Pourquoi les fonds activistes préoccupent tant en France

 |  | 2080 mots
Arnaud Lagardère est confronté à une fronde de son premier actionnaire, le fonds activiste britannique Amber Capital, qui veut l’éjecter de son fauteuil de gérant.
Arnaud Lagardère est confronté à une fronde de son premier actionnaire, le fonds activiste britannique Amber Capital, qui veut l’éjecter de son fauteuil de gérant. (Crédits : Charles Platiau)
Le gendarme français des marchés financiers a publié ses propositions, très attendues, pour encadrer davantage l'activisme actionnarial. Depuis quelque temps en effet, les initiatives bousculant les fleurons de l'économie française se multiplient, à l'image de l'affrontement entre le fonds britannique Amber Capital et le groupe Lagardère. Si la crise du coronavirus a stoppé net l'élan des fonds activistes, ces derniers pourraient, dans un second temps, profiter des prises de participation à moindre coût.

La position de la France en matière d'activisme actionnarial est enfin fixée. La semaine dernière, le gendarme de la Bourse a publié ses recommandations sur le sujet. Très répandue aux États-Unis et plus largement dans le monde anglo-saxon, cette pratique est en revanche récente en France et fait l'objet de nombreuses critiques. Elle désigne le comportement que certains investisseurs, alors qualifiés de fonds activistes, peuvent adopter en prenant des participations dans des entreprises pour exercer une action visant à modifier ou faire évoluer leur stratégie ou leur gouvernance.

Ces investisseurs sont notamment redoutés par les entreprises lorsqu'ils sortent du dialogue privé et mènent des campagnes publiques pour mettre en lumière certaines failles, comme la mauvaise performance d'un dirigeant, une stratégie inadaptée, la gouvernance mise en place, la composition du conseil d'administration ou encore la structure juridique choisie et la façon dont les dirigeants sont rémunérés. Leur objectif final étant de faire adopter des dispositions qui permettront d'améliorer la performance de l'entreprise et de bénéficier de l'augmentation de son cours sur les marchés à l'occasion d'une revente du capital.

Dernier exemple en date, l'affrontement entre Arnaud Lagardère et le fonds britannique Amber Capital, détenteur de 18% du capital de son groupe. L'investisseur souhaite, à l'occasion de l'assemblée générale du 5 mai, renouveler l'ensemble du conseil de surveillance, accusé de ne pas avoir été suffisamment vigilant à l'égard de l'héritier de Jean-Luc Lagardère aux manettes d'Hachette, du JDD, de Paris Match, d'Europe 1 ou encore des boutiques Relay.

Lire aussi : « Chez Lagardère, il faut se résoudre à mettre fin à la commandite » (Patrick Sayer)

"Le message principal de notre communication sur l'activisme actionnarial, c'est que nous disposons d'un cadre réglementaire satisfaisant [pour encadrer cette pratique, Ndlr]. Nous ne souhaitons pas le modifier en profondeur car ce serait au détriment des investisseurs actifs", a commenté Robert Ophèle, le patron de l'Autorité des marchés financiers (AMF) lors d'une conférence de presse téléphonique mercredi 29 avril. "Nous sommes vraiment en faveur des investisseurs actifs. Le terme activisme a, lui, une connotation péjorative. Et, parfois, la frontière entre les deux [actif et activiste, Ndlr] est difficile à tracer", a-t-il poursuivi.

Il n'existe pas, en effet, de définition juridique pour l'activisme actionnarial qui se rapproche parfois de l'engagement...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2020 à 22:43 :
Peut-être parce qu'ils détruisent au lieu de créer ? Et je ne parle même pas des emplois. Alors c'est sûr que, lorsqu'on a quasiment plus d'industries, ça inquiète un peu...
a écrit le 04/05/2020 à 17:38 :
Dans mon livre MANIFESTE POUR UN SOCIALO CPITALISME A LA FRANÇAISE de 2003 publié en 2.005, J'ai écrit. page 31 et 32.

Lorsqu’une entreprise ou un holding financier, par voie d’achat ou d’OPA (Offre publique d’achat), s’attaque à une entreprise ou à un holding, celui-ci doit disposer pour le moins de 1/3 en cash de cette acquisition, avec justification de la part de l’analyste comptable.

Ce cash pourra venir d’une augmentation de capital, mais pas d’une émission d’obligations lancée en bourse, ou d’un prêt sollicité auprès d’un établissement bancaire.

Le problème ne se pose pas pour les banques qui doivent disposer en cash de la totalité de l´achat.

Les holdings financiers ne pourront posséder des actions d’entreprises complémentaires qui pourraient former une concentration verticale. Si c’est le cas ces entreprises devront fusionner. L’expert-gestion se chargera de faire la fusion, émettre les nouvelles actions et les réintroduire à la bourse des valeurs, en échange des anciennes actions.

Les holdings financiers étrangers non communautaires, acquéreurs de participations dans une entreprise française leur permettant de diriger l’entreprise devront suite à cette prise de participation, fournir une caution bancaire couvrant tout dépôt de bilan (valeur de l'actif moins le passif) ou délocalisation hors de la communauté européenne postérieure à la prise de contrôle.

J'avais de l'avance....on peut retrouver mon livre dans des bibliothèques municipales comme celle de Nancy par exemple ou à la Bibibliothèque de France.
Réponse de le 04/05/2020 à 19:48 :
Plutôt d'accord. Mais il faut ajouter une nuance à "Ce cash pourra venir d’une augmentation de capital, mais pas d’une émission d’obligations lancée en bourse, ou d’un prêt sollicité auprès d’un établissement bancaire." En effet, pour racheter une PME, l'investisseur est obligé de s'endetter. Il se rembourse sur les dividendes pendant l'exploitation.
a écrit le 04/05/2020 à 16:21 :
Pauvre petit qui appelle à l'aide parce que ses performances sont mauvaises et il risque de prendre la porte.... Pourtant c'est ce qu'il fait tous les jours avec les salariés... L'exemple le plus parlant serait Goodyear 2014, rentable mais pas assez, donc délocalisation rapide. Qui est responsable ? le PDG ? il n'a fait qu'appliquer une politique demandée par les actionnaires. 6 ans pour réfléchir alors que la finance peut prendre ses décisions en quelques jours. Espérons que les mesures proposées seront de haut vol pour éviter le ridicule. Mais le ridicule n'a jamais tué et de toute manière, ces fonctionnaires ne craignent rien, qu'ils soient médiocres ou mauvais...
a écrit le 04/05/2020 à 13:15 :
Séparer banques de depots et banques d'affaires ... Le pouvoir est vendu .
a écrit le 04/05/2020 à 12:36 :
Pathétique lagardere qui affiche l exploit d avoir dilapidé un empire en moins de 2 décennies et qui est en train de se faire plumer par sa future ex ...quel lose !!!
a écrit le 04/05/2020 à 11:32 :
L'Extrème Gauche Communiste
Mélenchon, Poutou, Martinez, Besancenot, Arthaud-Laguiller, Beubeu Hamon
diabolisent les grands groupes

Bouchées de pain pour les concurrents étrangers et fonds :
ils vont etre tous gobés comme des mouches : l'extrème gauche va etre comblée
a écrit le 04/05/2020 à 11:31 :
il serait temps que les gens se réveillent, qu' ils prennent conscience que nous sommes dans une compétition certes économique où tous les coups sont permis, mais aussi entre ETAT et régime politique ...
notre consommation fait partie d' un " mercado" général et mondialisé dont nous sommes nous-mêmes le produit fini
alors avant d' acheter , de consommer, d' autoriser le transfert de données ( nos informations personelles -professionnelles-bancaires , nos habitudes, notre identité, etc..) il faudrait réfléchir aux conséquences et se poser quelques questions au lieu d' être " drogué" et dépendant des messageries superficielles , qui ne produisent rien à part du blabla, incite à acheter toujours plus et remplissent uniquement les comptes de leurs actionnaires : facebook, twiter etc.. a-t-on besoin de cela pour vivre ?
où est la richesse produite ( pas en Europe en tout cas) et dont tout le monde pourrait profiter ?
-fichages et profilages des populations et des individus( par les US comme par les Chinois via les serveurs en dehors de l' Europe ou commutateurs 4 et 5G)
-espionnages des entreprises ou politiques (Etats)
-concurrence déloyale d' Amazon et autres e-marchand par rapport aux autres commerces qui eux paient les taxes, cotisations salariales, servant....à acheter des masques pour l' hôpital par exemple ou financer les retraites!
Quelle société veut-on? ON NE PEUT SATISFAIRE en même temps l' individuel ou le collectif c' est à chacun de choisir via le vote mais surtout par sa consommation
a écrit le 04/05/2020 à 11:10 :
Lagardère en photo n'est pas le souci :

.Fleuron FR stratégique !! jusque 2001 : mort scandaleuse de Jean-Luc Lagardère
Brillant Entrepreneur
opération hanche, et sorti mort de l'Hop : faute d'hygiène ( nosocomial )

.Il n'en reste Rien :
JDD; Paris Match; Relay H;
Europe 1 à l'audience marginale 5.4% ( Altice s'y intéresse en Solde )


Le Fils désinvolte, a passé son temps a tout vendre depuis 2003.

LAGARDERE C EST FINI : COQUILLE VIDE


IL FAUT S'OCCUPER DES VRAIS GROUPES MENACES.
a écrit le 04/05/2020 à 9:33 :
Il est en effet urgent de limiter les champs d'action de ces fonds qui investissent autant en lobby et en communication qu'en actions...quand à l'avenir des entreprises, ce n'est jamais avec une stratégie à long terme. On l'a vu avec Amber/Nexans, Elliot/Riccard, et maintenant avec Amber/Lagardère....etc..etc...Et puis il va falloir se protéger mieux du "Singapour aux portes de l'Europe " !
a écrit le 04/05/2020 à 9:12 :
Parce qu'ils sont autrement plus éveillés, parce qu'il n'y a pas de morale dans la finance et que donc les bons utilisent tous les nombreux outils que celle-ci offre pour faire du fric, il est évident que notre vieille oligarchie financière européenne et sa mentalité d'avant guerre est totalement dépassée.

Elle aimerait que les autres acteurs financiers respectent son incompétence du fait de sa filiation oligarchique mais les bons ils en ont strictement rien à cirer, au contraire même ils s'y engouffrer dans cette faille béante, pour tromper, et c'est facile à tromper un oligarque européen.

L'europe est un vieux machin usé et rouillé dont les citoyens européens sont obligés de sans arrêt pousser pus fort parce que ça ne fonctionne pas, la classe productrice en europe étant nettement plus éclairée que la classe dirigeante dépassée de tous les côtés mais ça arrange les autres oligarchies du monde forcément d'avoir des pigeons à plumer facilement.

Dans "activisme il y a "action" à savoir le truc mort en UE.
a écrit le 04/05/2020 à 8:57 :
on voit ce que ca a donne avec casino/rallye et muddy waters!
le gars se met short, fait de l'activisme, l'action chute vu qu'il hurle que c'est quasi en faillite, il rachete tranquilou ses shorts, et va faire son marche ailleurs
temps de reaction des autorites pour voir s'il n'y aurait pas manipulation de cours? euh, ben, tres tres tres tres tres long
par contre les degats sont la ( faut pas oublier qu'il y a tjs plus ou moins des covenants qui trainent..)
a écrit le 04/05/2020 à 8:28 :
Bienvenue dans le libéralisme sauvage, celui où les états ont complètement et volontairement baissé les bras, et où la finance mondialisée a placé ces plus fervents adeptes à leur tête !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :