LTDE

Peugeot lance un VTT électrique avec batterie intégrée

 |   |  533  mots
(Crédits : Manu Molle)
Le nouveau VTT Peugeot à assistance électrique, le eM02 FS Powertube dispose d’une batterie intégrée à son cadre. Il vient rejoindre la gamme d’une quinzaine de modèles électriques mis sur le marché par la marque au Lion.

Tout le monde ne le sait pas, mais le vélo, chez Peugeot, c'est une tradition. Le Grand-Bi, premier modèle de Peugeot Cycles, la branche du groupe qui s'en occupe, date de 1886 !

Un peu plus de 130 ans ont passé et l'heure n'est plus aux bicyclettes avec une roue géante à l'avant et une petite à l'arrière. L'assistance électrique fait son petit chemin. En 2016, en France, selon les chiffres de l'Union Sport & Cycle, ce sont plus de 130 000 modèles électriques qui se sont vendus dans le pays (+33%), sur un total de plus de trois millions de vélos.

Côté VTT électrique, si le marché est lui aussi encore petit, la progression est significative (15 000 VTT à assistance électrique vendus en 2016, +72% !). Le segment a le vent dans le dos. Peugeot en profite ainsi pour sortir son eM02 FS Powertube, un nouveau modèle qui intègre une batterie électrique Bosch à son cadre. « Le futur du vélo électrique », selon Cathal Loughnane, directeur du Peugeot Design Lab. Pour qui le vélo électrique « commence à passer un vrai cap pour devenir un produit ''ordinaire'' » pour le consommateur.

Le moteur et sa batterie amovible de 500 Wh (qui se recharge en moins d'une heure) permettent une autonomie allant jusqu'à 125 kilomètres. La batterie, encore, intégrée au cadre entre le guidon et le pédalier, s'en trouve protégée d'éventuelles projections d'eau ou d'éclats de cailloux.

« Aujourd'hui, on change un vélo électrique pour un autre vélo électrique »

La gamme de vélos électriques proposés par Peugeot compte aujourd'hui une quinzaine de modèles. L'équivalent du contingent des vélos « classiques ». Une offre conséquente qui se justifie, entre autres, par la conviction de tenir l'un des créneaux porteurs des années à venir. « Il y a un basculement très net depuis cinq ans, avec des gens qui restent actifs plus longtemps » et qui apprécient de bénéficier d'un petit coup de pouce dans les endroits plus difficiles, rapporte Cathal Loughnane.

Il y a aussi ceux « qui s'amusent plus en descente qu'en montée ou remontée. La puissance du moteur les aide à monter les cotes et donne plus de stabilité dans les descentes avec un équilibre du vélo optimisé pour un centre de gravité bas ». De quoi s'adonner plus rapidement aux joies de la descente sur une sortie d'une après-midi.

Résultat, chez Peugeot : des ventes de vélos qui se répartissent à peu près équitablement entre vélos traditionnels et vélos à assistance électrique. Malgré un prix plus élevé (eM02, proposé en deux versions, démarre à 4 599 euros). Selon l'Union Sport & Cycle, le prix moyen d'un vélo à assistance électrique (VTT et vélo « de ville ») avoisine les 800 euros sur l'année 2016 (600 euros pour un vélo de ville « classique »).

Selon le directeur du Peugeot Design Lab, pourtant, ceux qui ont adopté l'électrique pour leurs randonnées à VTT ne veulent plus autre chose. « Au fil du temps, on monte en gamme et on progresse. Les early adopters reviennent alors vers l'électrique et prennent de plus gros modèles. Aujourd'hui, on change un vélo électrique pour un autre vélo électrique. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2018 à 15:19 :
Pour moi qui ne suis plus tout jeune, mai adepte du VTT, j’ai découvert l’assistance électrique sur un VTT l’année dernière. Il faut avouer que ça aide drôlement dans les pentes. Toutefois, avant d’acheter, j’attends que les constructeurs nous délivrent une assistance rechargeable type véhicule auto hybride. Ça viendra c’est sûr.
a écrit le 24/04/2018 à 19:58 :
autant acheter une enduro, genre ktm
a écrit le 21/04/2018 à 12:20 :
Il y a 7 ans je me suis acheté un vélo de route sans assistance électrique et je l'ai payé plus de 6000€, je crois que je me suis fait avoir !!!
a écrit le 19/04/2018 à 13:00 :
5000 euros, pour un velo ! Tout de meme. Ne pas oublier de la mettre a l'abri bien cadenasse apres usage. Il y a tant de convoitise en Navarre.
a écrit le 18/04/2018 à 10:42 :
Pourquoi parler d'"early adopter" alors que le mot "primo acquéreur" ou "primo acheteur" existe et est autrement plus compréhensible si ce n'est plaisant en français: manque de vocabulaire?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :