Mondialisation : la dépendance industrielle de la France à la Chine a explosé en 20 ans

La dépendance de la production française à l’égard de l’offre chinoise a pratiquement été multipliée par 10 entre 1995 et 2014 selon une récente étude du CEPII. Avec la pandémie, cette dépendance, qui révèle les failles d'un modèle libre-échangiste, est sous le feu des critiques.
Grégoire Normand

4 mn

(Crédits : Reuters)

La pandémie a fait disjoncter les chaînes de valeur mondiale. Les mesures drastiques de confinement décidées par les grandes puissances industrielles ont provoqué un brutal coup d'arrêt des échanges de biens à l'échelle de la planète. En Chine, plusieurs grands ports ont arrêté leurs activités et des méga-usines ont réduit fortement leurs productions pendant les périodes de confinement. Du côté de la France, la mise sous cloche de l'économie pour tenter de réguler la propagation du virus a entraîné des pertes colossales dans de nombreux secteurs économiques. Si l'industrie n'a pas été la plus touchée, beaucoup de grands groupes ont dû faire face à de vastes difficultés d'approvisionnement. C'est notamment le résultat de décennies de désindustrialisation, d'une division internationale du travail accrue, et d'une montée en puissance de la mondialisation économique. En outre, la sévérité des mesures de confinement (blocage des frontières, limitation de la circulation) dans certains pays a stoppé net les importations de nombreux produits et composants.

> Lire aussi : La mondialisation économique, malade du Covid-19

Une dépendance multipliée par 10 en 20 ans

Les multiples délocalisations et la fragmentation des chaînes de valeur mondiales ont rebattu les cartes de la globalisation. La dépendance de la production française à l'égard de la Chine a ainsi été multipliée par 10 entre 1995 et 2014 selon une étude du centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) publiée le 10 juillet dernier. La part de l'offre chinoise est passée de 0,09% à 0,85% dans la production hexagonale d'après les calculs des auteurs Ariell Reshef et Gianluca Santoni.

Du côté de la demande, la dépendance a été multipliée par 6, passant de 0,12 à 0,72. "Ce qui a porté la part de la Chine dans la dépendance de la production française à l'offre et à la demande étrangère d'environ 1 % à environ 6 %" relèvent les économistes du centre de recherches basé à Paris. La hausse de la part des intrants chinois dans les chaînes de production tricolores est spectaculaire sur cette période mais elle reste minoritaire au regard d'autres zones géographiques.

La France reste surtout dépendante de ses partenaires de l'Union européenne

L'économie hexagonale reste avant tout dépendante des autres pays de l'Union européenne. En effet, même si elle a tendance à diminuer, la part de la production européenne dans la production française demeure prépondérante. "En 2014, la part de l'Union européenne comptait pour 50% de la dépendance de la production française à l'offre étrangère, et pour 47% de celle à la demande. Mais son importance relative a diminué : en 1995, la part de l'Union européenne était en effet respectivement de 58% et 52%"expliquent les économistes. Le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, et les âpres discussions qui ont suivi sur les conditions du Brexit, ont mis en lumière cette extrême dépendance de l'économie britannique à l'égard de l'Europe.

Par ailleurs, la construction européenne et les traités européens qui ont instauré la libre-circulation des biens sur le Vieux continent ont amplement contribué à mettre en oeuvre cette dépendance. La crise sanitaire et la fermeture des frontières a cependant mis un coup de projecteur sur les faiblesses de ce modèle actuellement remis en question par de nombreux spécialistes du libre-échange.

> Lire aussi : "Les dangers de la mondialisation ont été sous-estimés, malgré l'avis des spécialistes"

Le risque d'une seconde vague menace la reprise dans l'industrie

Depuis plusieurs jours, des signaux se multiplient pour alerter des risques d'une seconde vague en Europe. Plusieurs clusters en France et en Europe ont été repérés et des mesures de confinement à l'échelle locale ont parfois été décidées ou sont en réflexion. Si la plupart des pays semblent mieux préparés à affronter une seconde vague d'épidémie, une nouvelle fermeture des frontières à l'échelle européenne pourrait plomber la reprise de l'activité dans l'industrie. Tout va dépendre du degré de sévérité des mesures prises par les pouvoirs publics pour limiter la propagation du virus et des avancées de la recherche pour trouver un vaccin.

Grégoire Normand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 15/07/2020 à 10:40
Signaler
logique , quand le pays regarde court terme par ses politiques, ils n'ont plus cette question, et le jeu de l'entreprise sans usine d'il y a 20 ans montre bien comment les dirigeants Français n'ont pas de vision long terme, pas d'intérêts pour le bie...

à écrit le 14/07/2020 à 9:29
Signaler
Les riches français ont commencé à abandonner notre pays bien avant. Ne pas oublier que quand mitterand a été élue ils se sont précipités aux états unis pour se cacher, déjà vu que seul le gain les intéresse, à partir de là on ne sait pas trop à quoi...

à écrit le 14/07/2020 à 7:17
Signaler
Nous sommes politiquement dépendant des USA, et économiquement de la Chine. Mais l'Europe reste théoriquement souveraine sanitairement (on fabrique encore du PQ)...

à écrit le 13/07/2020 à 20:19
Signaler
La raison pour la delocalisation de tout valeur ajoute de la France vers la Chine est simple: les cotisations sociales exorbitantes dans ce pays. Les francais devrait pouvoir prendre leur retraite comme des millionnaires. Plus que 50% de la masse sal...

le 14/07/2020 à 9:49
Signaler
"La dépendance de la production française à l’égard de l’offre chinoise a pratiquement été multipliée par 10 entre 1995 et 2014 " L'article précise les dates de cette dépendance donc sous Chirac, Sarkozy puis Hollande.Quand aux " cotisations socia...

le 15/07/2020 à 10:12
Signaler
certes il y a des contreparties a ces cotisations sociales. Mais il n empeche que c est un boulet pour le "made in france" si vous devez payer votre personnel 50 % plus cher qu ailleurs. PS: pour les contreparties, il est clair qune partie de la p...

à écrit le 13/07/2020 à 19:38
Signaler
Alors ça c'est vraiment bizarre ! On a délocalisé toutes nos usines en Chine et ailleurs et maintenant on s'étonne qu'on ne fabrique plus rien ! Et oui ! Du simple bon sens : la valeur ajoutée étant faite ailleurs la France devient un pays pauvre, et...

à écrit le 13/07/2020 à 19:04
Signaler
vous relisez patrick artus ' la france sans ses usines', et vous regardez la courbe que le successeur de hollande veut inverser comme son papa ideologique vous constaterez que la france commence a decrocher a partir de 2000, date de l'application pl...

le 13/07/2020 à 19:34
Signaler
Très juste. L'Allemagne est dans le libre echange comme nous mais elle réussit très bien.

le 14/07/2020 à 2:48
Signaler
Votre discours est fait de vieux poncifs usés... Retournons à l'esclavage et au retour des privilèges puisque c'est votre seule réponse à la concurrence déloyale de la Chine.... Vous ne pourrez jamais concurrencer un pays ou il n'y a pas de protectio...

le 14/07/2020 à 6:34
Signaler
Les delocs, ont commencees en 1990.

le 14/07/2020 à 9:01
Signaler
pour quelle raison vous oublier de dire que c'est a partir des années 75 ou le virage endettement a été pris par vge et amplifié par son successeur ou la véritable raison et la peur de 68 et des revendication salariales de cela la délocalisat...

le 15/07/2020 à 0:28
Signaler
Cherchez mieux. Il s'est produit au début des années 2000 un fait économique majeur planétaire, et ce n'est pas les 35h. En 2001, la Chine a adhéré à l'OMC et s'est vue ouvrir largement les marchés économiques du monde, avec un statut "privilégié...

à écrit le 13/07/2020 à 15:34
Signaler
Pour la France, il ne s'agit pas d'un modèle de libre échange, mais une planification socialiste mise en place dès 1981 par Mitterand et créant le chômage de masse, une fatalité contre laquelle ses gouvernements ont tout tenté. L'avantage est de met...

le 13/07/2020 à 17:15
Signaler
@Boule On peut aussi penser que nos entrepreneurs, nos banques ont vu qu'il y avait des profits colossaux à engranger en délocalisant. Par le petit bout de la lorgnette, on y voit mieux que par le gros bout.

le 13/07/2020 à 17:34
Signaler
@Boule, voilà enfin un commentaire vrai qui n'a pas été censuré. Dans ce pays quand parle de la gestion calamiteuse du socialisme, on est mis au piloris par les citoyens qui profitent d'un tel système sur le dos de ceux qui créent de la valeur en bos...

le 13/07/2020 à 19:38
Signaler
Exact. Libre echange avec l'exterieur mais socialisme à l'interieur. C'est le socialisme le veritable problème. Même Trotsky avait compris que le socialisme dans un seul pays ne pouvait pas marcher. Les gauchistes doivent choisir: soit l'autarchie...

le 14/07/2020 à 23:56
Signaler
La France est devenu un pays de plan quinquennal quasi soviétique en 1945 avec un état stratège qui mettait en œuvre des politiques de développement ciblées (Ferroviaire, autoroutes, nucléaire, aérospatial, défense....). Le tout en profitant de la pu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.