LVMH déçoit... parce qu'il n'a plus une croissance à deux chiffres

 |   |  255  mots
Le numéro un mondial du luxe a marqué le pas au troisième trimestre, avec des ventes nettement inférieures aux attentes, mais reste confiant pour l'année 2013 malgré un environnement économique incertain en Europe. Seule la division de la distribution sélective affiche une croissance à deux chiffres.
Le numéro un mondial du luxe a marqué le pas au troisième trimestre, avec des ventes nettement inférieures aux attentes, mais reste "confiant" pour l'année 2013 malgré un "environnement économique incertain en Europe". Seule la division de la distribution sélective affiche une croissance à deux chiffres.
Le numéro un mondial du luxe a marqué le pas au troisième trimestre, avec des ventes nettement inférieures aux attentes, mais reste "confiant" pour l'année 2013 malgré un "environnement économique incertain en Europe". Seule la division de la distribution sélective affiche une croissance à deux chiffres.

Le numéro un mondial du luxe n'a pas le vent en poupe. Avec un chiffre d'affaires de 7,02 milliards d'euros, pour le 3e trimestre, LVMH, qui détient notamment Louis Vuitton, Céline, Givenchy, les champagnes Moët et Chandon et Dom Pérignon, le joaillier Bulgari et les parfums Guerlain et Dior, mais aussi les montres Tag Heuer et Hublota fait moins bien que ce que les analystes attendaient.

Les spécialistes interrogés par Bloomberg tablaient sur des ventes trimestrielles comprises entre 7,2 et 7,3 milliards d'euros.

Globalement, sur neuf mois, le chiffre d'affaires de LVMH a progressé de 4% à 20,7 milliards d'euros, a indiqué LVMH. Une croissance à un seul chiffre donc. Ce qui est beaucoup moins bien que la croissance à deux chiffres (+22%) sur les neuf premiers mois de l'année 2012. 

Les ventes de la distribution sélective affichent une croissance à deux chiffres

De janvier à fin septembre, le chiffre d'affaires de la Mode et maroquinerie, principale division du groupe, est en recul de 1% à 7,14 milliards d'euros, mais progresse de 4% à structure et taux de change comparables.

En revanche, les ventes de la distribution sélective, le deuxième pilier du groupe qui inclut la chaîne de parfumerie Sephora et les Duty Free Shops (DFS), sont en plein boom. Elles affichent une progression de 16% à 6,3 miliards d'euros (+19% en croissance organique). C'est la seule division à afficher une croissance à deux chiffres.

Pour aller plus loin:

Marc Jacobs, le virtuose du prêt-à-porter qui a dépoussiéré Louis Vuitton

 LVMH: Delphine ou Antoine ? Le dilemme de Bernard Arnault pour sa succession

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2013 à 20:10 :
avec la baisse des achats des articles LVMH...même les super-super-super riches achètent moins...
a écrit le 16/10/2013 à 14:42 :
les japonais ne sont plus fans de sacs laids made in china et vendus une fortune sur les champs élysées ?
Réponse de le 16/10/2013 à 17:41 :
Oui, des sacs faits en plastique imitation cuir vendu 400 euros, ca c'est du marketing reussi !
Réponse de le 16/10/2013 à 18:39 :
Si ces " sacs " eussent été vendus à 15 000 euro pièce , LVMH n'en serait pas là. CQFD.
Réponse de le 16/10/2013 à 18:47 :
Parole de jaloux, même pas capables de se renseigner sur l'origine des sacs Vuitton, dont aucun n'est fabriqué en Chine. Laissez les japonais se faire plaisir s'ils en ont envie, et retournez plutôt au bistrot du coin pour parler stratégie d'entreprise, cela ne coûte pas grand chose.
Réponse de le 16/10/2013 à 19:52 :
@bobo: je ne m'avancerais pas trop, car on ne sait pas vraiement si aucun sac n'est fabriqué en Chine. Ce qui est important, c'est de dégager une bonne marge et la Chine offre cette possibilité :-)
Réponse de le 16/10/2013 à 20:16 :
ça me ferait chier de me rens sur les sacs vuiton...et même d'en voir un.
Réponse de le 16/10/2013 à 20:38 :
Oui , le plus important c'est d'enfariner ces chinetoques au max.
a écrit le 16/10/2013 à 12:38 :
C'est toujours le risque d'être sur une valeur de croissance. Du fait d'un PER élevé la moindre chute de croissance fait chuter le cours. C'est finalement souvent le cas car maintenir une croissance à 2 chiffres sur plusieurs dizaines d'années tien de l'exploit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :