SEB : un bénéfice net de 100 millions d'euros au premier semestre

 |   |  332  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Le géant français du petit électroménager SEB a annoncé ce mercredi un bénéfice net de 100 millions d'euros au premier semestre et confirme sa bonne santé.

SEB a annoncé ce mercredi un bénéfice net de 100 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 9,8%, et vise une croissance organique de ses ventes supérieure à 7% pour l'année 2019, malgré un environnement mondial jugé "complexe". Lors de la publication de ses résultats du premier trimestre fin avril, le groupe prévoyait simplement une "croissance" organique (c'est-à-dire à taux de change et à périmètre constants) de ses ventes, sans en spécifier le niveau.

Le bénéfice opérationnel d'activité ajusté (ROPA), indicateur privilégié par le groupe, est quant à lui en hausse de 10,7% à 230 millions d'euros. Sur l'ensemble du premier semestre, les ventes du groupe ont atteint 3,337 milliards d'euros, en hausse de 10,3% (ou +8,4% en organique) Et sur le seul deuxième trimestre, la progression du chiffre d'affaires est comparable à 1,615 milliard d'euros (+10,1% ou +8,2% en organique).

L'activité grand public progresse ainsi de 7,2% et l'activité professionnelle, qui comprend les machines à café et les équipements hôteliers, bondit de 20,1% grâce à d'importants contrats signés aux Etats-Unis et en Asie. L'activité progresse par ailleurs dans toutes les zones géographiques où le groupe est présent.

SEB vise une croissance organique des ventes au-dessus de 7%

Il s'agit du 18e trimestre consécutif où la croissance organique dépasse 5%, selon un communiqué du groupe. "Ces performances, servies par de solides fondamentaux, s'inscrivent dans un environnement complexe et volatil, marqué par des tensions concurrentielles et promotionnelles liées à la mutation profonde de la distribution", souligne Thierry de la Tour d'Artaise, PDG du groupe, cité dans le communiqué.

Fort de ce premier semestre qualifié de "très dynamique", SEB a précisé ses objectifs pour l'année: une croissance organique des ventes au-dessus de 7% et un ROPA en progression de 6%. L'endettement net du groupe s'établit à 2,43 milliards d'euros. C'est 413 millions de plus que l'an dernier à la même période, mais ce chiffre intègre notamment l'acquisition du numéro deux américain du café filtre professionnel, Wilbur Curtis, en début d'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :