LTDE

« Les énergies renouvelables incitent à repenser la structuration du réseau »

 |   |  703  mots
Hervé Lextrait, chef du département « Producteurs » Enedis
Hervé Lextrait, chef du département « Producteurs » Enedis (Crédits : Enedis)
Pour le chef du département Producteurs d’Enedis, Hervé Lextrait, accueillir convenablement les énergies renouvelables dans le réseau d’électricité nécessite d’importantes évolutions.

Dans le cadre d'une conférence de presse sur les enjeux du raccordement pour la transition énergétique, Hervé Lextrait, chef du département « Producteurs » Enedis, a livré un état des lieux de la production d'énergies renouvelables (EnR) et de ses enjeux pour les réseaux électriques. Entretien.

La Tribune de l'énergie : Où en est la production d'énergies renouvelables sur le territoire ? Les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) vont-ils être atteints ?

Hervé Lextrait : Au troisième trimestre, nous en sommes à plus de 20 GW raccordés au réseau Enedis. Au total, nous avons donc atteint 91% des objectifs de la PPE pour 2018. Il est toujours hasardeux de se lancer dans des prédictions, mais il semble effectivement qu'on ne sera pas très loin des seuils établis.

Personnellement, je crois qu'il faut surtout retenir la dynamique actuelle. Nous avons raccordé plus de 2,4 GW sur les douze derniers mois. C'est considérable. Cette tendance forte doit s'inscrire dans la durée et il faudra la prendre en compte au moment de définir les objectifs de la prochaine PPE.

LTDE : Quel impact cette croissance a-t-elle sur le réseau Enedis ?

H.L. : Elle a un impact énorme. Notre réseau a été conçu pour acheminer l'énergie vers le consommateur. Or, l'arrivée des énergies renouvelables a permis aux particuliers de produire de l'énergie et de la réinjecter sur le réseau de distribution d'électricité. Nous devons donc restructurer un schéma qui est descendant afin de permettre à cette énergie locale de remonter vers le réseau de transport. Cela engendre, par exemple, la planification d'une trentaine de nouveaux postes-sources en France. Il s'agit d'une transformation colossale, mais nécessaire si l'on veut accueillir convenablement ces énergies renouvelables.

LTDE : L'éolien a récemment franchi un cap historique avec 500 MW raccordés au troisième trimestre. Que représente ce chiffre pour vous ?

H.L. : C'est avant tout un cap important pour une filière qui a connu des incertitudes réglementaires durant ces dernières années, mais qui souffre aussi, parfois, de problèmes d'acceptabilité, avec de nombreux recours d'associations contre les installations d'éoliennes. Cela montre que la dynamique redevient positive sur l'éolien terrestre, d'autant qu'il existe aussi un gisement à fort potentiel du côté des parcs éoliens offshore.

Maintenant, il faut que ce mouvement s'installe dans la durée : lorsque la santé de l'éolien va bien, c'est un bon indicateur pour les énergies renouvelables puisque c'est plus de la moitié du parc raccordé à notre réseau. Dans ce cadre, notre rôle reste de continuer à œuvrer pour optimiser l'intégration dans le réseau, la filière poursuivant ses efforts pour améliorer l'acceptation de ces ouvrages dans le paysage français.

LTDE : Du côté du photovoltaïque, l'autoconsommation semble s'installer durablement...

H.L. : En effet, cette année plus de la moitié des raccordements de photovoltaïque sont réalisés dans le cadre de l'autoconsommation. C'est une appétence qui s'explique parce qu'elle touche directement les particuliers dans le secteur résidentiel. Aujourd'hui, tout le monde peut s'équiper de panneaux solaires et s'approprier ainsi les enjeux de la transition énergétique.

Elle s'explique en outre par un croisement attendu des courbes : le prix de l'électricité augmente, tandis que le prix d'achat de l'électricité photovoltaïque diminue. Le schéma du consommateur qui produit de l'électricité et la revend à un tarif régulé perd donc progressivement de l'intérêt au profit de celui d'un citoyen qui consomme l'électricité qu'il produit.

LTDE : Quels sont les prochains défis du « renouvelable » pour Enedis ?

H.L. : Pour Enedis, l'enjeu est double : il faut créer davantage de réseau, de nouvelles capacités d'accueil, mais aussi rendre acceptable le coût de ces ouvrages, en démontrant que nous avons étudié toutes les solutions qui permettent un raccordement à moindre coût.

C'est pour cela que nous développons, pour la première fois en France, une nouvelle offre de raccordement intelligente, afin d'intégrer les énergies renouvelables dans le réseau existant, en exploitant au mieux les flexibilités offertes par ces installations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :