Scandale Ikea : le groupe aurait espionné employés et clients

 |   |  305  mots
Copyright BLOOMBERG NEWS
Selon des informations du Canard Enchaîné, le géant suédois de l'ameublement Ikea aurait eu recours à des officines privés pour obtenir les fichiers secrets de la police nationale concernant ses employés, et même certains clients.

Scandale en vue pour la filiale française du géant suédois. Selon le journal satirique "Le Canard Enchaîné", l'entreprise d'ameublement aurait consulté, contre rétribution, des entreprises privées chargées de lui faire parvenir des fichiers secrets appartenant à la police nationale. Le but : obtenir des informations sur ses salariés, futurs recrutements, voire même des clients...

Selon l'hebdomadaire, Ikéa France aurait passé un accord avec des officines privées de sécurité afin d'obtenir des fichiers secrets sur le passé de ses salariés ou de ses clients en litige avec le fabriquant depuis plusieurs années. Des informations en théorie reservées aux policiers, comme le casier judiciaire, le nom du propriétaire d'une voiture, d'un numéro de téléphone portable, ou les activités et centre d'intérêts de certaines personnes... L'entreprise aurait cherché à fouiller dans le passé de ses salariés, avec des demandes parfois insolites. "Le Canard enchaîné" relève ainsi quelques unes des demandes formulées dans des e-mails : « Personne en embauche sur le magasin de Paris Nord. Merci de me donner son casier". "Son discours est antimondialiste, ses méthodes "vieille garde CGT [...] Prosélytisme divers ? ATAC ou autres ? Risque de menace ecoterroriste ? » Coût d'une consultation : 80 euros.

Des employés furieux, la direction dément

Conséquence de ces révélations : certains employés sont furieux, et se tournent vers la justice. Une dizaine d'entre eux devrait porter plainte pour "utilisation frauduleuse de données personnelles", passible de 5 ans d'emprisonnement au minimum et de 300.000 euros d'amende.

L'ancien PDG de l'entreprise, joint par  Rue89, a formellement démenti toute implication personnelle. L'accès non autorisé à ce type de fichiers est sévèrement réprimé : il est passible au minimum de 5 ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2012 à 21:26 :
Quelle honte. Je fais partie d'une famille de 8 installée à Montpellier. On achetait tous nos meubles à Ikea, de même que toutes les familles de nos collègues de travail. Eh bien je peux vous dire que c'est fini.

On est pas du genre à cautionner les pratiques en rapport avec le harcèlement moral dans la maison.

D'autant plus que c'est illégal.

Donc, à mon avis, acheter à Ikea va devenir un acte répréhensible et les magasins seront rapidement fermés en France.
a écrit le 01/03/2012 à 9:13 :
La Suède, pays neutre est quand même un fabricant d'armes. La Suède est un pays qui a été contaminé par le nazisme. La Suède a une extrême droite forte, conséquence de cette contamination. On nous vante le modleè Suédois, mais il est bâti sur un socle social démocrate illusoire. Ikea n'est que le reflet de ce qu'est la Suède en général, un pays qui fiche, encadre, contrôle ses citoyens avec des méthodes qu'affectionnent généralement les dictatures.
a écrit le 29/02/2012 à 22:17 :
Si cela est vrai, il y a une affaire de corruption. Le fichier STIC est réservé à la police comme le casier judiciaire n° 2, le 1 aux seuls magistrats. Mais, d'autres sources sont possibles.
Se pose le problème de l'utilisation de ces données. Serait-ce pour du chantage?
a écrit le 29/02/2012 à 10:30 :
IKEA crée de l'emploi et un dynamisme incroyable.Il ne serait pas surprenant qu'il consacre une infime partie de ses moyens pour s'assurer une certaine paix sociale.De toute façon tous les acteurs locaux de France et de Navarre font tout pour avoir un IKEA dans leur ville et dès l'ouverture le peuple s'y précipite en se suivant comme des moutons.Tout le Monde aime IKEA.
Réponse de le 29/02/2012 à 14:06 :
Il y a d'autres moyens de s'assurer la paix sociale que de faire appel à des officines privées ayant accès (?) à un fichier STIC de la police.

Par exemple : une politique de ressources humaines et de de rémunération à la hauteur de la dimension et de la notoriété de ce groupe.

Non, il ne faut pas tout accepter!!!!!!
a écrit le 29/02/2012 à 10:16 :
NJUT ALORS !!!
Réponse de le 02/03/2012 à 7:52 :
magouille clan la direction les cadres de la diversité sont rare
Réponse de le 02/03/2012 à 7:57 :
ikea lol

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :