Coup d'envoi des soldes : promotions exceptionnelles en vue

 |   |  278  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le premier semestre qui s'achève a été très compliqué pour les commerçants. Les magasins de prêt-à-porter débordent d'invendus de produits de saison comme des tee-shirts, des débardeurs, des maillots de bains. Les professionnels évoquent une des plus mauvaises saisons de ces dernières décennies...

"On n'a jamais connu pire saison depuis trente ans: depuis le 1er janvier, les baisses de chiffre d'affaires sont comprises entre -5% et -15%", a déclaré à l'AFP Bernard Morvan de la Fédération nationale de l'habillement. Il faut dire que les éléments ont joué contre les commerçants: sinistrose ambiante, pouvoir d'achat en berne, météo printanière épouvantable? C'est dire à quel point les commerçants attendent beaucoup de la nouvelle édition des traditionnelles soldes d'été qui s'ouvrent mercredi. Ces cinq semaines pourraient s'avérer exceptionnellement intéressantes pour les consommateurs.

"Les magasins débordent de stocks"

D'après le cabinet Kurt Salmon, les magasins regorgent en effet de produits invendus, notamment les boutiques de prêt-à-porter dont les collections d'été n'ont pas trouvé preneurs en raison de la météo maussade. "Les magasins débordent de stocks de tee-shirts, débardeurs, shorts, bermudas, mini-robes sans parler des maillots de bain", explique Aude de Moussac, spécialiste de la consommation dans ce cabinet.

"Agressivité commerciale sans précédent"

Le directeur général du Conseil national des centres commerciaux, Jean-Michel Silberstein, prévoit également une "agressivité commerciale sans précédent" de la part des enseignes.
Les commerçants n'auront pas tellement le choix. Ils seront pris en tenail entre la nécessité d'écouler leurs stocks pour valoriser les nouvelles collections, et la réduction du budget des ménaces. D'après une étude de CCM Benchmark, ce budget va passer à 208 euros cette année, contre 223 euros en 2012.  Mais le pessimisme domine. Pour Bernard Morvan, "la saison sera une des plus terribles des 10-15 dernières années".
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :