SNCF : la CGT critique des nouveaux trains de banlieue, Bombardier se défend

 |   |  516  mots
La qualité des trains Regio2N de Bombardier est mise en cause pas la CGT Cheminots, mais la direction de la SNCF soutient le constructeur.
La qualité des trains Regio2N de Bombardier est mise en cause pas la CGT Cheminots, mais la direction de la SNCF soutient le constructeur. (Crédits : Peter Nicholls)
La CGT Cheminots de la SNCF pointe du doigts les trains Regio2N, construits par Bombardier. Selon elle, la mauvaise qualité du matériel a accentué le nombre d'incidents.

La CGT Cheminots est partie en guerre contre un nouveau modèle de trains circulant en Ile-de-France, dénonçant sa "qualité déplorable", au grand dam du constructeur Bombardier, pour qui le matériel est "totalement conforme". "On a un taux de pannes et un taux d'incidents qui est beaucoup plus élevé qu'ailleurs" avec ce train arrivé en 2017 dans la région, a indiqué mercredi à l'AFP le secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris-Gare de Lyon, Bérenger Cernon.

Les trains en cause circulent depuis 2014

Construits par Bombardier dans le nord de la France, ces trains Regio2N circulent sur la ligne R qui relie Paris à Melun puis Montereau (Seine-et-Marne) ou Montargis (Loiret). Leurs livraisons avaient déjà été retardées en début d'année, après des malfaçons.

"Est-ce que (l'autorité régionale des transports) Ile-de-France Mobilités n'a pas mis une pression de dingue a Bombardier pour que ces rames soient fournies en temps et en heure ?", a interrogé le syndicaliste, estimant que "la qualité n'est pas au rendez-vous".

La CGT relève de nombreux problèmes de caténaires à l'arrivée sur les voies de garage et pointe surtout deux incidents "où on perd des éléments de sécurité". Un choc à l'avant du train a, en particulier, provoqué un court-circuit, empêchant le déclenchement immédiat du signal d'alerte radio qui avertit tous les autres trains circulant dans le secteur.

Le syndicat a multiplié les droits d'alerte --un appel relayé jusqu'à Toulouse où la circulation des TER a été perturbée mardi--, amenant la direction à envisager la pose de peinture isolante et à équiper les conducteurs de radios portatives et de balises de détresse. Ce train qui circule dans dix régions françaises depuis 2014 a "fait ses preuves de performance", plaide Laurent Bouyer, le président de Bombardier Transport France.

"Aujourd'hui, il a atteint ses objectifs de fiabilité, qui ont été contractuellement validés par la SNCF", souligne le dirigeant.

Jeunesse du matériel et canicule en cause pour les dirigeants

Selon lui, "la SNCF est satisfaite de ce matériel" qui a été "développé sous (sa) responsabilité et totalement validé avec tous les acteurs de la SNCF", y compris des cadres-traction et des conducteurs.

"On a été face à une conjoncture à la fois de chaleur et d'accidents à répétition qui ont peut-être affecté plus les Regio2N", ce qui a "peut-être généré, dans cette période estivale, un peu de stress chez les conducteurs. Mais (...) quelle que soit la nature des accidents, le train reste totalement autonome dans ses fonctions de sécurité", insiste M. Bouyer.

"Chaque unité reçue fait l'objet d'une vérification drastique de sa conformité au cahier des charges", remarque-t-on à la SNCF, où l'on évoque volontiers des "défauts de jeunesse" du matériel. Et la régularité sur la ligne R s'est améliorée depuis l'introduction des nouveaux trains, y ajoute-t-on.

"Naturellement, à aucun moment, la sécurité des circulations n'a été remise en question", insiste un porte-parole de la compagnie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2019 à 14:56 :
Problèmes du même genre avec les trains livrés par Bombardier-Suisse aux Chemins de Fer Fédéraux. Trois ans de retard et multiples défaillances de qualité.
a écrit le 17/08/2019 à 11:00 :
Pas de problème de sécurité ?? Si ca avait été un Region2N à Bretigny ou à Millas, les conducteurs n'auraient pas pu lancer l'alerte radio et arrêter les trains croiseurs, et on aurait eu plusieurs sur-accidents... Mais bon c'est pas grave, pour l'instant les accidents qui disjonctent les systèmes de sécurité, ce n'est que des vaches ou des humains...
a écrit le 15/08/2019 à 21:39 :
"Naturellement, à aucun moment, la sécurité des circulations n'a été remise en question", insiste un porte-parole de la compagnie.
Prouvez le.
Réponse de le 16/08/2019 à 22:32 :
si y a pas eu d'incident, c'est une preuve par l'absurde (en attendant un problème futur éventuel nécessitant une enquête). Vous voudriez quel type de preuves ?
a écrit le 15/08/2019 à 15:49 :
On aimerait voir la CGT soigner sa dépression chronique..
a écrit le 15/08/2019 à 11:27 :
Pour une fois une intervention productrice de la CGT. Vu comme l'oligarchie française s'est gavée sur le dépeçage du train et au final son sabotage on peut tranquillement se dire qu'ils ont en effet, une nouvelles fois, travaillé comme des cochons.
a écrit le 15/08/2019 à 10:54 :
Un tract syndical fait il un article ?.....
Réponse de le 15/08/2019 à 11:32 :
Il ne doit pas y avoir plus d'une trentaine de journalistes à LT, et on est en plein mois d'Aout.
Les stagaires pigistes font de leur mieux.
a écrit le 15/08/2019 à 10:29 :
Ce qui est incroyable, c'est le bilan désastreux de Guillaume Pépy, le président de la SNCF. Il aura cumulé les échecs sans jamais être inquiété. Pourquoi ?!
Réponse de le 15/08/2019 à 10:43 :
Il n'y a pas de candidat au poste.

Président de la SNCF c'est passer son temps à se faire taper dessus de tous coté et à devoir assumer les conséquences de décisions prises par les politiques (ex achat rames TGV...).

Il n'y a guère que Pépy, parce qu'il a l'âme d'un cheminot qui accepte le job.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :