Du fioul plutôt que du nucléaire pour produire de l’électricité en temps de canicule : un choix qui interpelle

Plusieurs centrales atomiques bénéficiaient jusqu'à dimanche de dérogations environnementales pour fonctionner en temps de canicule. Et pourtant, des turbines à combustion au fioul ont été appelées en renfort la semaine dernière afin de répondre à l'explosion de la demande, tandis que les réacteurs nucléaires en question se trouvaient à l'arrêt ou largement bridés. Un arbitrage qui interroge, alors que la génération d'électricité à partir de fioul émet environ 650 grammes de CO2eq par kWh, quand l'atome n'en émet que 6 grammes à production équivalente. D'autant que les seuils réglementaires d'échauffement des cours d'eau par les centrales s'avèrent sujets à controverse, y compris par l'Autorité de sûreté nucléaire.
La centrale thermique de Brennilis (29) fonctionne au fioul domestique pendant une centaine d'heures par an, notamment en cas de pointe sur le réseau en hiver.
La centrale thermique de Brennilis (29) fonctionne au fioul domestique pendant une centaine d'heures par an, notamment en cas de pointe sur le réseau en hiver. (Crédits : vjoncheray-EDF)

A l'heure de l'urgence climatique, c'est un choix qui interpelle. Tandis que de fortes chaleurs ont frappé la France, plusieurs sites de production d'électricité peu émetteurs de gaz à effet de serre ont été bridés la semaine dernière malgré l'explosion de la demande, tandis que des centrales à l'intensité carbone près de 100 fois plus élevée ont été appelées pour y répondre. De quoi faire grimper l'empreinte écologique de la production d'électrons dans l'Hexagone à plus de 110 grammes de CO2 par kilowattheure (KWh) le 20 juillet, alors même que le pays enregistre très rarement des niveaux au-delà des 100g CO2eq/KWh.

En effet, ce jour-là, le réseau électrique a été alimenté par des turbines à combustion au fioul, à raison de 1,3 gigawatt (GW), selon les données du gestionnaire national du réseau de transport d'électricité, RTE. Soit la puissance du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Golfech, dont les capacités se trouvaient dans le même temps réduites à 0,3 GW à cause de limitations réglementaires de rejets d'eau chaude dans la Garonne (dont la température dépassait les 28°C).

« Les moyens de production, notamment nucléaires, étaient à un niveau plus faible que d'habitude. Pour assurer l'approvisionnement de tous les Français en électricité, il fallait donc solliciter de nouveaux moyens. Mais RTE ne fait pas de discrimination sur l'origine de l'électron, c'est le marché et les fournisseurs qui font cet arbitrage », explique-t-on chez RTE, qui se charge d'équilibrer à tout moment l'offre et la demande sur le territoire.

Et pourtant, face aux canicules, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et le Ministère de la transition énergétique avaient autorisé quelques jours plus tôt une dérogation environnementale pour les centrales nucléaires de Saint-Alban, Golfech, le Blayais et le Bugey. Le but : que ces sites puissent temporairement dépasser les niveaux réglementaires de température d'eau rejetée dans les fleuves et rivières, en cas de demande de RTE. Comment se fait-il alors que le gestionnaire du réseau n'ait pas enjoint EDF à y augmenter sa production, afin d'éviter de recourir au fioul ?

L'équilibre offre demande n'est pas suffisant

En fait, ce régime d'exception environnementale s'avère extrêmement encadré, et ne peut pas être activé en cas de « simple » décalage entre production et consommation. « Quand on demande une dérogation, c'est uniquement pour une question de sécurité technique du réseau, et en aucun cas pour assurer l'équilibre entre l'offre et la demande. Autrement dit, on n'appelle pas un réacteur à produire plus en ne respectant pas les seuils habituels juste parce qu'on manque d'électricité », précise-t-on chez RTE.

Ainsi, le dispositif n'est prévu qu'en cas de danger imminent pour le réseau, dont l'intensité doit être constamment surveillée. « C'est comme une corde de guitare qui doit être tendue des deux côtés. Si une centrale s'arrête d'un coup pour des raisons environnementales, la corde se détend, la tension baisse, ce qui peut abîmer les infrastructures », explique un connaisseur du secteur.

C'est d'ailleurs ce qu'il s'est passé le jour suivant : le 21 juillet, RTE a demandé à EDF de garantir une puissance du réacteur 2 de Golfech à hauteur de 300 MW. Celle-ci sera finalement « augmentée pour atteindre 1.300 MW », peut-on lire dans une note d'information publiée par l'énergéticien (Golfech 1 étant fermé à cause d'un défaut de corrosion). Toutefois, la demande de RTE n'a pas pour but d' « assurer l'équilibre entre l'offre et la demande en électricité », comme l'explique pourtant la note d'EDF. Mais elle servira bel et bien à maintenir la centrale à un niveau d'activité permettant de garantir le fonctionnement du réseau en sécurité.

Des seuils d'échauffement remis en cause

Un tel système interroge sur l'arbitrage opéré entre, d'un côté, le niveau d'émissions de CO2 (qui sont bien réelles, mesurables et dont l'impact sur le climat n'est plus à démontrer) et de l'autre, l'étendue du principe de précaution en matière d'échauffement des cours d'eau par les centrales nucléaires. D'autant que les seuils en vigueur restent sujets à controverse :

« A l'origine, ils sont issus de la littérature scientifique des années 1970, avec la fameuse typologie de Verneaux qui définit des objectifs et critères de qualité des eaux courantes. Mais il faudra probablement que l'on affine la réglementation en fonction du retour d'expérience et des données recueillies, avec une analyse plus précise rivière par rivière, milieu par milieu. [...] Cette canicule devrait nous pousser à repenser les seuils de température des cours d'eau en vigueur », affirmait même la semaine dernière à La Tribune l'inspecteur en chef de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Christophe Quintin.

L'annonce d'une dérogation avait pourtant entraîné une vive polémique : « L'eau trop chaude rejetée dans le fleuve, induira des pertes de biodiversité accroissant le cycle infernal de l'effondrement », avait même réagi sur Twitter la députée EELV Sandrine Rousseau. Mais si l'on en croit le gendarme du nucléaire, aucune donnée ne permet pour l'heure de démontrer l'existence d'un réel impact sur les écosystèmes environnants, que ce soit via l'étude des poissons, des planctons ou des cyanobactéries.

L'Assemblée vote un soutien non ciblé au chauffage au fioul

Le fioul n'est pas seulement utilisé pour générer de l'électricité via des turbines à combustion : cette énergie fossile peut aussi être directement brûlée pour chauffer les logements. En France, il reste près de 3 millions de ces chaudières au fioul, dont l'installation est interdite depuis le 1er juillet 2022.

Celles-ci pourraient néanmoins bénéficier d'un nouveau coup de pouce, malgré leur impact désastreux sur le climat : face à l'inflation galopante, les députés ont voté lundi en faveur d'un soutien à hauteur de 230 millions d'euros pour les foyers se chauffant au fioul, lors de l'examen des mesures pour le pouvoir d'achat. Cette subvention prendra la forme d'une « aide temporaire et exceptionnelle » justifiée par « l'urgence de la situation », y compris pour les « classes moyennes », a fait valoir le porteur de l'amendement, le LR Jérôme Nury. Et ce, sans conditions de ressources.

Opposé à cette mesure, le gouvernement a lui tenté de défendre un dispositif plus ciblé à destination des ménages modestes, avec 50 millions d'euros prévus sur le sujet. Chez LREM, Mathieu Lefèvre a ainsi jugé que le fioul ne pouvait « pas être traité à la volée avec un amendement à 230 millions d'euros dont on ne connaît pas les critères » et qui n'est « pas précis ».

De son côté, la socialiste Claudia Rouaux a estimé qu'il y avait « énormément de familles qui ont du mal à remplir leurs cuves », avec parfois « dix chèques » successifs pour étaler les paiements de centaines d'euros. L'amendement a finalement été voté par 164 voix contre 153 avec l'alliance des oppositions Nupes, LR et RN, signant un nouveau revers pour les macronistes en l'absence de majorité absolue au Palais Bourbon. De quoi, une fois encore, illustrer la tension persistante entre préservation du climat et défense du pouvoir d'achat.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 26/07/2022 à 16:28
Signaler
On peut acheter du fuel aux Emirat il viennent de tripler leurs achats de fuel à la Russie pour le revendre aux clients qui se présentent . Pour info ce n'est pas une fake news.

à écrit le 26/07/2022 à 15:19
Signaler
Après avoir bloquer le développement des renouvelables depuis la cop21 pour faire le lit du nucléaire EPR, Macron organise la pénurie qu'il a créé.

le 26/07/2022 à 16:42
Signaler
Zut vous ne connaissez rien à ce sujet

le 26/07/2022 à 19:53
Signaler
@ LIO Et vous encore......infiniment moins. Car vous semblez ignorer que le contrat que nous avons signé lors de la cop21 de 2015 à Paris nous nous sommes engagés, entre autres, à avoir opérationnel 6 GW d'olien offshore à l'échéance 2020.... Il n'y...

le 27/07/2022 à 7:59
Signaler
Les renouvelables intermittentes et aléatoires ont conduit au fiasco que l'Allemagne et bientôt l'Europe est en train de vivre, mais il y a encore des autistes qui en réclament encore. Etonnant, non!

à écrit le 26/07/2022 à 14:13
Signaler
Pourquoi du fuel et pas du gaz ? Parce que le gaz doit être économisé (ma chaudière est coupée depuis 3 mois, tant pis pour l'eau chaude) ? Ça pollue plus, le fuel (mais moins que le charbon peut-être). Il faut rehausser les règles et voir si la flo...

le 26/07/2022 à 15:11
Signaler
On pouvait aussi respecter nos à engagements de développement de la cop21 mais on a choisi de ne rien faire et aujourd'hui nous payons les erreurs de Macron pendant qu'il organise la pénurie qu'il a créé pour faire le lit du nucléaire EPR qui est un ...

à écrit le 26/07/2022 à 14:12
Signaler
C'est pourtant simple : pour les 2 ans à venir, tout ce qui peut produire de l'électricité doit le faire : centrales nucléaires, au fioul, charbon, énergies renouvelables, barrages (le moins possible en laissant les retenues d'eau les plus remplies p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.