Procès Pérol : le patron de BPCE garde son honorabilité et son poste

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé François Pérol, président du directoire de BPCE, dans le cadre de son procès pour prise illégale d’intérêts présumée. Une condamnation aurait posé la question de son avenir à la tête du groupe bancaire.
Christine Lejoux
François Pérol, président du directoire de BPCE, à la sortie de l'audience, jeudi.
François Pérol, président du directoire de BPCE, à la sortie de l'audience, jeudi. (Crédits : REUTERS/Jacky Naegelen)

« M. Pérol, le tribunal vous déclare non coupable. » Il est 14 heures, ce jeudi 24 septembre, au tribunal correctionnel de Paris, lorsque Peimane Ghaleh-Marzban, le président d'audience, prononce la relaxe de François Pérol, président du directoire de BPCE (Banque Populaire Caisse d'Epargne). Le dirigeant, qui était poursuivi pour prise illégale d'intérêts présumée, dans le cadre de sa nomination à la tête du groupe bancaire en 2009, essuie des larmes, étreint sa compagne, son avocat, Maître Pierre Cornut-Gentille, d'autres proches encore. « Je suis très heureux, le tribunal a dit le droit », déclare ensuite à la presse un François Pérol toujours très ému. Il faut dire que la tonalité de son procès, qui s'était déroulé du 22 juin au 2 juillet, ne lui laissait pas forcément espérer pareil dénouement.

Pour mémoire, François Pérol était accusé par les syndicats Sud et CGT des Caisses d'Epargne d'avoir accepté de prendre la présidence de BPCE au début de l'année 2009, alors qu'en tant que secrétaire général adjoint du président de la République Nicolas Sarkozy il avait travaillé quelques mois plus tôt sur la fusion entre les Caisses d'Epargne et les Banques Populaires, fusion qui avait donné naissance à BPCE début 2009. Or la loi interdit à un fonctionnaire de travailler pour une entreprise privée qu'il a surveillée, contrôlée, ou sur laquelle il a émis des avis auprès des autorités compétentes, à moins d'observer un délai de carence de trois ans au moins entre la fin de ses fonctions dans le public et ses débuts dans le privé.

Un dossier « sans preuves », selon la défense

Tout l'enjeu, pour le tribunal, consistait donc à évaluer le degré d'implication de François Pérol dans le processus de fusion des Caisses d'Epargne et des Banques Populaires, qu'il s'agisse de la détermination de la structure juridique du futur BPCE, de la désignation de son dirigeant ou de l'aide financière de 5 milliards d'euros accordée par l'Etat au nouvel ensemble, début 2009. Sur tous ces points, François Pérol avait assuré n'avoir eu qu'un rôle d'informateur du président de la République, récusant tout pouvoir décisionnel. Une posture qui avait exaspéré la procureure adjointe au parquet national financier, Ulrika Weiss, laquelle avait requis à l'encontre de François Pérol une peine de deux ans de prison avec sursis, assortie d'une amende de 30.000 euros et d'une interdiction définitive d'exercer toute fonction publique.

Une condamnation aurait en outre posé la question de l'avenir de François Pérol à la tête de BPCE, la BCE (Banque centrale européenne), le nouveau superviseur des banques européennes, devant veiller à ce que leurs dirigeants répondent à l'exigence du « fit and proper » (compétence et honorabilité). Un argument que Me Cornut-Gentille avait fait valoir lorsqu'il avait demandé la relaxe de son client, début juillet. Pour l'avocat, le jugement du tribunal ne constitue pas « une surprise que pour ceux qui ne connaissaient pas bien le dossier ». Lors de sa plaidoirie, Pierre Cornut-Gentille avait dénoncé un dossier « vide » et « sans preuves ».

Le parquet national financier fait appel

De fait, le tribunal a estimé qu'il était « insuffisamment démontré » que François Pérol, lorsqu'il était secrétaire général adjoint de l'Elysée de 2007 à 2009, avait proposé des décisions ou des avis sur la structure juridique et la gouvernance du futur BPCE. Qu'il ne « saurait être déduit » des éléments portés à sa connaissance que François Pérol avait lui-même suggéré à Nicolas Sarkozy de le nommer à la tête de BPCE, « aucun témoignage, ni écrit, ne permettant d'accréditer cette thèse ». Qu'il n'était « pas suffisamment établi » que François Pérol avait contribué à déterminer le montant de l'aide de 5 milliards d'euros octroyée par l'Etat à BPCE.

« Il faut se débarrasser des préjugés, des idées toutes faites, pour s'attacher aux faits et au droit. Le tribunal a évité ce piège et fait une analyse factuelle des faits qui lui étaient soumis, il a constaté dans un jugement extrêmement fouillé, qui ne laisse rien de côté, qu'au bout du compte, François Pérol a respecté la loi », a souligné Me Cornut-Gentille, à la sortie de l'audience, jeudi.

De son côté, Me Jérôme Karsenti, l'avocat de la CGT, a fait part de « la déception des parties civiles, après un long combat ». Un combat qui n'est pas terminé, le parquet national financier ayant décidé de faire appel de la relaxe de François Pérol.

Christine Lejoux
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 26/09/2015 à 10:11
Signaler
Le bon sens et l'équité ont vaincu la mauvaise foi destructrice. F P est un haut fonctionnaire dont la valeur professionnelle et morale indiscutable est bicéphale. Qu'il serve dans la sphère publique ou privée, c'est toujours et uniquement dans l'in...

à écrit le 25/09/2015 à 11:36
Signaler
Je travaille chez BPCE et M. Pérol est apprécié de tous les collaborateurs. L'acharnement des syndicats est ici scandaleux et ne sert que leurs intérêts. De par son travail M. Pérol a contribué à faire de BPCE le deuxième groupe bancaire de France ...

le 26/09/2015 à 10:20
Signaler
Je suis ravi de votre témoignage objectif à l'égard de F P L'appel du Parquet n'est pas innocent. En s'attaquant à F P, on (qui? FH) visait NS, dans la mesure où l'on aime pas les bonnes décision qu'il a pu prendre au cours de son quinquennat. On p...

à écrit le 25/09/2015 à 6:34
Signaler
Vu l'état actuel du PS ils cherchent a ménager les opposants pour trouver des places, j'espère que l'alternative ne se fera pas avec LR mais avec le FN. Ils en sont la, triste.....

le 26/09/2015 à 11:03
Signaler
L'alternance avec le FN serait totalement suicidaire. Ce n'est pas parce qu'il soulève de vrais problèmes avec des mots et phrases chocs que leurs solutions seraient meilleures. Faudrait-il avant toute chose que le FN soit légitime. Il ne fait rien ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.