L'avenir des salariés de Spanghero mobilise le gouvernement

 |   |  318  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Des représentants des salariés de l'entreprise "à la table Spanghero" doivent être reçus par les ministres en charge du dossier de la viande de cheval pour étudier les conditions d'une reprise du travail après la fin de l'enquête.

Que vont devenir les salariés de Spanghero? Les quelque 300 employés de l'entreprise de Castelnaudary (Aude) mise en cause dans le scandale de la viande de cheval sont suspendus aux résultats de l'enquête sanitaire encore en cours chez le grossiste. Pour "faire le point sur la situation et préparer avec eux les conditions de redémarrage de l'entreprise", des représentants syndicaux doivent rencontrer les ministres en charge du dossier lundi 18 janvier.

Dans un communiqué commun diffusé ce dimanche, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, ainsi que Benoît Hamon chargé de la Consommation et Guillaume Garot, délégué à l'Agroalimentaire ont tenu à se montrer rassurants vis-à-vis de ces employés. Ils écrivent ainsi que "le gouvernement distingue la responsabilité de l'action qui semble relever des dirigeants de Spanghero, du travail de ses salariés."

La viande de cheval met les salariés au chômage partiel

A la suite de l'enquête menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), il est apparu que l'entreprise rachetée par la coopérative basque Lur Berri ne pouvait pas ne pas savoir qu'elle achetait du cheval plutôt que du boeuf à un négociant enregistré à Chypre. Dans la foulée, le préfet de l'Aude avait annoncé que les salariés pouvaient bénéficier du chômage partiel et recevoir ainsi 60% de leur rémunération brute pendant la suspension de l'activité.

Le retrait de l'agrément sanitaire n'étant que temporaire, l'usine pourrait redémarrer. Les ministres prévoient d'ailleurs d'étudier avec les représentants syndicaux, les "conditions de redémarrage de l'entreprise". Par ailleurs, des rencontres avec les représentants de la filière bovine et des élus de l'Aude doivent avoir lieu la semaine prochaine.

>>

Mais au fait, qui sont les Spanghero?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2013 à 16:05 :
Les ministres prévoient d'ailleurs d'étudier avec les représentants syndicaux, les "conditions de redémarrage de l'entreprise". Les représentants syndicaux sont ils le nouveaux dirigeants de la société? On nage dans le délire démagogique.
a écrit le 19/02/2013 à 9:58 :
Ce n'est pas parce que LE FOL a joué la folle qu'ils sont sortis de l'auberge suite à la position incomprhensible de ce gouvernement qui soutient le sang contaminé
a écrit le 18/02/2013 à 18:00 :
Le personnel s'est sabordé tout seul ! De par son silence, il s'est fait complice de la magouille. En plus de perdre leur emploi, "ceux qui savaient" (à mon avis pratiquement tous) devraient être aussi poursuivis pénalement pour complicité de fraude. La peur de perdre son emploi ne doit pas mener à une déresponsabilisation sans limite. Quand la liberté ou la santé d'autrui est en cause, il n'y a aucune excuse à ne pas dénoncer. Penser le contraire ("non coupable", "simple exécutant"), c'est approuver les mécanismes qui mènent aux pires horreurs, des génocides à la simple fabrication de mines antipersonnelles (dont les victimes "anonymes" sont le plus souvent des civils, des enfants).
a écrit le 18/02/2013 à 11:33 :
Mais c'est le gouvernement qui les mets au chômage
a écrit le 18/02/2013 à 11:16 :
Certaines sociétés en mal de nouveau souffle, d'imagination, confrontées à des problèmes passagers, de rentabilité, de productivité , de motivation des équipes, ou pour remplacer un cadre en longue absence font appel pour une durée de six mois à un an, à ce qu'on appelle un manager de transition. Les pouvoirs publics dans ce cas particulier, pourraient nommer une équipe d'encadrement de haut niveau pour diriger Spanghero pendant un an. Cet oeil neuf et complètement indépendant du passé redonnerait crédibilité à l'entreprise pour garder la plupart de ses marchés et surtout.....son personnel
a écrit le 18/02/2013 à 11:10 :
C'est drôle comme on trouve normal de fermer immédiatement une entreprise qui tromperait son monde alors qu'on réélit élection après élection les plus grands bonimenteurs, les pires menteurs, qui fourguent de la faillite sous le nom de justice sociale en se nourrissent sur la bête !
a écrit le 18/02/2013 à 10:53 :
Qui peut croire que les personnels n'étaient pas au courant ? Il y en a certainement qui ont eu la curiosité de lire l'étiquette collée sur les boîtes, sans parler de ceux qui ont l'habitude de reconnaître la viande à sa couleur et à sa texture... D'une certaine manière, il y a une certaine forme de complicité dans le silence...
a écrit le 18/02/2013 à 10:42 :
Ce n'est pas le premier méfait de cette boîte. Elle ne doit pas tromper son monde. C'est dur pour les salariés et j'espère qu'ils seront reclassés, mais cette entreprise doit fermer.
a écrit le 17/02/2013 à 22:42 :
Aujourd'hui plus rien n'est bon. Vous regardez par exemple les biscuits, chocolats il y a l'huile de palme , boissons light , yaourt vous trouvez de l'asparthame , les fruits et légumes il y a beaucoup de pesticides. UE va bientôt autoriser la farine animale pour l'élevage de poissons !!!! Il faut que cela arrête Comment sera notre Société dans 50 ans ?
a écrit le 17/02/2013 à 22:13 :
zero tolerance, on ferme cette boite tout en s occupant bien entendu de reclasser les travailleurs.

On ne peut qu etre sans pitie face a de tels agissements - toute reaction mesuree serait interpretee par l agro-alimentaire comme un signe de faiblesse. (et par les autres secteurs aussi d ailleurs).

Assez tergiverse....
a écrit le 17/02/2013 à 19:32 :
Cette société qui traîne de très nombreuses casseroles a déjà été vendue à vil prix !
Il faudrait tout de même savoir de quoi vous parlez...
Il y a quatre ans elle a été cédée pour 1? symbolique.
Jetez plutôt un oeil sur l'historique et vous en découvrirez de belles !

- 2011 : http://www.lepoint.fr/societe/e-coli-une-autre-marque-de-steaks-haches-retire-ses-produits-22-06-2011-1344741_23.php

- 2000 : http://www.ladepeche.fr/article/2000/10/29/92562-bouffe-une-semaine-dure-a-digerer.html

Mais hier, la société Spanghero a précisé que deux tonnes de merguez fabriquées à Castelnaudary avaient été contaminés par la listéria.

Et ainsi de suite...
Alors arrêtez de donner des avis fondés sur du vent !
Réponse de le 17/02/2013 à 21:04 :
Il apparaît dans le rapport de la DGCCRF que sur les 750 tonnes de cheval achetées, 500 ont été livrées à Comigel/Tavola (le fabricant de lasgnes) et plus de 200 tonnes ont été utilisées par Spanghero pour fabriquer des merguez et des plats cuisinés sous la marque "la table des Spanghero". La défense du DG affirmant qu'il ne faisait que l'intermédiaire sans avoir à déballer la viande, ne tient pas.
Réponse de le 18/02/2013 à 12:55 :
Merci beaucoup, Hades, pour ces informations. Il est donc clair que l'auto-contrôle, tout comme dans la finance, n'est qu'un leurre. A QUAND des contrôles sur la VRAIE composition par des tests en double aveugle, comme en Médecine. Car là, le principe semble simple : il ne faut pas qu'il y ait de dégâts immédiats. Ce qui entraîne une rentabilité maximale sur le court terme.
a écrit le 17/02/2013 à 19:06 :
Tous ministres et syndicats réunis, le tort est fait et l'image dégradée. Cette société risque bien de finir vendue à vil prix.
Réponse de le 18/02/2013 à 16:41 :
Sur les étiquettes en question il doit bien y avoir des traces d'adn ou autres empreintes ; ce n'est pas seulement une enquête vétérinaire mais une enquête judiciaire avec plusieurs plaintes à la clé donc sont concernés ceux qui ont manipulé ces étiquettes mais évidemment pas ceux qui font du foie gras ou du cassoulet les quels peuvent aussi être vérifiés mais c'est une autre affaire , ces autres produits sont pénalisés sans raison pour le moment
a écrit le 17/02/2013 à 18:32 :
si le gvt ne coule pas la boite y a pas dde raison d'etre inquiet, maintenant vu que la specialite c'est de couler les boites en hurlant ' c'est pas moi c'est la faute a sarkozy', forcement, ca change la donne...
Réponse de le 17/02/2013 à 19:04 :
Hamon Dieu
Réponse de le 17/02/2013 à 19:24 :
les casseurs comme Hamon et consorts sont a l'oeuvre a quand la fermeture..........................
Réponse de le 17/02/2013 à 22:15 :
vous etes acheteur en centrale d achat vous allez prendre le risque (principalement pour votre image) de vous approvisionner chez Spanghero? Que neni ou alors en leur demandant des prix bas ou des garanties sur l hygiene qu ils ne pourront offrir qu en sacrifiant leurs marges...

La boite est condamnee donc autant ne pas laisser la situation pourrir....
a écrit le 17/02/2013 à 17:47 :
Tout ce beau monde, ministres, fonctionnaires, syndicats et salariés se retrouvera "à la table des Spanghero" , marque des conserves de Spanghero groupe Lur Berri.
Réponse de le 17/02/2013 à 18:43 :
ont une indemnire de combien pour avoir manger du cheval ?????
a écrit le 17/02/2013 à 17:06 :
la grande distribution a pour habitude d'étrangler les fournisseurs hors grandes marques, l'Etat toujours aussi dépensier incapable de faire des économies en profondeur étrangle les entreprises par les taxes et les impôts. Que reste-il à ces entreprises pour faire face à ces étranglements jouer sur divers leviers en limite de la légalité. Il y a eu un lynchage médiatique mais également politique sur les bénifices de cette entreprise mais il faut être un imbécile pour ne pas comprendre qu'une socièté doit IMPERATIVEMENT faire des excédents pour investir, pour innover pour sa compétivité. En conclusion la grande distribution et le politique ont leur part non négligeable dans cette tromperie ne parlons du lynchage sur le bilan financier positif là nous sommes dans cette France qui refuse de comprendre qu'une Entreprise doit être en positif. La Direction doit pas être la seule à payer trop facile pour la grande distribution et le politique de se dédouaner alors qu'ils sont coupable d'asphyxie des Entrepreneurs.
Dernier point cette affaire montre que le politique national députés sénateurs et autres ne sont riebn et inutile car toutes laes actions ont été lancées par la commission européenne qui elle n'est pas contrôlée avec pour "bonus" complétement à la merci des lobbies voir émission sur Arte la semaine dernière où la maffia des lobbies a investi Bruxelles et dicte sa loi. Pas la peine d'aller à Naples, Sicile ou autres Cosa Notra, les officines noires et secrétes ont investi les instances de l'Europe.
Réponse de le 17/02/2013 à 17:48 :
En effet, c'est notre devoir d'être tous truand.
Réponse de le 17/02/2013 à 18:49 :
"Viande" achetée 2.58/kg, revendue 3.75 euros/kg, soit plus de 30% de marge sur 750 tonnes, pour stocker et réexpédier. C'est un bon petit business d'appoint quand on a déjà des entrepôts frigorifiques utilisés pour l'activité viandes transformées et conserves.
Réponse de le 17/02/2013 à 22:17 :
ce sont des marges brutes, donc difficile d evaluer la rentabilite reelle sans connaitre la part des autres couts...
Réponse de le 18/02/2013 à 9:03 :
écart de prix entre boueuf/cheval 30% en temps normal , et depuis quelques temps , à cause de la "modernisation" de la roumanie !!! c'est 50% .......... c'est pas bien compliqué à comprendre . c'est pas la marge qui est brute ( ici en revanche , c'est bien le delta qu'il faut commenter ) .. ce sont EUX !! les brutes .
Réponse de le 18/02/2013 à 14:42 :
@ yann: Cette activité de négoce étant en complément de celle de transformation, tout est en coût marginal (entrepôts, manutention, administration), juste le transport vers Comigel, à la louche 1000 euros de frais pour un camion de 22 tonnes expédiées à déduire des 25 000 euros de marge brute. A titre d'exemple, un container réfrigéré de 24 tonnes pour la Chine revient à 3000/3500 euros.
a écrit le 17/02/2013 à 14:44 :
le gouvernement forme la mélée ! mais les poteaux ( roses ) et la ligne de but sont encore éloignés ...et l'adversaire est redoutable .
a écrit le 17/02/2013 à 14:37 :
La socialistes sont en train d?institutionnaliser les RDV de syndicats avec les ministres. Dans une entreprise, c'est pas les ministres qui décident et heureusement. Ces socialistes accueillent se spécialisent dans l'accueil des pleureuses :( Mais pourquoi les inspections faites aujourd'hui n'ont-elles pas lieu avant les problèmes ? Voilà un bon sujet pour un ministre volontaire...
Réponse de le 17/02/2013 à 16:57 :
Bien sûr que le personnel de Spanghero savait. La viande de cheval, ça se reconnait facilement, sur la couleur. Facile de jouer les victimes et pleurer dans les jupons des ministres. Mais n'y aurait-t-il pas un acheteur indélicat de l'entreprise opérant sur les marchés internationaux de la viande, qui pourrait porter la responsabilité, car la direction générale n'était pas au courant. En ce qui concerne l'inspection, il est possible qu'elle en ait eu connaissance par des salariés, mais cela ne justifiait pas de créer un grave problème financier et politique.
Tout cela n'est pas sans rappeler le drame d'une certaine banque...
Réponse de le 17/02/2013 à 17:43 :
@ quisavait: Cette société a du faire au moins quelque contrôle qualité sur des pains de minerai de viande en les décongelant pour des analyses. Pour déterminer la responsabilité d'un acheteur ou de la direction, il suffit de faire l'historique des bons de commandes pour voir les intitulés exacts des marchandises commandées.
Réponse de le 17/02/2013 à 18:35 :
d'un point de vue droit, votre salarie indelicat, s'il existe, n'est responsable de rien, son patron, si, c'est la base du droit social... ca devient effectivement drole quand dans une entreprise qqun fait n'importe quoi, coule la boite, et met tt le monde au chomage
a écrit le 17/02/2013 à 14:04 :
Ce serait en effet dommage de ne pas continuer.
a écrit le 17/02/2013 à 13:40 :
On se souvient du Sieur Doumeng du PC qui faisait de grosses affaires avec l 'empire soviétique et se voyait dérouler le tapis rouge au Kremlin . La paysannerie moderne s' est aventuré via des coopératives dans le monde des affaires mafieuses . Jusqu' à quel niveau de nos institutions doit remonter la traçabilité , un hochet pour le peuple ? Que trouve t - on dans les boîtes de conserves ?
Réponse de le 17/02/2013 à 14:19 :
Les vrais Soviets n'ont pas duré plus d'un an, puis trucidés comme tout le monde le sait. Et de même, chose amusante, les vrais Démocrates de la "révolution française" n'ont pas duré beaucoup plus. Désespérant, non..??
a écrit le 17/02/2013 à 13:24 :
Des ministres et des syndicalistes vont étudier comment redémarrer l'activité...
Réponse de le 17/02/2013 à 14:48 :
Ils pourront étudier entre eux, tous les clients de Spanghero ont annulés leurs commandes et ont cessé toutes relations commerciales.
Réponse de le 18/02/2013 à 8:59 :
Spanghero est mort lynché par la presse sans jugement. Les clients ne reviendront plus et la boite peut fermée et licencier le salariés. Le dirigeant doit déposer immédiatement son bilan.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :