Vallourec pourrait céder 60% de l'acierie de Saint-Saulve à Ascometal

 |   |  346  mots
Un accord définitif devrait intervenir d'ici la fin de l'année 2016.
Un accord définitif devrait intervenir d'ici la fin de l'année 2016. (Crédits : REUTERS)
Le fabricant français de tubes sans soudure a annoncé jeudi être entré en négociations exclusives avec le groupe Ascometal, leader européen de la production d'aciers spéciaux, en vue de lui céder une participation majoritaire dans l'aciérie de Saint-Saulve (Nord).

Vallourec a annoncé jeudi être entré en négociations exclusives avec le français Ascometal pour la cession de 60% de l'acierie de Saint-Saulve (Nord) et la sauvegarde des 320 emplois de l'usine.

"L'offre d'Ascometal, basée sur un projet industriel et commercial renforcé, prévoit la reprise des 320 salariés hautement qualifiés du site", affirme Vallourec dans un communiqué.

Ascometal prendrait "le contrôle exclusif des opérations" du site, tandis que les deux actionnaires s'approvisionneraient auprès de l'acierie, "Vallourec pour ses besoins en aciers spéciaux et Ascometal pour alimenter ses unités de finition de Dunkerque (Les Dunes) et de Fos-sur-Mer", précise le groupe.

"Au démarrage, les engagements d'achat d'acier pris par les deux partenaires seraient de 175.000 tonnes par an pour Ascometal, et de 100.000 tonnes par an pour Vallourec. Ces volumes permettraient d'assurer le fonctionnement durable de l'acierie et la compétitivité du site", affirme-t-il.

La fin des négociations et la signature d'un accord définitif "devraient intervenir d'ici la fin d'année 2016", ajoute le groupe.

Vallourec cherche à rationaliser ses unités de production en Europe

Confronté à la crise du secteur pétrolier et aux faibles prix pratiqués par les sidérurgistes chinois, Vallourec avait annoncé en avril 2015 qu'il recherchait un "partenaire majoritaire" pour son acierie de Saint-Saulve, dans le cadre d'un plan visant à "rationaliser" ses unités de production européennes. A la clé, 2.000 suppressions de postes dans le monde à l'horizon 2017, dont 1.500 en Europe.

En février, le groupe avait annoncé un nouveau plan prévoyant une plus forte réduction de ses capacités avec la suppression de 1.000 emplois supplémentaires en Europe et la fermeture de plusieurs unités dont deux laminoirs en France, à Saint-Saulve et Deville (Seine-Maritime).

Ascometal, ancienne filiale d'Usinor, avait été placée en redressement judiciaire en mars 2014, plombée à l'époque par une dette de 360 millions d'euros. Présentée comme le "leader européen de la production d'aciers spéciaux", la société a été reprise en mai 2014 par Franck Supplisson, associé à des investisseurs français et européens.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :