Ces dossiers industriels brûlants qui attendent le nouveau gouvernement

Florange (ArcelorMittal), Petroplus, PSA, SNCM, Carrefour, Air France, Areva... Tous ces dossiers de restructuration, avec suppressions d'emplois à la clef, ont fleuri au long de la campagne et ont pu trouver un écho chez tous les candidats. Leur résolution a été dans la plupart des cas repoussée après l'élection présidentielle. Aujourd'hui, c'est au nouveau chef de l'Etat de les gérer.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

De Florange à PSA, en passant par Lejaby et Sernam, la réindustrialisation et le soutien aux entreprises en difficulté s'est imposée dans la campagne. Nicolas Sarkozy a soutenu des projets de reprise tandis que François Hollande, plus prudent, a promis une loi - avant l'été probablement - obligeant un industriel se désengageant d'une usine française à la céder à un repreneur. Mais aujourd'hui toutes ces « patates chaudes » le restent... encore.

Florange ou le poker d'ArcelorMittal

Florange (Moselle) a été l'un des dossiers les plus emblématiques de la campagne. Car cinq ans plus tôt, Nicolas Sarkozy avait promis de sauver Gandrange. En vain. Il s'était heurté par la suite à l'intransigeance du propriétaire des sites, ArcelorMittal. Le numéro un mondial de la sidérurgie a repoussé à l'été toute décision sur la relance des hauts-fourneaux de Florange, qui demeure suspendue à "l'environnement économique", a expliqué mardi dernier son PDG, Lakshmi Mittal, lors de l'assemblée générale des actionnaires. Un discours qui a provoqué la déception des syndicats qui avaient accueilli assez froidement François Hollande en février dernier. Ce dernier s'était alors engagé à déposer un texte de loi obligeant les entreprises qui veulent fermer à céder les unités de production à des repreneurs.

ArcelorMittal a également fait valoir mardi qu'il avait pour l'heure "assez de capacités" de production pour répondre à la demande d'acier "sans utiliser Florange". Faut-il rappeler que le sidérurgiste a mis en veille depuis des mois plusieurs hauts fourneaux européens, dont ceux de Florange, et décidé de la fermeture définitive de deux autres à Liège, en Belgique. En début d'année, le groupe avait dit qu'il réévaluerait la situation en Lorraine dans la deuxième quinzaine de mai...

Petroplus, un dossier en voie d'achèvement

En janvier sur le site de Petroplus, de Petit-Couronne, près de Rouen, François Hollande avait demandé à l'État de prendre ses responsabilités pour trouver une solution aux difficultés de la raffinerie Petroplus. Ce qui a été fait en partie. Mais aujourd'hui, le sauvetage de la raffinerie n'est pas encore actée. Les administrateurs judiciaires ont à nouveau "décidé de proroger le délai pour la remise des offres (d'éventuels repreneurs, ndlr) et de le fixer au 25 mai 2012", selon un communiqué de Petroplus de fin avril. Et de préciser que ce "délai supplémentaire a vocation à donner aux investisseurs potentiels une meilleure visibilité sur l'environnement institutionnel à venir". Une allusion claire à l'élection présidentielle. La remise des offres, qui avait été initialement fixée au 15 mars, a été repoussée à deux reprises. La raffinerie emploie actuellement 550 personnes. Fin avril, il ne restait plus que trois candidats sur les 14 qui avaient consulté le dossier, à avoir confirmé leur intérêt. Aucun nom de repreneur n'a été évoqué dans le communiqué de Petroplus. Mais le groupe suisse Klesch, spécialisé dans la reprise d'entreprises en difficulté, est toujours dans la course.

SNCM, un dossier très, très difficile

C'est l'un des dossiers industriels les plus délicats à gérer pour le futur gouvernement. Car l'avenir de la compagnie maritime est soumis au bon vouloir du puissant syndicat des marins CGT de la SNCM, qui viennet de cesser leur mouvement de grève entamée il y a une semaine.  C'est dans ce contexte que l'actionnaire majoritaire Veolia souhaite clairement que la SNCM, retourne dans le giron de l'Etat, qui détient toujours 25 %. Le groupe présidé par  Antoine Frérot invoque une clause du pacte d'actionnaires signé lors de la privatisation de la SNCM en 2006. Confidentielle, celle-ci précise qu'en cas de décision de Bruxelles d'ici au 16 mai 2012, aboutissant à l'obligation pour la compagnie de rembourser des aides d'Etat obtenues dans le passé, l'Etat doit reprendre à Veolia sa participation dans la SNCM.

"Veolia fait valoir à l'Etat le risque d'une décision allant dans ce sens après mai 2012, et demande une modification du pacte d'actionnaires dans le but de repousser la date d'expiration de cette clause, conformément, selon le groupe, à l'esprit du pacte", explique à "latribune.fr", une source proche du dossier. En effet, la décision de la Commission européenne sur les fonds versés par l'Etat à la SNCM entre 1990 et 2006 n'est pas attendue avant cet été. Si ces fonds étaient assimilés à une aide d'état, la SNCM devra rembourser entre 30 et 50 millions d'euros.

PSA et la tentation de fermer Aulnay

Aulnay sera-t-il le Vilvorde du prochain président ? C'est une bombe à retardement, qui risque d'exploser dans les mains du prochain gouvernement avec l'éventuelle fermeture du principal site de PSA en région parisienne.  Et peut-être à plus long terme celle de Rennes, voire celle de Sevelnord, ce dernier site ayant  peut-être trouvé un sauveur avec Toyota. D'autant que les sites européens de PSA et GM sont surcapacitaires (à hauteur de 20 % à 25 %). "Le segment B (les petites voitures) pose problème. Le taux d'utilisation de nos capacités en Europe dans ce segment de voitures était de 76 % seulement l'an dernier en deux équipes", avait expliqué en février dernier le président du groupe, Philippe Varin. L'usine d'Aulnay est centrée sur la production des petites Citroën C3. Pour l'heure, Philippe Varin s'est borné à promettre "un désendettement significatif du groupe" et la "mise en place d'un plan d'action sur le cash". Et a juste souligné qu'il fallait "améliorer d'un milliard d'euros les comptes de résultat". Car PSA est en crise. En 2011, Philippe Varin a annoncé une perte opérationnelle pour la division automobile de 92 millions d'euros sur l'année, avec un déficit de 497 millions sur le second semestre.

Renault ou l'éventuelle délocalisation en Algérie

Renault en Algérie ? C'est potentiellement un dossier très explosif, qui va relancer sur le dossier de la désindustrialisation. Selon Reuters, la signature d'un accord entre Alger et la direction du constructeur pourrait intervenir début mai. Les deux acteurs auraient même différé l'annonce officielle après le second tour de l'élection présidentielle française, le contexte électoral et la crise économique en France n'étant pas favorables à l'annonce d'une nouvelle délocalisation de Renault dans un pays du Maghreb. Le constructeur français a déjà inauguré sa première usine africaine d'une capacité de 400.000 voitures par an à Tanger au Maroc en février dernier. Renault avait été critiquée en France après cette inauguration.

Areva et la nécessité de faire des économies

Le groupe nucléaire, détenu à 83 % par l'Etat, aborde le trou d'air post-Fukushima avec une structure financière fragile. Pour traverser ce cap délicat, Areva a lancé fin 2011 un plan d'économies tous azimuts prévoyant 1,2 milliard de cession d'actifs pour renflouer les caisses et des suppressions de postes, notamment en Allemagne (1.500 sur 5.700 postes). Est-ce que cela sera suffisant ? C'est la grande question. Sur l'emploi, les syndicats sont inquiets. La direction peine à préciser ses intentions en France. Seule décision annoncée : le non remplacement des départs naturels dans les fonctions supports, soit environ 300 postes par an (sur un effectif de 28.000 personnes dans l'Hexagone).

"On a un peu surembauché ces dernières années. Beaucoup de jeunes ingénieurs formés se retrouvent sans boulot. Il faudra certainement accélérer les incitations au départ à la retraite et les efforts de mobilité", prévoit un délégué syndical. Le spectre d'une nouvelle recapitalisation risque également de se profiler. "Si Areva renoue avec la génération de cash et parvient à trouver 800 millions d'euros supplémentaires, par exemple, en ouvrant le capital de sa filiale mines, cela passera", estime un analyste. Sinon, les grands scénarios de mécanos politico-industriels risquent d'être relancés, avec EDF en embuscade. "Il nous faudra remettre un certain nombre de moyens dans Areva", a déclaré François Hollande lors du débat télévisé du 2 mai. A suivre.

Air France ou le risque du crash

L'été risque d'être chaud, très chaud chez Air France. En pertes chroniques depuis quatre ans, la compagnie compte, selon nos informations, annoncer fin juin-début juillet l'ampleur du sureffectif qui va découler des mesures de hausse de productivité et de flexibilité en négociations avec les syndicats jusqu'au 30 juin. Et parallèlement le plan pour l'absorber. "La direction devrait présenter à la fois le projet industriel et son volet social", précise une bonne source. A condition bien entendu que toutes les catégories de personnels signent un accord d'ici au 30 juin. Ce qui est loin d'être gagné.

Les chiffres fusent chez les syndicalistes allant de 2.000 à 10.000 suppressions de postes. L'Unsa prédit un plan social sans précédent, trois ans après un plan de départs volontaires qui avait concerné près de 1.800 personnes. Si la direction a toujours dit qu'elle ferait tout pour sauvegarder l'emploi, la question aujourd'hui n'est plus de savoir s'il y aura ou pas des suppressions de postes mais si les départs seront contraints ou volontaires. Et, évidemment, qu'elle sera l'ampleur des départs ? Or ce dernier point dépendra de deux éléments : d'une part de la capacité de l'entreprise à trouver les moyens de traiter ce sureffectif, par toute la palette de mesures possibles (comme le temps partiel par exemple). Et d'autre part, évidemment, du rôle de l'Etat, actionnaire à 15 % d'Air France-KLM, sachant que l'équipe de François Hollande surveille de près ce dossier. Aussi le chiffre des sureffectifs (déjà significatifs aujourd'hui), ne signifie pas qu'il correspondra au nombre de personnes qui quitteront Air France.

Carrefour ou la perspective de suppression d'emplois massive

Chez le géant de la distribution, les revers de l'enseigne en France inquiètent. Les syndicats, dont Force Ouvrière et la CFDT, craignent la suppression de 3.000 à 5.000 emplois chez le distributeur français. Dans un groupe qui, selon la CFDT, a perdu 10.000 emplois en quatre ans, un plan social ferait mauvaise figure. La direction du groupe craint l'impact médiatique qu'il pourrait avoir sur l'image d'une enseigne que beaucoup de Français jugent cher. La direction préférerait procéder par des plans de départs volontaires ou des suppressions de postes par non remplacement de départs. Cette procédure jugée plus discrète serait plus adapté à un marché crucial.

La France génère 43,2 % de son chiffre d'affaires et 39,5 % du résultat opérationnel du groupe, numéro deux mondial de la distribution. L'an dernier, Carrefour a payé cher ses errements stratégiques et les difficultés de la conjoncture. L'enseigne tricolore a essuyé un recul de 32,4 % de sa rentabilité l'an dernier dans l'Hexagone. Affaibli par la baisse de la fréquentation de ses magasins et l'effondrement de ses ventes dans les rayons non-alimentaires, son chiffre d'affaires vivote. Des suppressions d'emplois seraient à craindre dans ses rayons dits EPCS (Electronique Photo Ciné et Son) et ses espaces téléphonie mobile, marchés que Carrefour pourrait abandonner. "20 à 30 personnes travaillent dans les rayons non-alimentaires d'un hypermarché", précise le délégué syndical national représentant de la CFDT, Serge Corfa.

La Fnac ou la nouvelle culture des économies

L'enseigne de PPR va supprimer 310 postes en France. Un plan de départs volontaires va être mis en place. Les succursales Fnac à l'étranger ne seront pas épargnées : 200 postes seront supprimés "par non remplacement de départs", précise la Fnac. Menées en parallèle d'une "réduction drastique des dépenses courantes et d'une renégociation des loyers des 156 magasins", ces suppressions doivent relancer la rentabilité de l'enseigne. Depuis des années, PPR, sa maison-mère, entend se défaire de cette enseigne de produits culturels malmenés par la dématérialisation de la musique et le boom de la vente en ligne de produits techniques.

En 2011, le résultat opérationnel de la Fnac a reculé de 46,5 %, par rapport à 2010, s'établissant à 103 millions d'euros pour 4,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires. La filiale du groupe PPR entend réduire ses coûts de 80 millions d'euros. Annoncé en janvier 2012, ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a suscité plusieurs débrayages dans les magasins Fnac en France. Saisie en référé par les élus syndicaux du Comité central d'entreprise de la Fnac, la justice vient de sommer l'enseigne de mieux informer les élus du personnel sur sa réorganisation, sans toutefois juger non conforme de projet de plan de sauvegarde de l'emploi. "Les réunions avec les partenaires sociaux se dérouleront tout au long du mois de mai", précise un porte-parole de l'enseigne aux 14.360 salariés. Le plan de départs volontaires (dont une cinquantaine de postes au siège d'Ivry-sur-Seine) devrait s'ouvrir mi-juin.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 10/05/2012 à 15:34
Signaler
Pour Aréva, vu la perte de 5 Milliards sur 2 opération : Uramine (2MDS) et L'EPR Finlandais (3MDS). Il est clair qu'un plan de restructuration est indispensable. L'état français n'a plus les moyens d'entretenir des "danseuses" aussi dispendieuses.

à écrit le 10/05/2012 à 13:28
Signaler
il faut renationaliser toutes ces entreprises

à écrit le 10/05/2012 à 9:16
Signaler
SNCM: Pourquoi Véolia est-il allé dans cette galère qui a déjà couté 1,2 milliards au contribuable que nous sommes. Cette société est gangrénée, il n'y a plus rien à faire. Gandrange: l'exemple du problème français: des salariés très bien rémunérés, ...

le 10/05/2012 à 10:36
Signaler
le lit de Martine ?? quelle Martine, quand même pas Delors ???

le 10/05/2012 à 18:27
Signaler
le lit de nadine?oui,il a voulu dire le lit de nadine!

à écrit le 10/05/2012 à 7:27
Signaler
Si on veut réindustrialiser et ne rien changer !!??? je vois mal comment ça peu marcher ? Soit on accepte de faire des concessions soit on ferme. Ce qui me rend fou c'est que je suis Autoentrepreneur et que je vois mal comment je pourrais me plaindre...

le 10/05/2012 à 9:24
Signaler
@industrie, Vous êtes auto entrepreneur ! Vous eêes un méchant patron qui exploitera des emplyés si son business marche ! Vous, patron, n'etes pas là pour faire des bénéfices, vous êtes là pur fournir du travail bien rémunéré et peu fatiguant à vo...

le 10/05/2012 à 11:00
Signaler
@syncicat, il y a les méchants patrons et il y a les méchants ouvriers! le problème ,les patrons vont quitter la FRANCE?

à écrit le 09/05/2012 à 23:38
Signaler
Les dossiers brûlants qui brûleront les doigts des socialistes.

à écrit le 09/05/2012 à 23:08
Signaler
L'industrie, on n'en veut pas, on n'en a pas. On apprend à la radio que les ventes vers l'Afrique reculent fortement sous la pression de la Chine. C'est un marché que nous allons perdre. Ce qu'il fallait faire, avant, c'est une montée en gamme dans l...

le 10/05/2012 à 9:26
Signaler
Oui, l'on ne veut pas d'industrie en France ! La France, c'est le tourisme, les services aux personnes agées !!! Il ne manquerait plus que l'on pollue avec nos usines !! En plus on risquerait de faire baisser le chomage !!! Incalibiable !!!!

à écrit le 09/05/2012 à 21:46
Signaler
Tiens, il n'y a plus Groupama sur lequel vous vous etes acharnés pendant des mois ? Vérifiez vos sources avant de faire peur a tout le monde, une entreprise n'est pas morte dès qu'elle a une année en perte.

le 10/05/2012 à 16:20
Signaler
Bah je peux te dire qu ils en seront aussi. Ils sont très très mauvais là bas en plus d être bien mal embarqués Et je peux développer à loisirs

à écrit le 09/05/2012 à 20:30
Signaler
c'est le printemps : en mai, fait ce qu'il te plait ! en juin, vote bien ! parce que... en juillet, plans sociaux en perspective ! (ça rime pas, mais ça arrivera quand même !)

à écrit le 09/05/2012 à 18:55
Signaler
"C'est au nouveau chef de l'Etat de les gérer" : non, certainement pas ! Mais de quoi se mêlent-t-ils alors qu'ils sont totalement incompétents pour gérer ces dossiers ? Qu'ils s'occupent plutôt de réduire les dépenses publiques pour résorber les déf...

le 10/05/2012 à 10:55
Signaler
hollande n a pas été élu par wallstreet ni en réunion du fmi mais dans les urnes par des citoyens

à écrit le 09/05/2012 à 18:52
Signaler
les licenciements, c'est comme le cholestérol , il ya les mauvais de droite et les bons de gauche . Travailleur le chômage citoyen dans la joie est arrivé !

le 10/05/2012 à 0:58
Signaler
C'est ce qu'on appelle le vrai chomage

à écrit le 09/05/2012 à 17:55
Signaler
Lorsque le tribunal de Commerce refuse une reprise, c'est que cela ne semble pas sérieux ou que les emplois ne sont pas garantis. Si c'est pour faire reprendre une entreprise par un "démenteleur" type Tapie ... A la rigueur, qu'une usine d'industrie ...

le 09/05/2012 à 18:20
Signaler
réponse: si

le 09/05/2012 à 19:05
Signaler
Alors, ce serait plus fort que le roquefort :).

le 09/05/2012 à 19:41
Signaler
délocalisation en Algerie ? inévitable ! il est impossible de fabriquer en France des vehicules pour le Magrehb! si nous ne prenons pas la place , demain ce sera les Chinois qui nous éjecterons :si vous avez suivi le compte rendu du dernier salon de ...

le 10/05/2012 à 12:19
Signaler
L'industrie automobile hexagonale était un employeur important des ressortissants du Maghreb comme le bâtiment avant l'arrivée des Espagnols, Portugais, Turcs et Polonais. Ne serait-ce plus le cas ?

à écrit le 09/05/2012 à 17:41
Signaler
Euh euh euh...!

à écrit le 09/05/2012 à 17:30
Signaler
Triste fin de la sarkosye...!

le 09/05/2012 à 19:44
Signaler
pourquoi triste fin de SARKO ! tout le monde va bientôt se rendre compte que tous ceux qui ont bloqué toutes les reformes que SARKO a voulu mettre en place , vont se retrouver au pied du mur et mesureront leurs incompétences

le 09/05/2012 à 21:40
Signaler
@ romany, tout simplement, il nous a mis dans une belle m...e! et j'ai voté pour ce type en 2007, arrêter de vénérer ce gourou au baratin mensonger et ...!

le 09/05/2012 à 22:55
Signaler
@foqcachange :; vous avez voté Sarko en 2007 par défaut car vous ne vouliez pas de Sego, en 2012 vous avez encore voté par défaut car vous ne vouliez pas de Sarko ... Mais on va très vite être fixé sur la capacité de flamby a diriger le pays, et enco...

le 10/05/2012 à 10:52
Signaler
hormis dernièrement le sénat sarko avait tous les pouvoirs pour faire passer toutes les lois qu il aurait voulu, le peu sur les quelles il s est engagé ont été un fiasco (pour less classes laborieuses bien sur) les heures supp defiscalisées (pour des...

le 10/05/2012 à 13:16
Signaler
@dropzone +1 en effet on oubli trop vite que la situation actuel résulte des 5 dernieres années de décision ou plutot de non décision , 4 000 000 de chomeurs et 23 énormes plan sociaux qui arrivent encore !!!! comment seulement peut on penser que s...

le 10/05/2012 à 14:06
Signaler
Euh euh euh... élection de Sarko en 2007, et crise des subprimes en 2008, quel président de la 5 eme république a t'il gouverné avec une crise d'une telle ampleur? C'est pas pour le défendre, mais il faut quand même reconnaitre les faits ! C'est pour...

le 11/05/2012 à 23:46
Signaler
Vous oublie le crach boursier et son choc pétrolier de 74

à écrit le 09/05/2012 à 17:21
Signaler
la loi pour obliger une société en faillite à céder à un repreneur est excellente. Air France reprendra Arcelor, Areva reprendra Air France, PSA reprendra Areva, Carrefour sera repris par Air France qui sera repris par Arcelor qui sera repris par PS...

le 09/05/2012 à 18:38
Signaler
votre dossier n'est pas complet! comme aucun bras casse n'a d'argent, on fera financer ca par le fonds d'investissement strategique, qui investit dans les syndicalistes d'avenir !

le 10/05/2012 à 0:04
Signaler
HOT DOG PARTI Et voilà que le grand GM se casse avec la caisse du dancing de Strasbourg. A 1euro le PAF (le rachat de l?usine )c?est quand même nous les saucisses a la sauce hollandaise. Manquerait plus que le taulier lache le ballroom au frais ...

le 10/05/2012 à 13:19
Signaler
@churchil, pourquoi prenez vous vos congés et vos RTT, pourquoi ne travaillez vous pas plus, bien entendu gratuitement pour votre entreprise, afin de montrer l exemple de vos convictions, puisque cela semble être pour vous la soluion du redressement...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.