Pointée du doigt, Spanghero continue de nier avoir vendu du cheval à la place du boeuf

 |   |  483  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Benoît Hamon, le ministre français de la Consommation désigne la PME française Spanghero comme coupable de "tromperie économique", car, selon les conclusions de l'enquête de la Répression des fraudes, elle savait qu'elle vendait du cheval étiquetté comme du boeuf au groupe chargé de sa transformation pour le compte des distributeurs. L'entreprise, qui se voit privée de son agrément sanitaire, continue de rejetter ces accusations.

Spanghero a-t-il sciemment vendu de la viande de cheval comme si c'était du boeuf? Benoît Hamon, ministre chargé de la Consommation, l'a en tout cas affirmé ce jeudi. Lors d'une conférence de presse au cours de laquelle devaient être rendues publiques les conclusions menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), le ministre a affirmé que l'entreprise française "savait qu'[elle] étiquetait boeuf de la viande chevaline". Pour lui, l'entreprise s'est rendue coupable de "tromperie économique". Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a indiqué de son côté que Spanghero perdait son agrément sanitaire. Une nouvelle équipe d'inspecteurs doit se rendre dans les locaux de l'entreprise pour de nouvelles analyses. 

Spanghero maintient ses réfutations

Cette entreprise française dont le siège est situé dans l'Aude à Castelnaudary continue de réfuter toute accusation et clame "sa bonne foi". A la Tribune, Spanghero  "continue à dire qu'elle n'a pas commandé de viande de cheval et n'a jamais su qu'elle [en] vendait". L'entreprise n'a pas souhaité s'exprimer sur le retrait de l'agrément sanitaire annoncé par le ministre de l'Agriculture.

Depuis le début de l'affaire, Spanghero nie fermement toute culpabilité dans l'affaire des stocks de viande de cheval commercialisés sous forme de produits transformés comme du boeuf. Ce fournisseur a vendu des stocks à  Comigel, une autre entreprise française, chargée de transformer le produit pour le compte de grands distributeurs comme Findus ou Picard. "La viande achetée par la société Spanghero comme étant du 'boeuf d'origine UE', a été revendue comme telle et en aucun cas sous le label Viande Bovine Française (VBF), réservé aux bovins nés, élevés et abattus en France", avait-elle écrit dans un communiqué publié le 11 février dans lequel elle annonçait porter plainte contre X.

Selon le Parisien, début janvier, l'entreprise aurait acheté à Draap, un intermédiaire enregistré à Chypre, quelque 42 tonnes de viande étiquettée comme du cheval. Le patron Draap, Jan Fasen avait de son côté affirmé au quotidien The Guardian n'avoir jamais caché qu'il s'agissait bien de cheval.

L'architecture compexe mise à jour par la DGCCRF

Dans son point d'étape publié ce jeudi, la DGCCRF confirme cette architecture complexe (voir son schéma ci-dessous).L'enquête française indique en outre que 4,5 millions de produits ont été commercialisés en Europe avec un étiquetage erronné. Elle cite les noms de Draap et de Windmeijer Meat Trading, sous-traitant néerlandais du négociant chypriote. Pour rappel, les dirigeants des deux sociétés ont déjà été condamné en janvier 2012 à Breda, aux Pays-Bas pour avoir vendu de la viande de cheval sous une fausse étiquette de boeuf.

 

>> Affaire Findus: sur la piste de la viande de cheval suspecte

(article créé à 17h30, mis à jour à 19h15)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2013 à 18:17 :
L?enquête et la justice établiront les responsabilités et il faut bien se garder de conclusions définitives à ce stade. Mais, quand on est importateur et transformateur de produits carnés, ne pas connaitre (et ne pas vérifier) les codes douaniers des produits qu'on achète, d'autant qu'il s'agit de produits alimentaires, est tout à fait surprenant. Ce qui est désolant la dedans c'est opprobre que cela jette sur les Spanghero, qui ont tant fait pour le rayonnement du rugby français, qui ne sont pour rien dans cette affaire, et dont le nom est sali, et pour les salariés de l'entreprise.
a écrit le 17/02/2013 à 18:36 :
Étiquette prend t
Étiqueté n'en prend qu'un seul !
a écrit le 16/02/2013 à 19:05 :
Bonjour,

La réaction peu chevaleresque d?un ancien président de la coopérative s?en prenant aux ministres une main sur le c?ur et le poignard vengeur dans l?autre est d?autant plus déplacée que sans une réaction du gouvernement se serait un scandale d? État.Personne ne veut la fermeture définitive de cette usine mais les innocents aux mains pleines de ces pratiques sont légions dans les secteurs des filières agricoles et de la pêche tant au niveau national qu?international .Ce scandale ne nous apprend rien puisque cela existe depuis des lustres, sauf que s?il y a tromperie sur la marchandise le pire reste la qualité sanitaire des produits.

Rapports,enquêtes,études et autres documentaires circulent depuis des années par centaines et avec le web les consommateurs n?ont que l?embarras du choix,élevages,cultures, aliments,produits sanitaires,ingrédients divers comme l?huile frelatée,ogm, abattages?..tout y passe.Petit souvenir au passage,les grands anciens et plus jeunes se rappellent du slogan donné à une marque locale de conserves que l?ancien président doit connaître?..Moitié m...e et moité lard et selon ses moyens,il faut bien manger quelque chose.La remise au goût du jour des farines animales ne va certainement pas arranger les choses.

Au fait,n?est-ce pas l?abbé Pierre qui dénonçait il y a quelques années les investissements et pratiques dans des pays tiers de certaines coopératives ???Jusqu?à preuve du contraire on ne fait pas de fromage de brebis avec du lait de .......

a écrit le 16/02/2013 à 8:45 :
Les dirigeants de spanghero sont peut etre aussi honnetes que ceux qui nous gouvernent et peut etre autant que le klebar de ce gouvernement
a écrit le 15/02/2013 à 17:19 :
Qu'il y ait de la viande de cheval mélangée à de la viande de boeuf ce n'est pas bien mais cette viande n'était pas avariée.Il suffirait donc de faire payer une belle amende à Spanghéro sans pour cela faire arréter l'usine, comme l'ont ordonne Hamon et Le Foll et qui va avoir pour conséquences 300 chomeurs de plus.
a écrit le 15/02/2013 à 17:12 :
Compte tenu de la dispersion, dans toute l'Europe (et peut-être au delà) de produits finis contenant du "boeuf-cheval", il serait surprenant que Lurberri-Spanghero soit le seul fautif, s'il l'en est même un, ce qu'aucune enquête n'a encore déterminé sur le fond. S'il s'avére que cette entreprise, clouée au pilori ministériel, soit non fautive, alors le préjudice dont elle a été victime de la part de l'Etat coutera bonbon (dont ceux du ministre de la consommation)....
Réponse de le 15/02/2013 à 18:44 :
nos ministres ne sont responsable, ni de se qu'ils disent ni de se qu'ils font ,maintenant c'est à mr Montebourg d'intervenir il va enfin pouvoir sauver une entreprise!
a écrit le 15/02/2013 à 16:52 :
Je suis étonné de la durée de l'enquête, dans une usine certifiée il faut quelques minutes pour retrouver la traçabilité d'un produit.
a écrit le 15/02/2013 à 15:12 :
Et pour le" toujours plus" un passage obligée pour ces tonnes de minerai Chypre le pays qui blanchit l'argent de la mafia russe; mais là Chutttt gros silence de nos politiques qui nous la joue à la séparation de l'église et de l'état avec nos banques façon marionnettes lyonnaises.
a écrit le 15/02/2013 à 14:04 :
En effet il s'agit d'un mix de poulet et cheval, moitie-moitie; un poulet, un cheval.
a écrit le 15/02/2013 à 12:45 :
Qui peut croire une nanoseconde qu'une entreprise qui commercialise des plats cuisinés surgelés , n'est pas tenue de faire des contrôles sanitaires de conformité avant leur mise sur le marché?
Réponse de le 15/02/2013 à 15:14 :
controles bacteriologiques oui, contrôles d' ADN de cheval NON! enfin jussqu'à présent, puisque maintenant ça va se faire. On ne trouve que ce que l' on cherche dans les analyses...
a écrit le 15/02/2013 à 11:58 :
Il faut m'expliquer comment comigel est arrivé à donner le même goût à ses plats? Car a ce que je sache la viande de cheval et le boeuf n'ont pas du tout le même goût !!!!
Réponse de le 15/02/2013 à 12:37 :
Mélangée a du glutamate de sodium et bouillie dans une sauce tomate sucrée et aromatisée ça passe sans soucis
Réponse de le 15/02/2013 à 15:15 :
D accord....la cuisine industrielle c est du marketing 100 % boeuf
une consistance (meme si il faut rajouter l urine du boeuf...)
un gout...et la chimie fait des merveilles....
Reflexion d un proche Et pourtant je trouvais cela bon....mais maintenant que je connais le circuit je suis degouté.....
Esperons que bcp de gens reagiront de la meme maniere. Mangeons moins mais mieux...
a écrit le 15/02/2013 à 11:32 :
le schéma vient de la DGCCRF? c'est un gag? Castelnaudary mal écrit et "morceaux de boeuf" en sortie de Roumanie et des Pays bas alors qu' apparemment c'était bien étiqueté cheval en sortant de ces pays? tu m'étonnes qu'ils sachent pas faire un pauvre contrôle.....
a écrit le 15/02/2013 à 11:04 :
Il est quand même choquant que les pro qualifient de minerai ce qui doit rentrer comme de la "viande hachée" dans des lasagnes. Ce que l'on découvre du contenu ne donne d'ailleurs pas du tout envie de le manger . Même si certains arrivent à prouver que leur "minerai" est bien de boeuf cela reste quand même très très loin d'une définition "loyale" "correcte" ou "honnête" de ce que l'on doit mettre dans des lasagnes et relève plus de la nourriture pour chiens et chats.
Réponse de le 15/02/2013 à 15:15 :
+1
a écrit le 15/02/2013 à 10:21 :
Le probleme des politiques et de se gouvernement c'est qu'a force de mentir pour faire des scoops on ne sait plus si ils disent vrai ou faux.

L'information aurai été relayé par quelqu'un de plus "honnete" que Benoit Hamon on aurai aucun doute mais la, j'attend la fin de l'enquete.

D'ailleurs c'est assez choquant que le secret de l'instruction n'ai pas été respecte et que l'on jette en pature des informations qui ne sont pas forcement juste....

En générale ce genre d'enquete dure quelques moi et la en 2 jours c?était réglé....
a écrit le 15/02/2013 à 9:50 :
Ah!Ah!Ah!, on connait, c'est vieux comme le monde!" c'est pas moi, la main sur le coeur, c'est " l'autre..!!
a écrit le 15/02/2013 à 9:01 :
Je crains que le XV de France n'ait ete nourri avec les produits Spanghero. Pourtant quand on voit leur rendement sur le terrain, c'est sur qu'ils n'avaient pas bouffe du cheval ! LoL
Réponse de le 15/02/2013 à 17:44 :
Joli trait d'humour -....le nom Spanghero est cité à tour de bras par les médias...les raisons ,?
Que la jeune génération s'inspire de Walter -l'homme de Murrayfield - joueur et équipier EXEMPLAIRE...
Allez le XV de France !!!!!!
a écrit le 15/02/2013 à 8:12 :
C' est bien les pratiques d' achats au plus bas prix de la grande distribution qui oblige d' une certaine manière les fournisseurs de celle-ci à fabriquer et vendre les produits provenant des pays à bas coûts. C' est la grande distribution qui trompe le client final.
a écrit le 15/02/2013 à 6:01 :
M. Benoît Hamon, ne connaît pas la présomption d'innocence et accuse immédiatement. Seul un juge, après un procès, à le droit de déclarer quelqu'un coupable ! Mais il faut toujours trouver un coupable pour montrer que l'on existe! Les socialistes aimaient bien la présomption d'innocence lors du sang contaminé!
Réponse de le 15/02/2013 à 8:22 :
Il faudrait faire des tests génétiques pour vérifier que la viande de ministre n'est pas de la viande d'âne...
Réponse de le 15/02/2013 à 10:30 :
Exactement ca sent le pugilat et la com' a plein nez.

On est dans le sensationnel et non dans le traitement des problèmes de fond
a écrit le 14/02/2013 à 21:43 :
Donc ce monsieur Hamon qui sait tout prends le risque de mettre au chômage 200 personnes dans une région sinistrée dont tout le monde se fout et qui ferait mieux de demander son indépendance comme sa voisine.

Il en sait quoi véritablement ce c...? Le cirque irresponsable public continue. La daube parisienne est décidemment malodorante voire dépassée. On est en 89 ou quoi?
Réponse de le 15/02/2013 à 8:27 :
Il n'y a même pas besoin de faire des contrôles pour savoir que ce que dit le "gouvernement", c'est de la daube...
a écrit le 14/02/2013 à 20:55 :
Spanghero niE fermement
a écrit le 14/02/2013 à 18:57 :
Eeet... que les clients de cette société ne vérifient RIEN ne dérange personne..?? Moi, si. Imaginez que la presse ne vérifie pas ses informations et gobe TOUT ce que disent les politiques, y'a pas loin.
a écrit le 14/02/2013 à 18:48 :
Nous n'avons. rien à foutre des deliberations Mr Hamon
Réponse de le 14/02/2013 à 19:17 :
Heeu... Si, Gimoltruc. déclaration du ministre : "D'autre part, lors de la décongélation, elle [comigel] aurait dû se rendre compte que la viande n'était pas de la même couleur que le boeuf", a-t-il poursuivi. Comigel est donc complètement partie prenante dans l'affaire. Et les marques tant de distributeurs que les autres aussi par une totale absence de contrôle. Leur peur à tous est parfaitement justifiée.
a écrit le 14/02/2013 à 18:38 :
Dans les confitures néerlandaises aux fruits, il y avait en général "un" fruit que les enfants se disputaient. Dans du "minerai au boeuf", il peut donc bien y avoir un fer à cheval devenant, lui aussi, objet de disputes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :