Pétrole : une grève menace de fermeture le plus gros champ pétrolier de Norvège, Equinor

 |  | 339 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Equinor ASA – Espen Rønnevik/Øyvind Gravås))
Déjà 6 gisements en mer fermés à cause de ce conflit social emmené par le syndicat minoritaire Lederne. De fait, la production quotidienne norvégienne est amputée de 330.000 barils équivalent-pétrole (8% du volume normal), selon l'organisation patronale Norsk Olje & Gass. Le syndicat réclame notamment que les conditions offertes aux travailleurs offshore soient étendues à leurs collègues à terre qui, grâce aux nouvelles technologies, pilotent de plus en plus les plateformes à distance.

Une grève en cours dans le secteur pétrolier norvégien pourrait entraîner la fermeture, la semaine prochaine, du plus gros champ pétrolier du pays, principal producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, a prévenu son exploitant, le groupe norvégien Equinor.

Le conflit social qui oppose le syndicat minoritaire Lederne à l'organisation patronale Norsk Olje & Gass (NOG) a déjà provoqué la fermeture de six gisements en mer, amputant la production quotidienne norvégienne de 330.000 barils équivalent-pétrole, soit 8% de son volume normal, selon les chiffres de NOG.

"Si la grève en cours sur le plateau continental norvégien continue jusqu'au 14 octobre, le champ Johan Sverdrup en mer du Nord devra cesser sa production jusqu'à nouvel ordre", a indiqué Equinor dans un communiqué mercredi soir.

La capacité actuelle de production de Johan Sverdrup, où le français Total est partenaire, est de 470.000 barils par jour. Si 43 membres de Lederne y ont déjà cessé le travail, son activité n'a pas été affectée à ce stade.

Mais cela sera le cas si le mouvement continue faute de compétences nécessaires lors de la prochaine rotation de personnels prévue, a expliqué Equinor.

En cause, les salaires et l'égalité de traitement avec les collègues à terre

Lederne, dont 169 membres sont déjà en grève, a de son côté annoncé mercredi un nouveau durcissement du mouvement: faute d'un accord d'ici là, 93 autres de ses membres cesseront le travail à compter de minuit (22H00 GMT) dans la nuit de vendredi à samedi.

Le syndicat réclame de meilleurs salaires ainsi que l'extension des conditions offertes aux travailleurs offshore à leurs collègues à terre qui, grâce aux avancées technologiques, contrôlent de plus en plus souvent les plateformes à distance.

NOG, pour sa part, fait valoir qu'un autre syndicat plus important, Industri Energi og Safe, qui représente 85% des travailleurs offshore, a accepté son offre financière et que la question d'une extension des conditions offshore ne relève pas du cadre des négociations salariales en cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2020 à 21:07 :
Il s'agit d'un retournement complet de paradigme.

En Norvège, depuis toujours, on considère que les personnels embarqués ne doivent pas pâtir de leur statut offshore.
Donc leurs conditions de rémunération, de temps de repos, de retraite etc sont ajustées pour tenir compte des conditions de travail sur les plate formes.

Ce qui est parfaitement logique. A travail, sale, dangereux, éloigné des familles, en rotation dans une des mers les plus inhospitalères du globe, en 3x8, correspond un salaire adapté.

Sauf que les personnels qui sont maintenant en salle de contrôle à terre ne subissent plus les caprices de la météo, la vie en collectivité forcée, l'éloignement familial ou les contraintes de sécurité drastique régnant une plate forme de forage ou de production.

Il va être compliqué aux syndicats de faire admettre une surpaye dans un pays féru d'égalité et où chacun peut connaître les revenus de son voisin.
a écrit le 08/10/2020 à 11:10 :
comment ca se fait que les norvegiens qui donnent des lecons de morale a tout le monde sur le rechauffement climatique pompent encore du petrole?
ca y est, je sais!
la morale, c'est pour les autres, eux ils n'en n'ont pas les moyens eux, car ils en ont besoin d'avoir de l'argent pour leur systeme social eux
j'ai tout bon?
Réponse de le 08/10/2020 à 15:21 :
"les norvegiens qui donnent des lecons de morale a tout le monde sur le rechauffement climatique"
vous avez une référence ? Ou c'est déduit des échelles de classement des pays ? Clament-ils "nous sommes vertueux, faites comme nous !" ??
Ils achètent beaucoup de véhicules électriques (y a des tas de facilités) et surtaxent l'essence (ai vérifié en juin l'an passé, fait crochet depuis la Suède mais je roule au gazole 3,99L/100) qu'ils veulent voir régresser (trop de CO2) : gazole ou électrique, c'est l'avenir pour eux, nous c'est essence ou électrique, notre choix.
Vendre une richesse c'est déconseillé ? Il accumulent dans une immense cagnotte, et quand le pétrole sera épuisé deviendront un pays pauvre (en ressources) et pourront adhérer à l'UE, peu à payer car pauvres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :