Corrosion : EDF prolonge l’arrêt de cinq réacteurs nucléaires en pleine crise de l’énergie

EDF a fait savoir ce jeudi que plusieurs réacteurs nucléaires seront remis en service plus tard que prévu, ce qui entraînera un plus grand déficit d'approvisionnement en électricité pour octobre, novembre et décembre. L’annonce a immédiatement fait bondir les cours sur les marchés, qui atteignaient déjà des niveaux inédits au moment où la France s'inquiète d'un manque de production électrique cet hiver.
32 réacteurs sur les 56 que compte le parc nucléaire français sont aujourd'hui à l'arrêt.
32 réacteurs sur les 56 que compte le parc nucléaire français sont aujourd'hui à l'arrêt. (Crédits : Reuters)

L'étau se resserre, et les chances de passer l'hiver sans coupures s'amincissent. En effet, alors qu'EDF a déjà largement abaissé ses prévisions de production nucléaire pour cet hiver, avec 280 à 300 térawattheures (TWh) seulement générés cette année (contre environ 400 en temps « normal »), le fournisseur historique a fait savoir ce jeudi que cinq réacteurs verront leur arrêt prolongé de plusieurs semaines.

De quoi alarmer un peu plus le marché, qui anticipe un manque d'électricité en France dans les prochains mois. Résultat : le mégawattheure (MWh) s'échange désormais à plus de 1.500 euros sur la bourse EEX pour le 1er trimestre 2023, contre environ 50 euros avant la crise.

Et pour cause, plusieurs centrales font face à un défaut de corrosion dont l'origine et l'ampleur restent inconnus, et qui a déjà obligé EDF à mettre à l'arrêt 12 réacteurs nucléaires. Concrètement, quatre réacteurs dont la fermeture sera prolongée le seront pour cette raison : Cattenom 1, 2 et 3, ainsi que Penly 1, dont les remises sur le réseau sont respectivement prévues les 1er novembre, le 1er décembre, le 14 novembre et le 23 janvier. Cela représentera ainsi 3 gigawatts de moins pour le réseau en octobre, 2 GW en novembre et 700 mégawatts en décembre, sur les quelque 61 GW de capacité du parc français.

« La raison est simple : nous avions élaboré un programme de contrôle et de réparation des réacteurs touchés par le défaut de corrosion soumis à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), que cette dernière avait validé dans les grandes lignes. Mais les analyses de résultats des derniers examens sur ces quatre réacteurs nous permettent de préciser le calendrier de programme de réparation », explique-t-on chez l'électricien.

Quant au cinquième réacteur dont l'arrêt est maintenu, il s'agit de Bugey 2, non touché par un défaut de corrosion mais qui devra subir des « opérations de maintenance ».

Les objectifs de production restent maintenus

Pour autant, ces prolongations « n'auront pas d'impact sur les prévisions de production nucléaire », même si celle-ci se situerait« plutôt sur le bas de la fourchette », soit autour de 280 TWh, explique à La Tribune un porte-parole. « On remplira les objectifs », insiste-t-il. De fait, pour faire face à la hausse de la consommation, EDF prévoit toujours de remettre en service environ 40 GW d'ici à fin décembre, alors que 32 réacteurs nucléaires sur 56 sont aujourd'hui arrêtés.

Il n'empêche que la situation inquiète. Car le pays disposera de très peu de marges, et pourrait voir la situation lui échapper en cas de forte demande, notamment si l'hiver s'avère plus froid que prévu. Par ailleurs, ce problème d'indisponibilité des centrales nucléaires ne sera pas réglé demain : EDF devra contrôler l'ensemble de son parc d'ici à 2025 par ultrasons pour rechercher d'éventuelles traces du défaut de corrosion, en priorisant les zones les plus sensibles des réacteurs de 1.450 MW (les plus puissants) et certains de 1.300 MW.

Enfin, l'indisponibilité historique de ses réacteurs pourrait coûter très cher à EDF lui-même, au moment où l'énergéticien public gagne de plus en plus de clients, effrayés par l'impact possible de la crise de l'énergie sur leurs factures et désireux de se voir protégés par le bouclier tarifaire. De fait, pour assumer ces nouveaux arrivants, le groupe devra racheter de nombreux électrons sur les marchés à terme, tirés à la hausse par ses propres déboires. Pour l'instant, EDF estime l'impact de la corrosion sous contrainte sur le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) à 24 milliards d'euros environ cette année, a précisé fin juillet le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 31/08/2022 à 22:11
Signaler
Lorsque l'on met en parallèle cette information et les multiples incitations gouvernementales à rouler en électrique, on peut en effet se demander si le monde tourne bien rond. Autrement dit, une fois que vous aurez acheté un superbe suv tout électr...

à écrit le 28/08/2022 à 9:09
Signaler
En France on a forme des psychologues pour nous parler du covid et des chercheurs en tout mais on a oublie de former des soudeurs que l'on fait venir des pays du nord ou de l'est. ( il faudrait se reveiller,mais on peut rever...)

à écrit le 26/08/2022 à 16:56
Signaler
Bonjour, cette historique de corrosion est bien triste ... Mais plusieurs remarques sur le sujets... cela est ils une volonté d'edf afin de maintenir sur statut d'entreprises étatiques. Ensuite , si cette corrosion est effectives, ils faut prend...

à écrit le 26/08/2022 à 13:39
Signaler
EDF a tout intérêt à noircir le tableau pour redevenir l'entreprise nationalisée qu'elle était. En intensifiant la pénurie d'électricité, EDF met à genou les fournisseurs alternatifs qui n'ont aucune raison d'exister puisqu'ils n'ont rien à vendre qu...

à écrit le 26/08/2022 à 11:32
Signaler
Définition du "je m'en foutisme" en matière de corrosion nucléaire. Alors que la centrale nucléaire de Bugey connu son premier incident de corrosion sous contrainte en...1984 - seulement cinq ans après sa mise en service - EDF a récemment affirmé avo...

le 14/09/2022 à 22:19
Signaler
Votre commentaire est une vraie fake news. Vous racontez n'importe quoi car visiblement vous ne connaissez strictement rien à ces problèmes. Vous parlez de tuyaux qui rouillent et puis quoi encore. Vous inventez carrément les problèmes de Bugey en 19...

à écrit le 26/08/2022 à 9:29
Signaler
La gestion d'EDF est comme celle de l'état une catastrophe. C'est normal c'est les mêmes élites qui dirigent EDF et l'état depuis plusieurs décennies. Il n'y a aucune vision à long terme, chantiers de constructions de réacteurs et de maintenances qui...

à écrit le 26/08/2022 à 9:24
Signaler
Incroyable, à mon avis ces pannes sont exagérées et pourquoi pas provoquées. Ces dysfonctionnements et le chaos qui suivra, doivent démontrer aux écolos anti-nucléaire français que cette énergie est incontournable et, surtout, par la même occasion d...

le 26/08/2022 à 11:30
Signaler
"Incroyable, à mon avis ces pannes sont exagérées et pourquoi pas provoquées." Pour moi, tout cela a été bien orchestré par l'état depuis des années ,( ouverture à la concurrence par Sarko en 2007 avec maintenant 41 fournisseurs en 2022) problème...

à écrit le 26/08/2022 à 7:27
Signaler
Un vrai scandale que cette gestion de l’électricité incapacité à prévoir d’EDF et de l’état que nous aurions besoin de plus d’électricité dans les temps qui viennent, on demande aux français de ne plus utiliser les energies fossiles et on est incapab...

à écrit le 26/08/2022 à 6:25
Signaler
On en viendrait à souhaiter la résurrection de Raymond Barre, hélas, aussi, de l'impôt sécheresse! (1976)

le 27/08/2022 à 10:41
Signaler
Celui qui a planqué un pognon occulte 100 fois supérieur à ses revenus en Suisse ?

à écrit le 26/08/2022 à 2:03
Signaler
Il paraît qu'EDF est obligé de vendre à perte à ses clients français, qui payent moitié moins que ses clients anglais ... La vente à perte est interdite par le code de commerce, même si on comprend que l'état actionnaire, en conflit d'intérêt, est i...

à écrit le 25/08/2022 à 22:44
Signaler
En Corée du Sud en Russie en Chine au Japon il n'y a aucun probléme avec dea réacteurs mais seulement en France.

à écrit le 25/08/2022 à 19:55
Signaler
Sils doivent reporter le redemarrage des centrales, c est que le ou les problemes doivent etre serieux......Et dire que l on pensait maitriser la technologie du nucleaire....

le 26/08/2022 à 5:47
Signaler
Faut voir aussi la quantité de paperasse qu'il faut faire ne serait-ce que pour changer une ampoule dans une centrale nucleaire. Il y a tellement de norme et de régulation que ce qui serait fait en un jour pour réparer une installation normale prend ...

le 26/08/2022 à 13:37
Signaler
Pourquoi les 7 autres centrales ont elles redemarrees ? La paperasse etait plus legere ?

le 26/08/2022 à 13:49
Signaler
@reponse de cowboy be-bop. En matière de sécurité nucléaire je ne pense pas que le bricolage soit une option. La paperasse ralentit les actions, certes, mais si ça peut nous éviter Tchernobyl ou Fukushima, c'est sans doute pas plus mal.

à écrit le 25/08/2022 à 19:10
Signaler
C'est une bonne nouvelle. De toutes manières, puisque le gouvernement force EDF a vendre son électricité à parte à ses concurrents, il n'y a aucune raison qu'ils se fatiguent à produire coûte que coûte

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.