L'État songerait à construire six EPR et à scinder EDF en deux entités (dont une dédiée au nucléaire)

 |   |  364  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
La ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ont, selon "Le Monde", écrit à Jean-Bernard Lévy lui demandant de réfléchir à la construction de "trois paires de réacteurs sur trois sites distincts" soit 6 EPR d'ici quinze ans. Une simple "une hypothèse de travail" explique-t-on au gouvernement. Mais ce n'est pas tout : l'audit qui sera remis à Bruno Le Maire le 31 octobre envisage une scission de l'énergéticien en deux entités.

Dans une lettre adressée au président d'EDF, le gouvernement donne une feuille de route précise conduisant à la construction de six réacteurs nucléaires EPR sur les quinze prochaines années, rapporte lundi Le Monde dans son édition en ligne.

Dans une lettre envoyée le 12 septembre, que Le Monde dit avoir pu consulter, la ministre de la Transition écologique et le ministre de l'Economie, Elisabeth Borne et Bruno Le Maire, donnent une feuille de route précise à Jean-Bernard Lévy pour "être en mesure de répondre à l'exécution d'un programme de construction de trois paires de réacteurs sur trois sites distincts".

Juste une "hypothèse de travail"

Et le courrier de détailler que la construction de chaque paire sera "espacée de quatre ans et les tranches au sein d'une même paire de dix-huit mois", ajoute le quotidien.

Contacté par Le Monde, le ministère de la Transition écologique et solidaire assure que "cette lettre de mission ne présage en rien les décisions qui pourraient être prises après mi-2021" et assure que le fait de mentionner la construction de six réacteurs EPR est uniquement "une hypothèse de travail".

Selon une source à Bercy interrogée par Reuters, cette "lettre de mission" ne préjuge pas de la décision finale et la construction de six réacteurs nucléaires EPR ne constitue qu'une "hypothèse de travail" parmi d'autres.

Contacté par Reuters, EDF a refusé de commenter ces informations.

Scission d'EDF en deux entités, une dédiée au nucléaire, l'autre aux renouvables ?

Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a précisé fin septembre qu'il disposerait le 31 octobre du résultat d'un audit qu'il avait commandé sur la situation de la filière nucléaire, qui a fait l'objet de nombreux dysfonctionnements au cours des dernières années.

L'État envisage de regrouper les activités nucléaires d'EDF au sein d'une entité 100% publique. Mais de placer dans une société distincte, dont le capital pourrait être ouvert ultérieurement, les activités d'énergies nouvelles, les réseaux et les services énergétiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2019 à 15:31 :
Couper les deux branches semble inévitable, pour la transparence de la dette à effacer, les casseroles et les exportations. Les bavures d'une des branche ne devraient pas impacter l'autre.
Les plus anciens seront dans la branche nucléaire, avec la CGT pro-nucléaire.
Ca va foutre le bocson à la gauche de la gauche, qui se la joue écolo pour récupérer des électeurs. J'aime.
a écrit le 16/10/2019 à 5:53 :
Il faut en sortir, et le plus vite possible...Pas renouveler
Réponse de le 17/10/2019 à 14:38 :
D'ailleurs n'hésitez pas à ne plus consommer d'électricité pour que nous puissions le faire ... Pour répondre à notre consommation actuelle, nous avons 2 solutions viables pour le moment : nucléaire et/ou charbon/gaz. Oubliez l'éolien et le photovoltaïque : les matières premières sur Terre ne sont pas suffisantes.
Réponse de le 17/10/2019 à 17:48 :
T'as raison, Léon. Les déchets nucléaire ? Bagatelle bien sur. Et les accidents nucléaires ? Bah, on est juste les suivants sur la liste. Continuons a consommer plus, à polluer plus. Un jour, nos descendants trouveront bien la solution. Quand est ce que le troupeau d'autruches va enfin ouvrir les yeux, et voir à quel point on est nuisibles pour la planète et ce , de plus en plus vite. Si tu as des enfants, aies juste une pensée sur ce que va être leur existence. Il n'y en a plus pour longtemps à ce train là
a écrit le 16/10/2019 à 3:37 :
Si je lis bien, EDF, c'est comme la SNCF: c'est le gouvernement qui choisit le nombre de TGV; pardon: d'EPR; EDF a versé un dividende à l'Etat; d'accord, c'était en actions contrairement à la SNCF. Et si on demandait au PDG d'EDF de proposer son plan pour répondre à nos besoins? Il me semble que c'est à lui que reviennent choix et financement.
a écrit le 15/10/2019 à 22:51 :
Que veut-on? Que l'électricité ne soit plus distribuée à chaque foyer français? Que nous prolongions encore et encore des installations, nos centrales actuelles, qui n'ont pas été conçues pour de telles durées de vie? Une vielle voiture, même entretenue, est moins fiable qu'une voiture neuve. Alors, oui, il faut relancer des constructions de nouvelles tranches, de nouveaux réacteurs. Notre choix est simple: le moyen-âge avec la lumière quand il y a du vent, ou du soleil, ou la poursuite de nos vies! Et pour ceux qui parlent de coûts, ceux-ci sont liés à l'intransigeance de nos sociétés et du Principe de Précaution, de toujours plus de sécurité, et in fine sont heureusement dérisoires (15 milliards par site? au regard des 1300 milliards de dépenses publiques, dont une partie est ou non perçue, voire même nuisible). Il faut réallouer la dépense publique qui ne sert pas le bien commun!
Réponse de le 16/10/2019 à 8:46 :
le Probleme c est
- on est incapable de construire un EPR dans les temps et en respectant les couts (cf Flammanville)

- on sait toujours pas quoi faire des dechets malgre 40 ans de recherche (non les mettre dans un trou chez les ploucs n est pas une solution !!)

- le cout du renouvelable baisse. donc on risque de construire des reacteurs qui ne seront jamais rentable

- la decision a ete prise en catimini. exactement l inverse de ce qu il faudrait faire !
a écrit le 15/10/2019 à 20:18 :
L'Etat français à travers ses brillants stratèges, haut fonctionnaires, ... fait toujours la même chose depuis que nous avons perdu les vrais hommes d'état:
- faire toujours plus ce de qui ne marche pas
- prétendre que les résultats vont venir
- mettre sur les dos de ses opposants quand cela ne marche pas ou bien mentir effrontément même devant les faits les plus tétus ou bien dire qu'on est pas allé assez loin
- faire un petit tour dans l'opposition pour préparer le prochain tour de piste

Cdlt.
a écrit le 15/10/2019 à 19:41 :
Avt de se lancer ds une telle aventure, il est indispensable de tirer les leçons du fiasco financier des 2 EPR de Flamanville, sachant que le projet de scission d'EDF en 2 entités distinctes dt la filière nucléaire rattachée à l'Etat fera directement appel au contribuable pour se financer.
Espérons que le nx patron du parc nucléaire d'EDF, ex dircab de Le Drian au ministère de la défense saura dder des cptes et taper du point sur la table, d'autant plus que, issu des milieux politiques il n'a aucun état d'âme vis à vis de la caste des ingénieurs X mine ou X pont.
Réponse de le 16/10/2019 à 9:08 :
Il n'y a qu'un seul réacteur de type EPR à Flamanville
a écrit le 15/10/2019 à 18:40 :
le bonneteau continue
le reacteur de flamanville ne marche pas encore, a coute le double de l'estimation initiale, et on veut en construire 6 alors que segolene royal a envoye edf au tas!
on marche sur la tete
Réponse de le 15/10/2019 à 18:54 :
Pas le double, hélas... le quadruple.
Réponse de le 15/10/2019 à 20:03 :
boh, a ce niveau d'argent gaspille, on n'est plus a quelques dizaines de milliards pres, pas vrai?
a écrit le 15/10/2019 à 17:47 :
Construire 6 E.P.R ?
ok mais par les Chinois seuls au monde à le maitriser, et à l'avoir en service.
et meme !
aux normes de sécurité FR ! et à 2 milliards d'eur chaque !


Qui a confiance en un Flamanville en rafistolages de soudures et bricolages de bricolos depuis 8 ans.
2010 devait etre la date de livraison.
Réponse de le 15/10/2019 à 20:38 :
Les chinois maîtriser l'EPR? Et avec les normes de sécurité française? Parce que je travail pour framatome sur TSN et je me remets pas de votre histoire drôle... La C23 ne respectent même pas les normes chinoises et je parle même pas de Huaxin pour le béton de la tranche 1. Donc avec les normes les plus débiles du monde (les françaises), les chinois se font virer après 5min de boulot.
Réponse de le 16/10/2019 à 16:52 :
Donc, EDF codirigeant du chantier HUAXIN avec son homologue chinois a fermé sa g.....???
a écrit le 15/10/2019 à 17:38 :
l EPR est une technologie des années 80......on est en 2019, ça fait 10 ans que EDF en construit deux et rame comme jamais, les deux suivants, chez les anglais, prennent déjà du surcoût........c 'est ahurissant

américains et chinois travaillent d arrache pied à la technologie au thorium et sel fondu

bien plus légère, aucun risque de fusion en cas d accident et 80% de déchet en moins.....

cette technologie était à égalité il y a 50 ans mais abandonnée ax USA pour des raisons de production de combustible militaire.....

il est temps de la réactivé, c 'est la seule option rapide de "upgradage" du nucléaire...
a écrit le 15/10/2019 à 17:36 :
Curieux coup de pied au c... de l'écolo-religion, cela sent l'annonce sans suite pour mitonner les municipales.
a écrit le 15/10/2019 à 16:18 :
Jean bernard et bernard henri ont un fils, comment s'appel t-il ?
EPR : paradoxe Einstein Rosen Podolwsky !

EPR, une expérience mal pensée qui prouve l’existence de variables cachées, de Gremlins in the details...
Réponse de le 15/10/2019 à 18:57 :
Le pire c'est que l'EPR n'aurait jamais dû être une expérience, étant techniquement proche des derniers réacteurs construits à la fin des années 90.
Réponse de le 15/10/2019 à 21:14 :
C'est pas l'EPR le problème, c'est les normes. Quand on a des normes qui n'ont plus de fondement technique, on arrive sur des aberrations technologiques. La norme ESPN a été fait par des perchés en mathématique et physique théorique, au finale la fabrication devient d'une complexité délirante (techniquement et financièrement) et complètement inutile (retour d’expérience sur les composants changés).
a écrit le 15/10/2019 à 16:00 :
Les chinois ne disent pas tout...je ne pense pas que leur EPR soit tout beau tout rose.Ils cachent des choses comme leur accident de TGV qui etait passé au JT mais bien sûr.
Réponse de le 15/10/2019 à 18:59 :
Les chinois n'ont pas plus envie que les français de bénéficier d'une catastrophe nucléaire sur leur territoire. Il faut malheureusement reconnaître qu'en matière de maîtrise des process industriels ils sont maintenant devenus très forts.
Réponse de le 15/10/2019 à 21:29 :
@bruno_bd Vous avez constaté leur maitrise des process industriels sur quel site? Parce que pour avoir un bon paquet d'AT la bas, j'ai pas le même constat.
a écrit le 15/10/2019 à 15:44 :
ENFIN !!!

Le nucléaire, soit on en fait vraiment, comme dans les années 70-80 en construisant des séries et on n'a pas à s'en plaindre (même les escrolos qui rachètent l'électricité nuc à vil prix pour faire des offres à -10 % de celle d'EDF), soit on arrête car bricoler un EPR de temps en temps, on voit que ça ne marche pas.

Donc on continue. Jeunes ingénieurs, lâchez les postes dans l'automobile et l'aéronautique et venez faire de l'énergie économique, écologique et socialement responsable
a écrit le 15/10/2019 à 15:37 :
pour le meme prix que notre epr, l'autralie associé avec Singapour va lancer une centrale de 10x plus de puissance, mais en solaire+batterie. ça prouve l'évolution des prix. Le nucléaire représente le passé. On en a eu besoin, d'accord, mais maintenant on sait faire mieux et moins cher, y compris en France qui a moins de soleil que l'autralie.
Réponse de le 15/10/2019 à 17:20 :
En France, le PV produit environ 4 fois moins l’hiver que l’été (journées plus courtes, ensoleillement moins intensif, plus de couverture nuageuse).

Donc soit on installe du PV et on trouve une technologie pour stocker plusieurs centaines de TWh d’électricité produite en été pour l’hiver (c’est impossible), soit on surinstalle du PV pour l’hiver (ça coutera une fortune) et qu’est-ce qu’on fait de la surconsommation en été ?

Il n’y a pas de miracle : l’Allemagne a essayé tout ce qu’elle pouvait en matière d’ENR, c’est un échec lamentable. Ne suivons pas leurs traces alors qu’on a une solution qu’on a déjà réussi par le passé.
a écrit le 15/10/2019 à 14:10 :
En GB y a déjà 5 milliards à prévoir de plus (mais ça augmentera sans doute ensuite, peut-être dépasser le prix de Flamanville ? Mais y en a deux en GB).
Les EPR fabriquent de l'électricité au double du prix des autres (= les vieux modèles pas aussi sûrs, ça coûte la sécurité renforcée), une fois les 58 réacteurs fermés, ça fera augmenter les factures de presque 100% (les taxes sont liées à la consommation (%), sauf l'acheminement, à part, et l'abonnement qui intègrera peut-être le remboursement de Linky sur 10-15 ans, à part lui aussi).
Simple "Lettre de mission" avec quand même une potentialité à le faire, sinon c'est travailler pour rien.
"a fait l'objet de nombreux dysfonctionnements au cours des dernières années" question de point de vue, c'est 100% des capacités qui sont actives, ça marche mal, c'est comme ça, il faut constater et faire avec.
Faire des travaux sur les vieux réacteurs pour les faire durer 10 ans ou les arrêter et construire des EPR, quel est le plus "censé" ? Les arrêter et fabriquer des éoliennes (de marque 'EPR' :-) ) ?
a écrit le 15/10/2019 à 13:13 :
Comment peut on parler de l'espacement des dates de construction de ces nouveaux EPR alors que les retards s'accumulent pour la construction de Flamanville. En réalité personne ne sait quelle est la durée de construction d'un EPR. Certes on devrait pouvoir afficher une durée pour une construction sans aléas mais malheureusement on découvre régulièrement des nouveaux aléas
a écrit le 15/10/2019 à 12:32 :
Oui mais!
quand je vois Chinon Avoine même pas en ligne pour le démantèlement!
Ben oui, avec le réchauffement climatique on ne peut plus monter de centrales sur rivières ou fleuves,
Chinon avoine est refroidie par la Vienne, 1,10 d'eau au minimum, à vue d'oeil en été ça passe à peine le mêtre,et ça va continuer de baisser.
et n'est pas forcément hors du risque d'éffondrement d'un barrage d'altitude.
Par contre chez-moi en Vendée sur st Hilaire de Riez, comme les Parisiens n'ont pas été capables de respecter cette merveilleuse côte, sur Merlin plage ça irait très bien, on rase les cîtés à touristes et basta!, enfin quelque chose d'utile.
a écrit le 15/10/2019 à 12:14 :
A se demander si la voiture électrique n'est pas responsable de cela et si la production alternative d'électricité verte n'est pas un mirage!
Réponse de le 15/10/2019 à 15:51 :
Vous parlez de voiture électrique. Comme l'énergie atomique, la voiture électrique est une gigantesque arnaque. Ce type de véhicule est beaucoup plus polluant que n'importe quel véhicule thermique si on a l'intelligence et l'honnêteté (ce qui ne semble pas donné à tout le monde, et certainement pas aux politiciens français un peu trop proches de certaines industriels qu'ils privilégient outrancièrement) de tenir compte de tous les composants, depuis l'extraction des matières premières indispensables jusqu'au recyclage totalement mythique des batteries. Le véhicule électrique est un leurre, une chimère et une arnaque. Si l'on veut un véhicule un peu plus "propre", seul l'hydrogène et le véhicule solaire (il existe et fonctionne bien) ont droit de cité. De plus, brancher son véhicule électrique en direct sur une centrale atomique est un non-sens aberrant, vue la dangerosité et la pollution réelle engendrée par ce type de centrales. Un véhicule électrique ne peut se concevoir honnêtement que s'il est rechargé par l'énergie solaire et la technologie existe. Oups, 'oubliais : cela ne fait pas l'affaire de l'industrie atomique qui n'en est jamais à une corruption, quelques mensonges et quelques collusions près avec un monde politique véreux. Tant que des pauvre gogos rouleront à l'électrique atomique, ils continueront à polluer tant et plus (et beaucoup plus qu'avec une voiture essence, au LPG ou un bon vieux diesel), à se faire truander par l'état et l'industrie atomique qui fonctionnent un peu trop main dans la main et à mettre toute la population en danger mortel. Tchernobyl-sur-seine, nous voilà ! En véhicule électrique, bien sûr !
a écrit le 15/10/2019 à 12:06 :
C'est un super projet de construction, le nucléaire est une super technologie pour lutter contre le réchauffement climatique. Il faut continuer à s'en servir. Et réduire au plus vite la production de Co2 !
Réponse de le 15/10/2019 à 14:13 :
Tout à fait, mais en faisant venir des chinois vu qu'ils ont le savoir faire (celui qu'on avait y a 40 ans en en construisant en quantité, on a tout perdu, sont tous à la retraite voire décédés).
40% du CO2 mondial = charbon, en construisant beaucoup d'EPR sur notre territoire on pourra alimenter les pays charbonneux (Pologne par ex) en électricité, France écologique.
a écrit le 15/10/2019 à 12:04 :
Ca parle beaucoup des temps de construction et de pognon en commentaire.

Sauf tout laisse à croire qu'il s'agira de la version "EPR NM" ou "EPR 2" ,
une version "optimisé" et moins complexe que l'EPR.
Et donc plus facile à construire et plus vite rentable.
Réponse de le 15/10/2019 à 12:50 :
Bonjour,

Flamanville est clairement devenu un prototype, avec tout ce que ça comporte de problèmes, et de retour d'expérience. Le problème c'est qu' ils ont sauté l'étape d'un premier démonstrateur à taille réduite pour se refaire la main, et Flamanville est devenu un prototype à 10 milliards.

La nouvelle version bénéficiera des retours d'expériences mais même dans ce cas, on parle d'en construire en série sans avoir préalablement construit une tête de série de façon maitrisée, en qualité-coût-délai.

Une gestion normale serait de construire d'abord un prototype de la nouvelle version, et si cette fois ça se passe bien, alors de construire les autres.

La manière de faire semble plus obéir à une logique politique que d'ingénierie.
Réponse de le 15/10/2019 à 13:21 :
@ l’erreur de méthode :

Un démonstrateur à taille réduite sert à valider une nouvelle technologie, pas à se faire la main sur une technologie déjà connue.

Non, pour se faire la main, il faut... faire.
a écrit le 15/10/2019 à 12:03 :
Le e-Spiegel de ce jour indique que les écolos Allemands sont mécontents en apprenant cette hypothèse...Verts de rage .Le prochain conseil des ministres franco-allemand à Toulouse sera chaleureux .Pour optimiser les lignes à haute tension qui existent déjà l'une des trois centrales à Catenom semble judicieux .
Réponse de le 15/10/2019 à 15:26 :
Le Spiegel du 4 mai 2019 décrivait la catastrophe des éoliennes en Allemagne ! Si on ajoute le scandale du lignite, les Gruenen ont déjà assez de sujets de mécontentement !
a écrit le 15/10/2019 à 12:01 :
Qu'on le veuille ou non, le nucléaire est inscrit dans l'histoire de "l'après-guerre Gaullien" au cours de laquelle la France et les gouvernements de l'époque ont eu besoin de créer une filière électronucléaire importante (civile et militaire, l'une n'existant pas sans l'autre)...
Qu'on le veuille ou non, nous produisons des déchets qui nécessiteront que la filière électronucléaire continue d'exister pour financer le traitement, le recyclage et le stockage...
Le choix de l'EPR n'est rentable que si le pouvoir politique manifeste une vraie volonté de faire prospérer ce rare secteur industriel Français qui tient encore debout (et ce n'est manifestement pas le cas vu le report du démarrage de FLA3 après les élections de 2022 - pour mémoire, la volonté politique des chinois a fait que les 2 EPR chinois ont démarré quasiment dans les délais)...
Donc de mon point de vue, les déclarations sur ces 6 EPR ne sont que des promesses en l'air destinées à des négociations futures avec les écologistes et rien d'autre...
Réponse de le 15/10/2019 à 15:58 :
Les chinois ne sont pas les français...nous c est 35h/sem. 8h/J et vendredi aprèm repos + sam dim...voilà la diff.
a écrit le 15/10/2019 à 12:00 :
Fessenheim me paraît un site tout indiqué pour installer une paire de ces EPR.
a écrit le 15/10/2019 à 11:56 :
Un petit raisonnement simpliste sans doute : même en prenant en compte le quasi quadruplement du devis initial de Flamanville 3 causé par la perte de savoir faire industriel lui-même causé par l'arrêt pendant une décennie de la construction de réacteurs, sur la base d'une centrale construite pour 60 ans, le surcoût causé par le dépassement de devis n'est que de 10,7€/MWh (9 milliards divisés par 60 ans de production de 1600MW). Et sera sans doute beaucoup plus limité si les EPR futurs sont construits en série.
Réponse de le 15/10/2019 à 12:12 :
Qui plus est, il s'agira certainement de 6 EPR-NM et non le même EPR que flammanville.
a écrit le 15/10/2019 à 11:51 :
Pourquoi ne pas reprendre la technologie des centrales anciennes qui ont largement fait leurs preuves.
De toute façon , n'en déplaise aux"bobo écolos" on ne va pas couvrir la France d'éoliennes dont le rapport coût rendement est nul.
Réponse de le 15/10/2019 à 14:16 :
Elles ne sont plus assez sûres, et même faire pareil qu'avant on ne sait plus le faire, sont tous retraités, le dernier a été construit y a 30-35-40 ans ?
Même fabriquer une 2CV, on ne saurais plus faire, y avait pas d'électronique dedans, pas d'ABS, .... :-)
Réponse de le 15/10/2019 à 19:03 :
Malheureusement on ne saurait probablement plus les construire...
Réponse de le 16/10/2019 à 13:50 :
Plutôt que de raconter des carabistouilles faites le calcul du nombre d'éolienne nécessaires pour produire 1/3 de nos besoin en énergie électrique. Vous vous rendrez compte que ce n'est pas (et de très très loin!) " couvrir la France d'éoliennes "...
a écrit le 15/10/2019 à 11:48 :
Un EPR à Fessenheim ?
a écrit le 15/10/2019 à 11:09 :
Leur méconnaissance de cette énergie électrique est monstrueuse, pour l'électricité la consommation fixe la production et les réseaux sont chargés de transporter de l'ampérage mais également de réguler cette électricité en tension, fréquence et Cos Phi. En outre la principale fonction d'une centrale nucléaire est d'assurer la réfrigération de son cœur et secondairement de produire de l'électricité d'où l'importance des barrages dans ce dispositif. Hélas, j'imagine que ces comptables sont toujours dans l'idée d'abandonner la régulation du bazar au marché, pour moi c'est comme croire dans une religion, une question de foi.
Réponse de le 15/10/2019 à 15:14 :
"En outre la principale fonction d'une centrale nucléaire est d'assurer la réfrigération de son cœur et secondairement de produire de l'électricité d'où l'importance des barrages dans ce dispositif. "

Superbe analyse.....refroidir le coeur est une contrainte pas une finalité, la finalité c'est de produire de l'énergie électrique, sinon on arrête tout, on baisse les barres, et on n'a pas à se soucier de la température du coeur... Quant aux barrages ils servent à stocker de l'eau pour la turbiner ensuite, et accessoirement comme tampon pour le refroidissement des centrales si les niveaux sont bas. Une centrale ne se refroidit pas sur un barrage....
a écrit le 15/10/2019 à 11:08 :
à 15 milliards l'unité... même pas en rêve.

L'Etat veut scinder EDF parce que sa faillite est inéluctable. Lemaire va tenter de vendre ce qui est bénéficiaire et l'état va devoir garder tout ce qui va s'écrouler et dont personne ne veut. A savoir le parc nucléaire vieillissant avec ses carénages ruineux et toute la gestion des déchets et du démantèlement.
a écrit le 15/10/2019 à 11:03 :
La réalité finit toujours par rattraper l'utopie et le déni.
Sécurité d'approvisionnement + bas carbone = Nucléaire (+ un peu d'EnR si on veut), n'en déplaise aux écolos décroissants et promoteurs ultra subventionnés du solaire et de l'éolien...
Réponse de le 15/10/2019 à 11:27 :
+ retraitement + risque + vieillissement + surcoût de centrales qu'ils n'ont même pas encore mis en service.......

Alors l'opération mystique du carbone, vous ne comptez pas non plus le coûts des infrastructures.

L'avantage du solaire et de l'éolien, c'est que cela réduit la dépendance a une méta structure endettée, et qui pour le coup n'offre semble t'il que peu de résultats et surtout d'énormes inconnue jusqu'a présent !

Il ne me semble pas que l'EPR fonctionne pour le moment, non?
Réponse de le 15/10/2019 à 14:41 :
en Chine les EPR fonctionnent très bien et sont construits au prix...
en France, à force d'absence de stratégie raisonnable, on a perdu 98 % du savoir faire...

quant à la qualité du solaire et de l'éolien de s'affranchir de la "méta structure endettée" ... j'en ris encore !
Réponse de le 15/10/2019 à 15:09 :
"en Chine les EPR fonctionnent très bien et sont construits au prix"
Vous avez certainement accès à des documents internes Chinois....Faites nous en profiter....
Réponse de le 15/10/2019 à 16:25 :
Quelle sécurité d'approvisionnement ? En france, dès qu'il tombe deux flocons de neige ou trois gouttes de pluie, les milliers de foyers sans électricité font la une" des JT. Malgré le fait que la france est le pays qui, sur le plan atomique, est le plus pollué du monde avec plus d'une centaine de sites atomiques, tous types confondus, sur un territoire grand comme un mouchoir de poche. En outre, l'énergie atomique n'entraîne pour la france aucune indépendance énergétique : il y a assez peu d'uranium entre Lille et Marseille. Ensuite, les français sont, là aussi, des incapables et des incompétents notoires : les vieilles ferrailles brinquebalantes que sont les centrales atomiques actuelles et le fiasco intégral de flamanville (et du "savoir-faire" françajs) en témoignent à suffisance. Enfin, les français se font truander à chaque facture à cause de l'énergie atomique :ils payent au total trois fois leur électricité. Mais comme ce sont des veaux et des gogos incapables d penser par eux-mêmes, ça passe. Allez zou : cap sur le Tchernobyl français !
Réponse de le 15/10/2019 à 20:15 :
La névrose identitaire étant puissante, comme préalable je dirai que nous pouvons donc faire venir ces "étrangers" pour ainsi apprendre et savoir faire?
Réponse EPR

Plus surement que L’UE avait interdit l'accès au chinois sur les panneaux solaires jusqu'en novembre dernier !!!

Ou alors ne pas vouloir voir les faits. Apprendre une démarche qui aurait sens a faire sens pendant que la durée des centrales le permettent, car j'imagine si le EPR "a la française" est un gouffre a pognons ! plus x milliards dans le vent, en sachant les tensions actuellement dans le monde, il s'agit a présent de ne pas vouloir uniquement l'individualisme pour le marché, mais aussi réfléchir a ce que nous porterons de charge dans le temps et pour les autres générations !

Si notre interdépendance est relative, je ne suis pas certains que les problématiques se contenteraient des frontières, pour moi ceci est aussi un projet économique, humain intellectuel et sociétal !

Et j'ai souvent une expression qui dit long de ce qui se passe actuellement dans le pays:

Si il y avait un incident, je pense que la plupart des promoteurs du on continue hauts fonctionnaires et j'en passe a la vache noir, tout en me disant que tout va bien, disons que les scénarios peuvent avoir a faire sens en ce moment.

Pour supposer quoi, quant au fait que l'interdépendance énergétique actuel avec les autres pays, offre sens a penser que nous pouvons le faire dans une dynamique pragmatique et un but visible pour l'ensemble des populations.

Exactement l'inverse de l'énergie atomique.... Pour moi tout est dit !
a écrit le 15/10/2019 à 11:01 :
Combien cela va t'il encore couter? Ferait mieux de faire un vrai mix énergétique.Je vis en campagne ou l'élevage est prédominant :impossible de faire des unitées de méthanisation avec les problèmes administratifs
a écrit le 15/10/2019 à 10:24 :
"L'État envisage de regrouper les activités nucléaires d'EDF au sein d'une entité 100% publique."

C'est une bonne idée, c'est même indispensable, par contre la construction de 6 EPR est aberrant tandis que l'air du temps, à savoir fukushima qui dégueule sa radioactivité dans les océans depuis plus de 8 ans maintenant, devrait nous conseiller fortement, et c'est ce que commencent à faire les russes semble t'il, de construire et vendre des petits réacteurs que l'on peut sécuriser entièrement eux plutôt que d'espérer que la dalle anti syndrome chinois ne cède pas.

Puis ce serait bien d'avoir des sous traitants sûrs au moins hein... -_-

Bref on part de très loin.
Réponse de le 15/10/2019 à 14:55 :
"plutôt que d'espérer que la dalle anti syndrome chinois ne cède pas"

Pendant au moins quarante ans...
Réponse de le 15/10/2019 à 18:06 :
Analyse erronée. La sécurisation d'un coeur nucléaire n'a strictement rien à voir avec sa taille. Les petits réacteurs russes dont vous parlez sont directement issus des réacteurs nucléaires compacts utilisés à bord des gros sous-marins nucléaires lanceurs d'engins russes, et offrent un niveau de sécurité nettement inférieur aux réacteurs occidentaux (enceinte de confinement unique et minimale, pas de cendrier , beaucoup moins de redondances sur le refroidissement du coeur etc). Si vous utilisez 10 petits réacteurs de 100MW au lieu d'un seul gros réacteur de 1000MW, toutes choses égales par ailleurs, les conséquences d'un accidents seront certes 10 fois moins graves, mais statistiquement vous avez 10 fois plus de chances d'avoir cet accident. Alors...
Réponse de le 16/10/2019 à 8:53 :
@ multipseudos: "Si vous utilisez 10 petits réacteurs de 100MW au lieu d'un seul gros réacteur de 1000MW, toutes choses égales par ailleurs, les conséquences d'un accidents seront certes 10 fois moins graves, mais statistiquement vous avez 10 fois plus de chances d'avoir cet accident"

ET pourquoi veux tu utiliser dix réacteurs à la place d'un seul ? Forcément c'est aussi dangereux !
JE parle de la couverture électrique d'une ville ou d'un ensemble de commune, ou de quelques grosses entreprises et-c... Or un petit réacteur qui se met en fusion on le noie dans le plomb et c'est fini, je ne dis pas que c'est pas polluant je dis que l'on stoppe sa fusion qui est un phénomène ultra dangereux.

UN réacteur avec un mètre cube de combustible nucléaire n'est pas arrêtable.

TU me fatigues je te signale hein... Vous êtes tellement obtus les gars, vous êtes tellement campés sur vos seuls intérêts que vous ne vous rendez pas compte que vous exposez l'inverse de ce que vous pensez faire.
a écrit le 15/10/2019 à 10:23 :
Le gouvernement se lance là dedans malgré le battage médiatique autour de Flamanville 3, et malgré le fait qu’il a des écolos dans sa majorité, bref, malgré que tout le pousse à ne pas le faire.

C’est le signe que le nucléaire est matériellement indispensable à notre approvisionnement énergétique.
Réponse de le 15/10/2019 à 11:59 :
6 EPR, c'est à peu près ce qu'il faut pour alimenter un parc automobile électrifié à 70-80%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :