Nucléaire : comment EDF tente de faire face au réchauffement des cours d'eau

Conséquence des fortes chaleurs, la température des cours d'eau a grimpé contraignant plusieurs centrales nucléaires à « effectuer des baisses de charge » pour ne pas dépasser la limite de température fixée pour l'eau rejetée par les centrales. Mais pour d'autres, elles pourront bénéficier de dérogations environnementales leur permettant, jusqu'au 11 septembre, de s'affranchir de ces seuils.
La centrale nucléaire de Saint-Alban-Saint-Maurice fait partie de celle bénéficiant d'une dérogation permettant de relever limites réglementaires de température de rejet de l'eau à ne pas dépasser.
La centrale nucléaire de Saint-Alban-Saint-Maurice fait partie de celle bénéficiant d'une dérogation permettant de relever limites réglementaires de température de rejet de l'eau à ne pas dépasser. (Crédits : Reuters)

Alors que le parc nucléaire français rencontre des difficultés suite à la récente découverte d'un défaut de corrosion sur plusieurs infrastructures et au décalage des maintenances du fait du coronavirus, c'est désormais la chaleur qui vient peser sur son fonctionnement. Plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF ont été contraints d'abaisser leur production en raison des températures élevées des cours d'eau utilisées pour leur refroidissement, a indiqué l'entreprise vendredi.

Pour rappel, les centrales pompent l'eau pour le refroidissement des réacteurs, avant de la rejeter. Or, depuis 2006, chaque centrale a ses propres limites réglementaires de température de rejet de l'eau à ne pas dépasser, afin de ne pas échauffer les cours d'eau environnants et d'en protéger la faune et la flore.

« Les conditions climatiques exceptionnelles actuelles se traduisent par une montée de la température de la Garonne qui a atteint 28 degrés », indique EDF. « A la demande du gestionnaire de réseau d'électricité national (RTE), l'unité de production n°2 de la centrale de Golfech reste en production (puissance minimale) », poursuit le producteur d'électricité. Cette puissance minimale correspond à environ 300 MW, contre 1.300 MW normalement. Le second réacteur de la centrale située dans le Tarn-et-Garonne est pour sa part en arrêt programmé. « Les conditions climatiques exceptionnelles que nous connaissons depuis quelques jours se traduisent par une montée de la température du Rhône, qui a atteint plus de 25 degrés », constate également EDF dans un point distinct sur la centrale du Bugey. « Les unités de production n°2 et 5 ont été maintenues sur le réseau dans le respect des dispositions relatives aux situations climatiques exceptionnelles », indique le groupe. Ces deux réacteurs ont « dû effectuer des baisses de charge », autrement dit réduire leur puissance, a précisé une porte-parole d'EDF à l'AFP. Les deux autres réacteurs de la centrale sont pour leur part en arrêt pour une maintenance programmée.

EDF avait prévenu qu'il pourrait être contraint d'abaisser sa production nucléaire ces prochains jours et même arrêter un réacteur de la centrale du Tricastin (Drôme) en raison des températures élevées des fleuves. Ce n'est pas inhabituel de rencontrer des baisses de production pour ces raisons en période estivale, mais, cette année, elles sont intervenues plus tôt qu'à l'accoutumée - dès le mois de mai. En effet, de telles dérogations n'avaient jusqu'ici été utilisées qu'une fois, en 2018 pour la centrale de Golfech, et ce pour 36 heures. Cette année, EDF a déjà dû réduire la puissance d'un réacteur pendant quelques heures en mai au Blayais, puis en juin à Saint-Alban. EDF relativise, toutefois, la portée de ces événements, soulignant que depuis 2000, les pertes de production ont représenté en moyenne 0,3% de la production annuelle du parc. Mais, selon RTE, les canicules ont déjà provoqué des indisponibilités simultanées de réacteurs atteignant près de 6 GW, soit environ 10% de la capacité installée, et ce problème devrait s'accroître dans les années qui viennent.

Lire aussiDemain, EDF sera moins une entreprise qu'un vaste programme nucléaire national

Les limites de température de rejet d'eau réhaussées

D'autres centrales échappent, elles, à un arrêt ou à une baisse de production grâce à des dérogations environnementales leur permettant, jusqu'au 11 septembre, d'outrepasser les limites de température de l'eau rejetée. Un arrêté publié ce samedi au Journal officiel fixe, ainsi, « de nouvelles limites de rejets thermiques applicables aux réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey, du Blayais, de Saint-Alban-Saint-Maurice, de Golfech et du Tricastin ».

Ces dérogations sont justifiées par le fait qu'« en l'absence de modification temporaire des limites actuelles de rejets thermiques, l'exploitant devrait arrêter le fonctionnement de ces centrales nucléaires ou diminuer leur production afin de limiter l'échauffement de l'estuaire de la Gironde pour la centrale du Blayais, du Rhône pour les centrales de Saint-Alban-Saint-Maurice et du Bugey, de la Garonne pour la centrale de Golfech et du canal de Donzère-Mondragon pour la centrale nucléaire du Tricastin », alors même que « le maintien à un niveau minimum de production électrique des réacteurs des centrales nucléaires (...) constitue, au regard de la sécurité du réseau électrique, une nécessité publique »Et pour cause, plus de la moitié des 56 réacteurs nucléaires sont déjà à l'arrêt pour cause de maintenance ou de problèmes de corrosion.

Lire aussiDu fioul plutôt que du nucléaire pour produire de l'électricité en temps de canicule : un choix qui interpelle

Mais cette décision n'est pas sans conséquences écologiques, comme l'a signalé l'ONG France Nature Environnement (FNE). « La centrale nucléaire du Bugey vient d'être autorisée à rejeter des eaux plus chaudes qu'à l'accoutumée. Voilà qui ne va pas contribuer à améliorer la biodiversité dans le Rhône qui souffre des canicules de l'été, comme tous les cours d'eau français », a-t-elle réagi sur Twitter. L'arrêté assure, lui, que la mise en oeuvre de ces mesures sera « associée à un programme de surveillance renforcée de l'environnement ».

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 07/08/2022 à 15:31
Signaler
Il faut refroidir les réacteurs l'eau n'est pas perdu il suffit de la laisser refroidir dans des retenus ,nous ne pouvons pas nous passer d'électricité .

à écrit le 07/08/2022 à 8:38
Signaler
L'eau est recyclable à l'infini mais pas en France ... depuis des dizaines d'années, L'angoisse de Véolia c'est de ne plus avoir avoir assez d'eau dans les rivières pour diluer la merde des villes ... Alors on bloque tous les projets de réserve, on d...

le 07/08/2022 à 13:03
Signaler
avec quoi fonctionne les clim et les refroidisseur edf se doit d'investir mais la encore le travail fait a moitie comme pour les voitures electrique qui ne se recharge pas en roulant et pourtant c'est realisable

à écrit le 06/08/2022 à 21:15
Signaler
Jusqu'à récemment le pic de consommation d'électricité avait lieu en période hivernale pendant laquelle il n'y avait pas de souci de refroidissement des centrales,mais dans le futur entre l'explosion du nombre de climatiseurs et celle des véhicules é...

le 07/08/2022 à 10:17
Signaler
Effet ciseaux : canicule augmente la conso electrique via les Clim qui fleurissentbpartout maintenant en France ( et pas que dans le Sud mon voisin en idf en a une depuis 3 ans) … la technologique de refeoidisselzbt des centrales par les cours d eau ...

le 07/08/2022 à 10:18
Signaler
Effet ciseaux : canicule augmente la conso electrique via les Clim qui fleurissentbpartout maintenant en France ( et pas que dans le Sud mon voisin en idf en a une depuis 3 ans) … la technologique de refroidissement des centrales par les cours d eau...

à écrit le 06/08/2022 à 20:16
Signaler
Les nouveaux réacteurs en site fluvial, surtout en sites pré existants qui vont vite être saturés, on peut oublier. Copie jupitérienne des epr déjà a revoir.

à écrit le 06/08/2022 à 19:20
Signaler
La où les écolos se sont trompés c'est que le nucléaire est bien une solution provisoire inévitable au réchauffement climatique, ils le savaient mais se focalisaient sur les risques réels et effectivement potentiellement catastrophiques. N'empêche qu...

le 06/08/2022 à 21:12
Signaler
'Le nucleaire une solution provisoire' ha bon ? Au rythme de l EPR on parle de quoi ? De 40 ans de construction.

à écrit le 06/08/2022 à 17:37
Signaler
Pas de panique reste encore les moulins à vent , les lampes à huile et la marine à voile avant de ressortir les galères !!!

à écrit le 06/08/2022 à 16:37
Signaler
Heureusement que le nucléaire devait constituer le socle de notre pilier énergétique bas CARBONE... Au final, juste un géant aux pieds d'argile !

à écrit le 06/08/2022 à 16:37
Signaler
Heureusement que le nucléaire devait constituer le socle de notre pilier énergétique bas CARBONE... Au final, juste un géant aux pieds d'argile !

à écrit le 06/08/2022 à 15:12
Signaler
Que fera EDF en cas d'assèchement des cours d'eau par manque de pluviométrie?

le 06/08/2022 à 22:56
Signaler
Très bonne question.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.