Les murs de Carrefour intéressent Unibail-Rodamco

 |   |  672  mots
Guillaume Poitrinal, président du directoire de Unibail-Rodamco
Guillaume Poitrinal, président du directoire de Unibail-Rodamco (Crédits : AFP)
Guillaume Poitrinal, président du directoire d'Unibail-Rodamco, se dit intéressé par la reprise de locaux que Carrefour pourrait libérer. Objectif : faire davantage de place aux restaurants dans ses centres commerciaux.

Unibail-Rodamco fera feu de tout bois. A la tête de 74 centres commerciaux en Europe, la société foncière présidée par Guillaume Poitrinal cherche, par tous les moyens, à mieux valoriser ses actifs. Dernière initiative en date : le lancement d'un label 4 étoiles destiné à ses centres commerciaux. Inspiré des établissements hôteliers, ce label certifié par la SGS vient d'être attribué à Carré-Sénart, centre commercial ouvert il y a 10 ans à Lieusaint (Seine-et-Marne) en région parisienne. Il sera prochainement accordé à Lyon-Confluence, centre de 100 boutiques que Unibail-Rodamco ouvrira le 4 avril, avant d'être décliné à Rivetoile (Strasbourg), Parquesur (Madrid) et Arkadia (Varsovie). En tout, 51 de ses 74 centres commerciaux sont éligibles à ce label qui améliore grandement le confort de shopping. « Vingt-un seront labellisés d'ici à la fin 2012 », précise Christophe Cuvillier, directeur exécutif des opérations de Unibail-Rodamco.

Apple, Forever 21 et Hollister sont prêts à tout
A Carré-Sénart, dans ce centre que 15 millions de personnes fréquentent chaque année, les iPad en accès libre devant des fauteuils club, le wifi illimité et gratuit et les toilettes équipées de coiffeuses ou de tables à langer doivent fidéliser la clientèle et l'inciter à venir acheter dans les 136 boutiques plutôt que sur le Net. Une montée en gamme qu' Unibail-Rodamco devrait vanter à ses enseignes lors du renouvellement de leurs baux.

En 2011, à périmètre constant, les loyers net de la foncière aux 26 milliards d'euros d'actifs ont augmenté de 4,6%. Et, lors du renouvellement ou de la relocation de surface, Unibail-Rodamco a réussi à trouver preneur sur des baux aux loyers de 19,4% supérieurs à ceux du précédent locataire ! Autant dire que Unibail-Rodamco a tout intérêt à faire dans les 4 étoiles et, dans ses centres commerciaux, à trouver de nouvelles surfaces pour caser - au prix fort - les Apple Stores, Hollister, Forever 21 et autres Kiko prêts à tout pour s'installer dans le paysage commercial français.

Les libraires disparaissent

Mais où trouver ces mètres carrés ? Guillaume Poitrinal a sa petite idée. La dématérialisation de certains marchés lui facilitera la tâche. Elle oblige plusieurs spécialistes à abandonner certains rayons. Exemple : Virgin, enseigne connue pour ses megastores, réduit ses surfaces à un concept de 800 m² où les rayons CD sont portion congrue. Ses rayons livres devraient suivre la même tendance. « Dans certains pays, il n'y a plus de librairies dans les centres commerciaux », note Guillaume Poitrinal qui, ironie de l'histoire, s'apprête à publier un livre « sur le temps » chez Grasset.

Le restaurant à côté du cinéma fait un tabac
Unibail-Rodamco lorgne aussi sur les surfaces que les hypermarchés Carrefour pourraient libérer. Car la tendance n'est plus aux 13.200 m² que l'enseigne exploite à Antibes : le nouveau Carrefour de Lyon, dans le centre Lyon-Confluence, en exploite le tiers, soit 4.000 m². Dès lors, la foncière ne serait pas contre racheter les surfaces que Carrefour pourrait délaisser. Du temps de Lars Olofsson, PDG sur le départ, le groupe en plein marasme boursier avait caressé le projet de réduire ses surfaces pour mieux les rentabiliser. Guillaume Poitrinal fait un appel du pied à son successeur, Georges Plassat, qui prend ses fonctions la semaine prochaine.

« Unibail-Rodamco est un candidat naturel au rachat de surfaces situées dans ses centres commerciaux. Y compris celles de Carrefour Property. Nous le sommes avec tous nos co-propriétaires », a indiqué à La Tribune, Guillaume Poitrinal, en marge de la conférence de lancement du label 4 Etoiles de unibail-Rodamco. L'homme sait précisément à qui il louera ses surfaces. «Aux enseignes de mode et de restauration à table», indique-t-il.

Les hypermarchés ne sont plus les locomotives d'antan

A moyen terme, Unibail-Rodamco estime pouvoir porter à 12% la part de surface occupée par les restaurants dans ses galeries, contre 7% aujourd'hui, pour mieux répondre à la mode du hamburger avalé en famille, en sortant du cinéma, un dimanche au centre commercial. Preuve que les enseignes alimentaires ne sont plus les "locomotives" d'antan des équipements commerciaux. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2012 à 21:39 :
Ne pas confondre hypermarché et centre commercial. Effectivement beaucoup sont sur-dimensionnés et "vieillo". Oui au positionnement UNIBAIL !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :