Solaire : Nouvelle Aquitaine et Occitanie se disputent la première place du podium

 |   |  553  mots
Plus de 100 projets et 700 MWc de puissance solaire ont été attribués le 6 août
Plus de 100 projets et 700 MWc de puissance solaire ont été attribués le 6 août (Crédits : REUTERS/Issei Kato)
À elles deux, ces régions ont remporté plus de la moitié des projets solaires attribués le 6 août dernier dans le cadre du dernier appel d’offres pour centrales de grande puissance. Engie l’emporte très largement chez les développeurs. Les tarifs de certains projets ont baissé de 20% depuis mars 2017.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a désigné le 6 août dernier 103 projets lauréats dans le cadre de la quatrième tranche de son appel d'offres CRE4, pour une puissance totale de près de 730 mégawatts crête (MWc).Cela représente près d'un dixième du parc déjà installé à fin mars, de 8.300 MW. Réservé aux centrales au sol et sur ombrières de parking de grande puissance (entre 500 kWc et 30 MWc), CRE 4 visait à son lancement en 2016 un volume global de 3 GW en 3 ans, un objectif révisé à 4 GW en décembre dernier dans le but d'atteindre un parc de 10,5 GW en fin d'année conformément à la programmation pluriannuelle de l'énergie en vigueur.

Engie fait la course en tête

Selon l'analyse des résultats réalisée par Finergreen, Engie raffle la mise parmi les 31 développeurs lauréats, avec 25 projets pour une puissance totale de 229 MWc. C'est plus du double de Quadran (devenu filiale de Total lors du rachat de Direct Energie en avril 2018) avec 100 MWc et 15 projets. Urbasolar (63 MWc) monte sur la troisième marche du podium.

Ce classement est quasiment identique sur l'ensemble des quatre tranches de CRE 4 attribuées depuis mars 2017. Engie (avec ses filiales CNR, Langa, récemment repris, la Compagnie du Vent et Solairedirect sous l'ombrelle Engie Green) fait toujours la course en tête avec 550 MWc, devant Urbasolar et Quadran, quasiment à égalité avec 194 et 191 MWc. Viennent ensuite Neonen (130 MWc) et Valorem (102 MWc). EDF EN - qui a annoncé en décembre dernier un gigantesque plan solaire de 30 GW à développer entre 2020 et 2035 - ne figure pour le moment qu'à la neuvième place, avec 72 MWc sur ce créneau des grandes centrales qui constitue son cœur de cible.

En termes de capacités déjà installées, Engie est toujours en tête avec 1.000 MWc, . L'objectif de l'ex GDF-Suez est de 2.200 MWc installés à l'horizon 2021. Total, nouveau venu dans cette activité, vise pour sa part 10 GW dans les 10 ans.

La moitié de la puissance attribuée dans deux régions

Sur le plan géographique, les régions Nouvelle Aquitaine et Occitanie se taillent la part du lion, totalisant à elles deux près de la moitié des projets lauréats. Sur cette quatrième tranche, l'Occitanie l'emporte avec 25 projets contre 23 pour la Nouvelle Aquitaine. Mais en termes de volume, la Nouvelle Aquitaine totalise 168,6 MWc contre 157,3 MWc pour l'Occitanie.

À l'inverse, la région PACA ne totalise que 11 projets, derrière Auvergne-Rhône-Alpes, avec 14 projets. Le Centre-Val de Loire (85 MWc pour 8 projets) et les Hauts-de-France (77 MWc pour 6 projets) tirent très correctement leur épingle du jeu.

20% de baisse des prix en 18 mois

Mais le plus spectaculaire reste la baisse des tarifs enregistrée depuis la première tranche de l'appel d'offres en mars 2017. C'est sur cette base que la production sera rachetée pendant vingt ans. De 70,6 euros/MWc en mars 2017, il est passé à 58,2 euros en moyenne sur les différentes catégories. Sur les ombrières de parking, où le tarif est le plus élevé à 83,8 euros/MWc, elle dépasse les 20%. Sans surprise, c'est sur les plus grandes centrales au sol (entre 5 et 30 MWc) que le prix est le plus bas, atteignant d'ailleurs un plus bas historique, à 52,1 euros/MWh, en baisse de 18% depuis mars 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2018 à 11:02 :
des immenses centrales solaires en Camargue et au Larzac devraient couvrir les besoins des villes de ces régions si bien ensoleillées, qu'attend on ?
a écrit le 10/08/2018 à 10:07 :
Il n’y a rien d’etonnant car c’est sur la moitié Sud de la France Corse comprise, que le photovoltaïque obtient son meilleur rendement compte tenu de la luminosité !!
a écrit le 09/08/2018 à 10:04 :
Il y a du progrès, reste que le retard à rattraper est important. Je profite du sujet pour reprendre quelques chiffres en rapport avec l’article et donner les sources pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet.
- en France la production photovoltaïque d’électricité ne dépasse pas les 2 %. Sur un parc renouvelable totalisant 49.1 GW (données « Panorama de l’électricité renouvelable au 31 mars 2018 », dont l’hydroélectricité représente encore plus de 50 % en termes de puissance installée et le photovoltaïque 16 %). Par ailleurs, l’éolien offshore ayant pris du retard, le solaire constitue donc un moyen rapide de développement de la production d’électricité à base d’énergies renouvelables.
Quand à la baisse du prix des modules PV ils auraient baissé de 73 % depuis 2010,
d’après l’IRENA (https://cms.irena.org/-/media/Files/IRENA/Agency/Publication/2018/Jan/IRENA_2017_Power_Costs_2018.ashx). Cette baisse du prix des équipements va se poursuivre.

On remarquera que pour le moment ce sont surtout les grandes installations qui sont en progression rapide, alors que le potentiel d’ensoleillement est le même, que l’on soit petit ou grand producteur. Logique ? il y a bien sur l’effet volume/prix, mais aussi une forme de frein qui fait imaginer que si les consommateurs produisent en partie eux-mêmes, ils vont déstabiliser le marché. Absurde, vu les ratios, les près carrés ne risquent rien et les seuls qui pourraient y trouver un intérêt sont par exemple les agriculteurs (loin d’être des « spéculateurs » et comme le dérèglement climatique risque de plus en plus de déstabiliser les productions agricoles, cela permettrait aux plus modestes d’assurer un minimum de revenus stables), ou les entreprises et collectivités disposant de grandes surfaces de toitures, sans parler de nombreuses toitures amiantées à remplacer...

Côté demande, elle va être boostée si l’essor des véhicules électriques a lieu, et actuellement il n’est pas certain que l’offre suive. Ce parti-pris de concentration des productions risque par ailleurs de retarder l’évolution des smart grids et de faire prendre du retard sur d’autres pays. Tels l’Allemagne et l’Italie, qui eux incitent à de la production décentralisée et à l’autoconsommation avec système de stockage. D’après des chiffres AGEE-Stat l’Allemagne serait à plus de 7 % de production électrique à base de PV, dont 10% en autoconsommation (chiffres repris par l’étude Baromètre Photovoltaïque EurObserv'ER). Le pacs de batteries type Lithium-Ion permettant de facilement lisser les écarts entre pics de production et de consommation sur la journée. On notera aussi les statistiques sur les auto-consommateurs : ils seraient 1.5 millions en Allemagne, 630000 en Italie et 20000 en France.
D’après le même baromètre, en ce qui concerne les puissances installées en PV à fin 2017, l’Allemagne reste en tête avec 42,3 Gwc installés. L’Italie : 19,6 Gwc, Royaume Uni : 12,7 Gwc et la France 8 Gwc. L’Espagne étant dans une situation pire, avec à peine 5,1 Gwc installés. Il est vrai que la “taxe soleil” n’incite pas à l’équipement, avec comme risque d’effet indésirable de réduire la compétitivité. Car au delà des enjeux environnementaux c’est surtout de cela dont il s’agit, de compétitivité. Certains l’ont bien compris, y compris au niveau régional.
Réponse de le 10/08/2018 à 10:39 :
Merci Velkavatar pour le commentaire, c'est intéressant.

En ce qui concerne les smart-grids et l'autoconsommation, surveillez l'actualité. Il va il y avoir des projets très innovants en France fin 2018 et courant 2019.

Ca bouge donc, mais pas autant qu'on pourrait le souhaiter. Le cadre tarifaire issu des recommandations de la CRE rend la rentabilité financière des opérations en autoconsommation collective pratiquement impossible. Toute la profession le déplore, car ce modèle énergétique pourrait être un excellent moyen de développer le solaire en France.

Des projets qui partent de la base et dimensionnés pour minimiser les surplus ; une production locale décentralisée consommée au plus près ; les premiers pas vers les smart-grids et le pilotage de la demande : vous comprenez qu'il était urgent de freiner des quatre fers.

Bonne continuation Velkavatar.
Réponse de le 10/08/2018 à 13:58 :
1 kw de renouvelable = 1 kw de charbon importé des soi-disant ecolos allemands qui se chauffent au charbon et qui ont des grosses voitures bien polluantes.
a écrit le 09/08/2018 à 9:00 :
IL faut le dire aussi mais la proximité de l'océan permet un support d'énergie supplémentaire à l'est de la france avec les éoliennes off shore et marée motrice, espérons d'ailleurs que ces régions se dirigent vers cette énergie continue et inépuisable car même quand les océans auront été totalement tué par l'avidité de nos possédants, ses mouvements continueront.

Ben oui mais vu la stupidité du dogme de nos serviteurs néolibéraux européens on ne peut que se préparer au pire, seule gouvernance que connaissent ces gens là.
a écrit le 09/08/2018 à 8:00 :
Comme le montre l'illustration, la stérilisation de terres agricoles et le massacre des paysages par des couvertures de panneaux solaires croît et embellit.
Réponse de le 10/08/2018 à 9:35 :
C'est vrai que les centrales déglinguées et les décharges atomiques qui parsèment le territoire français et le transforment en un chancre nucléaire font tout pour que les terres agricoles et les paysages croissent et embellissent. Oups : pas de chance : ce sont des terres contaminées et il n'y aura plus personne pour les voir puisque tout le monde aura crevé de cancers.
Réponse de le 10/08/2018 à 10:52 :
Réponse à X. Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut rien voir. La pose de panneaux solaires sur sol agricole est une hérésie alors que les surfaces de toiture et de parking abondent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :