L'État veut mettre le paquet sur une reconquête industrielle dans les zones rurales

 |   |  398  mots
(Crédits : Reuters)
Le gouvernement a présenté lundi 20 juillet son « Pack Rebond », une série de mesures pour attirer de nouveaux investissements industriels et relocaliser des productions dans les « territoires d'industrie », hors des grandes agglomérations.

Le « Pack Rebond », présenté conjointement par la ministre chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher et la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault lors d'une visite à Chalon-sur-Saône, vise à ancrer l'industrie dans des zones rurales. Cela se matérialisera par de nouveaux sites industriels « clés en main », des formations dédiés ou encore le recrutement de jeunes diplômés.

« Nos territoires sont la clé de voûte de la reconquête industrielle française. Le « Pack rebond » vise à relocaliser dans nos régions des activités stratégiques et créatrices d'emplois », considère Jacqueline Gourault. Et Agnès Pannier-Runacher d'ajouter : « Nous faisons de notre industrie le moteur de la relance sur tout le territoire national ».

Lire aussi : Industriels : comment relancer la machine après la crise ?

De 12 à 78 sites industriels « clés en main »

Lancés en début d'année, les sites « clés en main » proposent des infrastructures dédiées (énergie, haut débit, logistique) et ont passé un certain nombre de contrôles, assurant aux industriels intéressés des procédures accélérées. Les entrepreneurs pourront en plus compter sur un permis de construire délivré en trois mois et une autorisation environnementale en neuf mois.

12 premiers sites ont été présentés en janvier. Seules les régions Île-de-France et Bourgogne-Franche-Comté en étaient dépourvues. Avec cette nouvelle vague de 66 sites - portant le tout à 78 - l'ensemble des régions de France métropolitaine disposera d'au moins une de ces structures. La mieux fournie étant les Hauts-de-France (15 sites) contre seulement deux en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Les 78 sites clés en main du Pack Rebond

Booster la formation et le recrutement

Parallèlement, les ministres ont lancé un appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour les collectivités qui souhaiteraient ouvrir des formations industrielles correspondant aux besoins de leurs PME et ETI. L'objectif est de soutenir la dynamisation du tissu industriel dans les villes moyennes.

En complément, le « Pack rebond » comprend une opération visant à recruter 1 000 « volontaires territoriaux en entreprise » (VTE), des jeunes diplômés qui viennent travailler dans des PME et ETI. Les entreprises recevront une aide publique de 4 000 euros pour le recrutement d'un VTE dans un territoire d'industrie, et le VTE bénéficiera d'une aide de 1 200 euros pour ses frais d'hébergement.

Lire aussi : Mondialisation: la dépendance industrielle de la France à la Chine a explosé en 20 ans

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2020 à 11:34 :
La voiture autonome sa vas venir avec l'IA, Îls nous faut juste trouvé les bon dosages....
a écrit le 21/07/2020 à 14:43 :
le concours Lépine des utopies économico-politiques des apprentis de LAREM continue de plus belle . on a déjà les "clusters" Covid , voici maintenant les "Pack rebond", qui vont à n'en pas douter gaspiller encore plus d'argent public au seul profit de quelques exécutifs locaux et emplois aidés déguisés pour des amis ( VTE , ça fait quand même plus classe ).
à noter que l'administration serait en capacité d'exécuter ses missions d'accompagnement dans des délais " presque "normaux , par rapport à ses pratiques habituelles de laisser le temps au temps . un véritable exploit qui mérite effectivement d'être souligné .
Réponse de le 21/07/2020 à 20:37 :
Si se sont des packs rebond du COVID en plus...
Réponse de le 21/07/2020 à 22:50 :
T'as raison, ne faisons surtout rien, on pourrait se planter !
a écrit le 21/07/2020 à 10:05 :
On va récupérer les industries polluantes dont les chinois ne veulent plus.
Réponse de le 21/07/2020 à 12:40 :
S'ils ne les veulent plus ils vont mourir de faim.
Réponse de le 21/07/2020 à 15:10 :
Ben oui, l'industrie (lourde) ça fume, ça pue, ça envoie ses effluents dans les rivière, les poissons flottent le ventre en l'air, asphyxiés ou empoisonnés, c'est le XIXème siècle. :-)
Pour ça que certains ont choisi de rendre la France un "pays de services" puis se morfondre (tout est parti ailleurs, ouin ouin).
Les chinois veulent TOUTES les industries pour devenir LE fournisseur mondial de tout (mais ils ont besoin d'encore plus de charbon, aïe aïe, ça chauffe).
Réponse de le 21/07/2020 à 16:36 :
@ photo 73

Plus de 3000 manifestations populaires contre la pollution dans ce pays, une dictature sur un milliard d'habitant peut elle continuer de prendre le risque de mécontenter radicalement ses citoyens ?

Alors elle peut vouloir les garder encore mais certainement pas au même prix environnemental qu'avant c'est une certitude et donc plus coûteuse pour l'actionnaire occidental qui va de ce fait être plus motivé à faire revenir son usine polluante chez nous. Prenez du recul de temps en temps, vous ne tomberez pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :