancien de France installé en Bretagne (Brennilis) qui a fonctionné de 1967 à 1985 est toujours en cours … de démantèlement et ce pour quels coûts alors qu'il s'agit d'un "petit" réacteur (70 MW) ?!
Actuellement , le site d'enfouissement CIGEO (centre industriel de stockage géologique) de Bure affiche des investissements colossaux juste pour … enfouir des déchets hautement radioactifs !!!
Disparue l'idée de la transmutation (rendre inerte les déchets radioactifs) !
Bref , un leurre technologique mais surtout une ardoise financière pour les contribuables et consommateurs surtout quand on voit les rebondissements qui accompagnent la construction de l'EPR de Flamanville (passer de 3 à 19 Milliards d'euros , c'est juste une "paille" !)
Il aurait mieux valu investir dans un programme massif de rénovation thermique en France (avec toitures solaires thermiques).
Réponse de le 09/04/2021 à 14:46 :
L'ardoise financière est importante surtout lorsque l'on investit dans des technologies non rentables comme l'éolien qui ne brasse, à part l'argent des contribuables, du vent. Exemple : le parc éolien Yeux-Noirmoutier, vendu pour 496 MW n'en produira jamais que 50% la moitié du temps ; l'usine de Porcheville (Yvelines), non nucléaire, avait une production de 2400 MW pilotés, arrêtée maintenant. Quant à l'EPR de Flamanville, il ne fallait pas le confier à des incompétents. Le même EPR chinois (avec l'aide d'EDF) à été mis en production en 2018 (https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/la-chine-met-en-service-le-1er-reacteur-epr-au-monde-239019). Pour la rénovation thermique, tout ne s'y prête pas. Les panneaux solaires autres technologie intermittente et non pilotable, comme le vent.
a écrit le 09/04/2021 à 10:35 :
La sécurité nucléaire doit être la priorité et EDF continuera dans le monde nucléaire. Le parc electronucléaire doit etre entretenur, maintenu et modernisé. VIve l'EPR de Flamanville. Il n'y a pas de superiorité nucléaire en France mais des reacteurs qui fonctionne, qui sont entretenu et maintenu et qui vieillissement normal. l'etude des reacteurs en vieillissement est une chose importante. On est pas dans le syndrome de tchernobyl et de fukushima Il faut un formation pointu en radioprotection et sur la conception des reacteurs nucéaire et ne jamais prétendre que la solution se trouve en 5 minutes, qu'on sait tout faire.Le nucléaire c'est un travail d'equipe et d'analyse du comportement des reacteurs. A la sureté nucléaire et à l'ASN.
a écrit le 09/04/2021 à 10:19 :
Il va falloir que le gouvernement dise clairement s'il accepte de se coucher devant les désirs des membres du Parlement Européen, de la Commission ... et de l'Allemagne !
Les formules du genre "on parlera du nucléaire plus tard : pour l'immédiat, on bénit le reste" ne trompent personne!
a écrit le 09/04/2021 à 10:00 :
Le nucléaire devient indispensable, c'est, malheureusement, vrai ; toutes les circonvolutions contraires restent des circonvolutions.
a écrit le 09/04/2021 à 9:25 :
La photo qui accompagne est déjà un signe de la position écologiste de la personne qui a écrit l'article. Il est dans la ligne écologiste d'accompagner son idéologie d'arguments faux. La photo représente des tours de refroidissement. A ce titre elles emettent moins de rejets toxiqiues que votre poêle à frire quand vous faites cuire un oeuf
a écrit le 09/04/2021 à 8:57 :
Si l'UE fait le mauvais choix de l'exclusion du nucléaire comme actif vert, les pays membres devront exiter dare-dare
a écrit le 09/04/2021 à 8:57 :
Si l'UE fait le mauvais choix de l'exclusion du nucléaire comme actif vert, les pays membres devront exiter dare-dare
a écrit le 09/04/2021 à 8:53 :
Nous sommes le pays le plus nucléarisé du monde et les allemands nous détestent mais ce sont eux qui dirigent l'UE donc il est évident que comme d'habitude ils vont tout faire pour nous mettre des bâtons dans les roues pendant que notre classe dirigeante française se prosterne devant eux.

Vite un frexit, quitte à terminer pauvres autant devenir libres.
a écrit le 08/04/2021 à 23:18 :
Je suggere que vous lisiez Secret Fallout par l'eminent Dr Ernest Sternglass pour comprendre comment le nucleaire a empoisonne la sante et l'intelligence de la population occidental depuis les annees 50. Pour ne mentionner pas comment il a mis la France en banqueroute. Et le prix de l'electricite domestique est maintenant plus de €0.15 le kWh heures pleines.

Le potentiel economique - economique - en solaire thermique de l'Algerie seule est egal a 12.000 EPR de 1.6 GW chacun. Douze mille EPR. Afrique du Nord a un potentiel economique de 28.000 reacteurs nucleaires EPR. Meme l'Espagne a un potentiel de 92 EPR.

Qui est l'idiot? Ceux qui veulent construire des CNPE pour nous tuer avec radiation ou les ecolos qui veulent utiliser solaire thermique, sans carburant quelque ce soit et pompes a chaleur qui reduit la consommation de l'electricite de chaque foyer par 4?

Pour le cout de l'EPR Flamanville on aurait pu DONNER un pompe a chaleur a 2.000.000 foyers et FERMER SIX CNPE de la serie 900MWe etants superflu.
Réponse de le 09/04/2021 à 1:06 :
Et la nuit ?
Réponse de le 09/04/2021 à 8:54 :
Oui le potentiel solaire est énorme... chez les autres (à moins que vous ne visiez un nouveau cycle colonial?)
Ok Flamanville a couté 2 000 000 de pompes à chaleurs, et ? (pac qui soit dit en passant fonctionne beaucoup mieux quand on met de l'électricité dedans... on voit pas bien la causalité pour la fermeture des CNPE) quels sont les conclusions, quel est votre avis, quelle solution ?
encore un commentaire sans queue ni tête, un amas de phrase, posé là, en espérant que cela en sorte une vérité à laquelle seul l'auteur croit...
Réponse de le 11/04/2021 à 1:00 :
Si l'on compte l'énergie solaire qui frappe la terre, bien sûr que l'on arrive à un potentiel vertigineux. Mais ce n'est pas le facteur limitant. L'énergie solaire est diffuse et donc nécessite beaucoup de ressources pour être captée (pour la fabrication des panneaux solaires) et stockée (batterie, STEP). Elle a également une forte emprise au sol.
En prenant tous les éléments en compte, le solaire photovoltaïque ne pourra jamais remplacer les énergies pilotables fossiles, hydraulique et nucléaire pour la production d'électricité. Sauf si l'on divise notre niveau de vie par 50?!
a écrit le 08/04/2021 à 20:57 :
Sauf qu ' il faut prendre l' intégralité du cycle dans le calcul... La france et edf ne veulent tenir compte que de la partie production. Qu'en est il de la construction et des millions de m3 de béton. Puis du démantèlement... Combien de camions, trains depuis fessenheim vers l'usine de retraitement de la hague pendant 20 ans ? Tout de suite cela devient moins vert...
Réponse de le 09/04/2021 à 8:56 :
Vous connaissez mal votre sujet. Le nucléaire utilise beaucoup moins de béton, d'acier et de verre que quasi toutes les autres énergies si on ramène ces matières (très couteuses en carbone pour leurs productions) au kw produit (lire par exemple le livre de Bill Gates page 129)..et la différence est énorme. ne parlons même pas de l'utilisation de l'espace énorme pour l'éolien ou la solaire.
Réponse de le 09/04/2021 à 8:57 :
le cycle classique de tout production, arrêtons de vouloir croire qu'une solution miracle existe.
les panneaux solaires sont très couteux en C02 à produire et à recycler, les éoliennes idem.
a écrit le 08/04/2021 à 19:52 :
Avec le bleu de l'effet Tcherenkov dans la piscine, ça devrait faire un joli effet. Surtout si ça explose façon feu d'artifice. Dire que le nucléaire est un investissement vert, c'est un peu osé quand même. Ceci étant, je ne vois pas trop comment se passer de l'électricité nucléaire, à moins de réduire drastiquement nos consommations. Avec les nouvelles mobilités électriques, c'est mission impossible.
Réponse de le 08/04/2021 à 20:04 :
Le nucléaire sera toujours plus écologique que l'éolien qui regroupent toutes les nuisances (non pas potentielles mais bien réelles et ceci tout au long de l'année), associé à une production intermittente qui nécessite la mise en place obligatoire de filières pilotables (gaz ou nucléaires) de toute façon en 'back-up' amenant à un surdimensionnement coûteux des puissances à installées.
a écrit le 08/04/2021 à 19:13 :
Les investissements qui permettront d'atteindre la neutralité carbone en 2050 sont résumés dans l'idée d'imposer que l'ensemble de nos productions c'est à dire aussi nos importations soient réalisées par une énergie (électricité) décarbonée et et le nucléaire rentre dans ce principe le reste n'est que du bavardage maintenant si on se limite aux énergies renouvelables et intermittentes nous reviendrons aux années 50.. à moins d'une dérogation pour la lignite et le gaz Russe..
Réponse de le 09/04/2021 à 4:36 :
@ Albert.
Lignite est masculin. Cordialement.
a écrit le 08/04/2021 à 19:09 :
Pas sûr que les gens de Tchernobyl et Fukushima pense la même chose qu'EDF.
Le nucléaire n'émet peux-être pas de CO2, par contre c'est une technologie dangereuse qui n'est pas complètement maîtrisé et dont les déchets posent un grand problème pour les génération futures, peux-être pire que le CO2.
Réponse de le 08/04/2021 à 21:42 :
Pas vraiment maitrisé: Vous pensez comme la majorité des gens, qu'il faut un risque 0; aucune technologie n'est alors maitrisée, toutes étant prises en défaut à un moment. Sur le nucléaire, il y a plusieurs centaines (400 environ) de réacteurs en activité depuis plusieurs décennie et cela à conduit à 3 défaillances majeures dont l'une (Fukushima) est dût à un évènement environnemental et Three hill, n'a fait aucun dégât. Soit environ 20 000 décès max selon l'ONU dans le monde en 60 ans. Les énergies fossiles c'est 50k morts/an (pollution de l'air) ... juste en France. Pour les déchets l'impact est minime vs les milliards de tonnes de CO2, qui risquent a l'horizon 2100 de tuer plusieurs milliards de personnes (rapport Maedows) .
Réponse de le 11/04/2021 à 1:05 :
Si vous pensez que les déchets nucléaires posent un plus grand problème que le CO2. Très sincèrement, renseignez-vous sur le réchauffement climatique (avec des sources fiables).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :