Électricité : la production nucléaire d’EDF sera compliquée jusqu’en 2024… au moins

EDF prévoit une production électrique nucléaire comprise seulement entre 315 et 345 TWh pour 2024, soit l'équivalent peu ou prou de la production nucléaire de l'année 2020, qui s'était écroulée en raison de la crise Covid. La situation très tendue sur le système électrique tricolore va donc perdurer. Elle s'explique par d'importantes opérations de maintenance auxquelles s'ajoute un phénomène de corrosion en série. En France, le niveau de production nucléaire considéré comme « normal » par les experts n'a pas été atteint depuis 2015.
En 2024, la sobriété dans la consommation d'électricité sera encore de mise.
En 2024, la sobriété dans la consommation d'électricité sera encore de mise. (Crédits : Stephane Mahe)

La situation très tendue que s'apprête à connaître le système électrique cet hiver n'est pas un problème de courte durée. C'est un problème durable qui va se prolonger dans le temps. Les chiffres publiés ce mardi 13 septembre par EDF le confirment : en 2024, la production nucléaire sera comprise entre 315 et 345 TWh, estime l'électricien. « C'est le niveau d'une année Covid », pointe Nicolas Goldberg, expert énergie chez Colombus Consulting. En 2020, année marquée par un confinement strict de deux mois, la production électrique nucléaire française s'était, en effet, effondrée à 335,4 TWh, chutant de 11,6% (44 TWh) par rapport à 2019. « Son niveau le plus pas depuis 1993 », avait alors souligné RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité.

En 2024, la production électrique devrait donc être légèrement supérieure à celle attendue pour 2023, estimée aujourd'hui entre 300 et 330 TWh, elle-même légèrement supérieure à celle de 2022, qui devrait s'établir à seulement 285 TWh, une « véritable catastrophe », selon Nicolas Goldberg.

Lire aussiFessenheim : Macron refait l'histoire

« Dès 2015, on savait que la situation allait être tendue »

« Ces chiffres montrent que la crise électrique va durer jusqu'en 2024, au moins, et c'est inquiétant, estime l'expert. Dès 2015, on savait que la situation allait être tendue sur le parc électronucléaire à cette période en raison des visites décennales [arrêt de plusieurs mois de la production d'un réacteur, qui a lieu tous les dix ans, et pendant lequel un examen de sûreté est réalisé en profondeur. Les quatrièmes visites décennales (VD4), qui concernent en ce moment les plus vieux réacteurs du parc, ceux de 900 MW, comptent 20.000 activités de maintenance et de contrôles et visent à faire tendre le niveau de sûreté de ces réacteurs vers celui des EPR, ndlr], mais on ne se doutait pas de la profondeur de cette crise », concède-t-il.

Concernant l'estimation de la production pour 2024, EDF précise « que le planning de maintenance associé est en cours de consolidation ». Pour l'heure, on ne connaît donc pas encore l'amplitude des différents facteurs qui affecteront la disponibilité du parc nucléaire en 2024. « Quelle sera la part des opérations de maintenance et des visites décennales et celle des problèmes de corrosion ? », s'interroge Nicolas Goldberg.

Sept visites décennales prévues en 2024

« L'estimation de la production nucléaire 2024 s'explique par un programme industriel dense et la poursuite de la réalisation du programme de contrôle des réacteurs nucléaires dans le cadre du phénomène de corrosion sous contrainte », indique, pour sa part EDF, sans donner davantage de détails.

Fin 2021, l'électricien a découvert un problème de corrosion sous contrainte, en série, qui se traduit par des microfissures sur des tuyaux en acier, connectés au circuit primaire principal qui entoure le réacteur. D'après les investigations réalisées par EDF, 12 réacteurs sont concernés ou potentiellement concernés par ce phénomène et sont donc actuellement à l'arrêt. (Tandis que 17 autres sont actuellement arrêtés pour maintenance). Si ce phénomène perdure jusqu'en 2024, les arrêts de maintenance pourraient donc être plus longs afin de procéder à des vérifications supplémentaires.

Par ailleurs, en 2024, sept visites décennales sont prévues : deux concernant les réacteurs de 1300 MW de Penly 2 et Golfech 2, et cinq quatrièmes visites décennales pour les réacteurs de 900 MW de Blayais 3, Cruas 3, Dampierre 4, Gravelines 4, Tricastin 4.

« En 2024, nous serons donc encore dans une situation tendue [sur le plan de la sécurité d'approvisionnement électrique, ndlr]. Il faudra appliquer les écogestes, mais aussi les principes de sobriété avec la mise en place des bons signaux tarifaires et les appliquer dans le temps car c'est un problème durable », insiste Nicolas Goldberg.

Une production en baisse depuis 2018

Quelques éléments pourraient néanmoins soulager le système électrique français. Du côté de la production, le parc éolien en mer de Saint-Nazaire, composé de 80 turbines, sera pleinement opérationnel, la mise en service à 100% étant prévue pour la fin 2022. Il faut aussi espérer que la loi sur l'accélération des énergies renouvelables, qui doit bientôt être présentée en conseil des ministres, ait produit ses premiers effets.

Ensuite, la France devrait être en mesure d'importer davantage d'électricité grâce à la mise en place d'une nouvelle interconnexion entre la France et l'Italie via le tunnel de Fréjus. Celle-ci doit être pleinement opérationnelle dans les prochains mois. En revanche, les résultats liés aux travaux d'efficacité énergétique ne seront, sans doute, pas encore au rendez-vous.

Depuis 2018, la production nucléaire française ne cesse de diminuer. Seule l'année 2021 a été marquée par une fragile embellie. Le parc électronucléaire tricolore a ainsi produit 393,2 TWh en 2018, 379,5 TWh en 2019, 335,4 TWh en 2020 et 360,7 TWh en 2021. Il faut remonter à 2015 pour obtenir un volume supérieur à 400 TWh, un niveau considéré comme « normal » par tous les experts du secteur. Et pour cause, de 2002 à 2015, la production électrique issue de l'atome a toujours été supérieure à 400 TWh, hormis en 2009.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 14/09/2022 à 16:13
Signaler
Quand je pense qu'il va falloir en plus ouvrir les fenêtres cet hiver ,brrr, pour chasser un énième variant qu'on est en train de nous préparer gentiment pour la dodose à venir dans le brasbras .D'ailleurs, la presse commence à évoquer une 8 vagues e...

à écrit le 14/09/2022 à 14:18
Signaler
La France aurait pu etre plus ambitieuse sur les eoliennes offshores ,comme la Chine et les USA principalement. Discuter sur une technologie chere, complexe, mal maitrise et alimentee par de l uranium importe est une aberration . Meme des pays ,comme...

le 14/09/2022 à 15:06
Signaler
il faut nommer les responsables de la reduction de production electrique et leur interdire une fonction d'etat ou d'elus c'est un sabordage de la france

le 15/09/2022 à 11:34
Signaler
Ce qu'on vend aujourd'hui pour pas cher (même aux enchères) vaudra de l'or plus tard, au bénéfice du privé (cf le cas d'école des autoroutes). Ce n'est qu'une question d'horizon de temps, c'est une gestion de banquier. Ce que vous proposez, c'est que...

à écrit le 14/09/2022 à 13:54
Signaler
Centrale du Bugey: pas de fissures liées à une corrosion sous contrainte "La « corrosion sous contrainte » qui touche plusieurs réacteurs du parc nucléaire français, se traduit par l’apparition de fissurations dans les tuyauteries. Ceux du Bugey éta...

le 14/09/2022 à 16:18
Signaler
Merci pour "la dernière info connue" mais avec laquelle je resterai néanmoins prudent. Par contre, j'adhère pleinement à votre magnifique conclusion😉

à écrit le 14/09/2022 à 12:25
Signaler
La situation d'EDF requiert un changement complet du management de l'entreprise : des centrales françaises mal entretenues (pour faire des économies ?), des investissements hasardeux à l'étranger. Il est temps que l'entreprise soit renationalisée...

le 14/09/2022 à 14:23
Signaler
Nombre d'expériences ces dernières décennies ont montré que souvent l'état est mauvais gestionnaire

à écrit le 14/09/2022 à 5:52
Signaler
Une centrale nucléaire produit beaucoup d'énergie, MAIS l'énergie nécessaire pour arriver à produire DÉPASSE TRÈS LARGEMENT l'énergie produite (extraction, enrichissement, construction et fonctionnement de la centrale, retraitement et enfouissement d...

à écrit le 14/09/2022 à 0:15
Signaler
« Dès 2015, on savait que la situation allait être tendue ». Comme ministre de l'industrie depuis 2014, Macron était un des mieux placés pour recadrer l'affaire. Il ne l'a pas fait. Il négociait avec GE la braderie d'Alstom.. Il était déjà ailleurs "...

à écrit le 13/09/2022 à 21:15
Signaler
Il faut remercier duflot et royal Grâce à elles.es fessenheim est reconvertie en centre mondial de production de tesla et EDF est le champion mondial de la denuclearisation... comme promis donc...comme toutes les promesses de la gauche juste et tol...

le 13/09/2022 à 23:58
Signaler
Ils et Elles s'y sont tou(te)s mis(es); vous pouvez ajouter Hollande et Macron, et Rugy. "Quoiqu’il arrive, Fessenheim s’arrêtera, même si l'EPR n'est pas prêt. C'est le projet de notre gouvernement" dixit Pompili en 2018. Un tout petit peu de pragm...

à écrit le 13/09/2022 à 20:18
Signaler
Si EdF est aussi performant sur ce planning prévisionnel qu'il le fut et l'est encore sur celui de l'EPR de Flamanville je crains que notre approvisionnement électrique ne soit aléatoire bien au delà de 2024🤔🤔

à écrit le 13/09/2022 à 19:49
Signaler
Si je comprend bien, cela fait 7 ans qu'il y a des alertes et rien n'a été fait !!! Pour résoudre le problème, il n'ont rien trouvé de mieux que de fermer 2 réacteurs et de prévoir la fermeture de 12 autre. C'est beau d'installer de l’éolien ou du ...

le 13/09/2022 à 22:35
Signaler
Depuis 7ans dites-vous? 🤣 Le premier cas recensé dans un réacteur français par la littérature scientifique date de 1984 et concerne le circuit RIS (injection de sécurité) du réacteur 3 de la centrale du Bugey dans l’Ain. Le même circuit que celui qu’...

à écrit le 13/09/2022 à 19:16
Signaler
Bonjour, Bon , ils me semblent importants de mettre un grand coups de pieds dans la fourmilière... Licencié les responsables, remettre tout se beau monde au travail... Ensuite faire part de notre mécontentement... Car la situation actuelle est i...

à écrit le 13/09/2022 à 19:08
Signaler
Pour prévoir les déconvenues ils sont champions! Cela permet de monter "des affaires"! Mais pour régler le moindre problème, il faut les réveiller de bonne heure!

à écrit le 13/09/2022 à 19:07
Signaler
Pour prévoir les déconvenues ils sont champions! Cela permet monter "des affaires"! Mais pour régler le moindre problème, il faut les réveiller de bonne heure!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.