Suppressions d'emplois dans la grande distribution : info ou intox ?

Force Ouvrière affirme que 12.000 emplois sont menacés dans les supermarchés français. A lui seul, Carrefour envisagerait 3.000 à 5.000 suppressions d'emplois, selon le syndicat. Leclerc, Système U, Intermarché et Casino seraient aussi concernés, avance le syndicat au lendemain des élections présidentielles. De Leclerc à Casino, tous démentent.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Leclerc et Système U démentent tout projet de suppressions d'emplois. Au contraire, les deux groupements de commerçants indépendants affirment envisager respectivement 3.000 et 2.500 créations d'emplois en France pour alimenter l'agrandissement de leur parc de magasins et de leurs entrepôts en 2012. Leclerc et Système U réagissent ici au chiffre de "12.000 emplois menacés dans les supermarchés" qu'a récemment avancé Force Ouvrière. Intermarché réfute aussi tout projet de ce type. "Nous démentons formellement envisager des suppressions d'emplois", indique le groupement des Mousquetaires. Casino fait de même. "Le groupe n'a aucun projet de cette nature", affirme un porte-parole du groupe stéphanois.

Force Ouvrière est pourtant catégorique. "Il y a la crainte de 3.000 à 5.000 suppressions de postes chez Carrefour mais aussi celle de fortes suppressions d'emplois chez Casino, Leclerc, Intermarché et Système U, qui sont tous globalement sur le même projet avec le développement d'internet", a indiqué à l'AFP, de nouveau, ce mercredi 9 mai, le secrétaire fédéral FO en charge du commerce, Dejan Terglav, avant de chiffrer à "près de 12.000 [le nombre] de postes menacés" dans la grande distribution alimentaire français.

634.000 personnes travaillent dans la distribution alimentaire

Dans un secteur qui demeure l'un des plus gros employeurs de France, avec 634.000 salariés, le syndicat fait craindre le pire. La conjoncture n'est pas favorable. En mars, la consommation des ménages français a reculé de 2,9 %, selon l'Insee. Plusieurs enseignes d'hypermarchés dont Carrefour perdent du terrain dans l'Hexagone. Leurs ventes de produits non-alimentaires dégringolent. Toujours moins cher, les ventes en ligne de produits high-tech et d'électroménager les marginalisent. Or, jusqu'ici, le commerce avait fait preuve d'une bonne résistance à la crise. Il avait traversé celle de 2008, sans trop de casse sociale à part dans trois des filiales de PPR, chez Conforama, revendue depuis, Fnac et La Redoute.

Mais, cette fois, dans les enseignes alimentaires, à en croire les chiffons rouges qu'agitent les syndicats, il y aurait péril en la demeure. Fin avril, à la veille du 1er mai, jour de manifestations syndicales, Force Ouvrière avait déjà avancé que Carrefour envisageait 3.000 à 5.000 suppressions de postes. Un chiffre que la CFDT avait confirmé. Les syndicats du groupe de distribution estiment que Carrefour a retardé l'annonce de cette restructuration au lendemain de l'élection présidentielle. Cette fois, Force Ouvrière s'exprime à la veille de la tenue d'un Comité de groupe. Jeudi matin, le nouveau patron de Carrefour, Georges Plassat, doit rencontrer les organisations syndicales de manière informelle pour évoquer la situation économique de l'enseigne en France. L'ordre du jour de cette réunion avec une trentaine d'organisations syndicales n'est pas social, a précisé à "latribune.fr" un élu.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 13/05/2012 à 23:19
Signaler
@ Socrate44, Socrate, Churchill, Eiffel ça fait du monde pour une seule personne, ton commentaire est de toute évidence vrai, mais cette objectif la grande distribution l'on eue depuis 40 ans il ont pas attendu que toi mon ami socrate ou autre que tu...

à écrit le 10/05/2012 à 11:09
Signaler
Avec toutes les mesures confiscatoires prévues par ce gouvernement marxiste, personne n'imaginait, j'espère que les entrepreneurs allaient se laisser plumer comme des poulets ! Les seuls sans défense sont les salariés et les retraités qui s?apprêtent...

le 10/05/2012 à 12:52
Signaler
ils on qu a baisser leur prix c est scandaleux l orsque tu sais que la caissiere gagne 800 euros

le 10/05/2012 à 21:05
Signaler
C'est justement le but de la grande distribution de supprimer un maximum d'emploi... La vi moins chère , ça signifie moins de charge, moins d'emploi, plus de fric pour les actionnaires... Un jour vous comprendrez mais il sera trop tard ....

à écrit le 10/05/2012 à 0:07
Signaler
Les hypers ne répondent plus à la demande des gens: courses trop longues, pas de conseils, pas de proximité, etc... La différence entre les supérettes, les super et les hypermarchés est de moins en moins visible, que ce soit en prix ou en choix. Et p...

à écrit le 09/05/2012 à 21:23
Signaler
Le "tout sous un même toit" est certainement, pour une partie de l'assortiment, une notion dépassée. Pour les produits les plus techniques, aux spécifications complexes que sont bien en peine de mémoriser les quelques vendeurs de grandes surfaces ali...

à écrit le 09/05/2012 à 19:44
Signaler
Mais ce n'est rien ... imaginez que Sarko soit passé et que les accords de compétitivité aient donné comme résultat une baisse substantielle de rémunération des salariés. Ceux ci auraient inévitablement moins consommé, beaucoup moins consommé .. et l...

le 10/05/2012 à 0:15
Signaler
Effectivement. Mais ne t'inquiète pas pour les "bigs boss" et les "boss" qui conserveront leur rémunération stratosphériques quoi qu'il arrive, et quel que soit le résultat de leur gérance.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.