Des jeunes blogueurs norvégiens découvrent les "usines à sueur" du Cambodge

 |   |  447  mots
Les conditions de travail dans certaines usines textiles asiatiques sont régulièrement dénoncées par des ONG.
Les conditions de travail dans certaines usines textiles asiatiques sont régulièrement dénoncées par des ONG. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un web-documentaire diffusé en 2014 par le site du premier quotidien norvégien a créé la polémique. L'une des participantes, envoyée découvrir la réalité des "sweat shops", affirme avoir subi des pressions pour ne pas évoquer le nom d'une marque qui y sous-traiterait une partie de sa production.

"Que se passe-t-il quand vous envoyez trois jeunes norvégiens à l'étranger pour rencontrer les ouvriers qui cousent nos vêtements?" Le site web du journal Aftenposten a cherché une réponse à cette question dans une série documentaire-réalité en 5 épisodes diffusée fin 2014.

160 dollars par mois

Pendant un mois, Anniken, Frida et Ludvig ont quitté leur cocon scandinave pour travailler dans des ateliers de confection au Cambodge. Celles où certaines grandes chaînes multinationales du prêt-à-porter se ravitaillent en robes, pantalons et t-shirts à très bas prix. Ils y découvrent la vie quotidienne de ces ouvriers payés 160 dollars par mois en moyenne pour effectuer un travail répétitif dans des conditions particulièrement éprouvantes.

Anniken brave l'interdit

Dans le pays, l'affaire a fait du bruit après les révélations d'une participante, Anniken Jørgensen. Sur son blog, la jeune femme affirme que des membres du grand quotidien d'Oslo lui ont interdit de citer le nom d'H&M parmi les grandes marques internationales de l'industrie textile qui auraient généralement recours à ce type d'ateliers. "On nous a dit que nous n'étions pas autorisés à parler d'eux dans les médias. J'ai donc décidé que c'était exactement ce que je devais faire", écrit-elle.

La filiale H&M en Norvège a "proposé à plusieurs reprises aux blogueurs de les rencontrer pour leur parler des actions de la marque en vue de l'amélioration des conditions de travail et des salaires dans les pays de production", notamment au Cambdoge, indique à la Tribune une porte-parole de la marque. Celle-ci précise qu'une telle rencontre a eu lieu au cours de l'été. Le quotidien a, de son côté, nié avoir subi ou fait subir des pressions.

Un fonds d'indemnisation pour Rana Plaza

Les conditions de travail des "sweat shops" asiatiques font l'objet de dénonciations régulières de la part d'ONG, et ce depuis plusieurs années. En 2013, c'est une tragédie, l'effondrement du Rana Plaza, un immeuble du Bengladesh, qui a causé la mort de 1127 de personnes et fait plus de 2000 blessés, qui a contribué à mettre en lumière ces pratiques auprès du grand public. Un fonds d'indemnisation a depuis été créé grâce au concours du groupe Auchan, des enseignes Camaieu, Primark, Inditex, de la fondation du groupe H&M ou encore des distributeurs Walmart, El Corte Ingles.

 Sur la toile francophone, belge en tête, la bande annonce de cette série sous-titrée en anglais et espagnol tourne depuis quelques heures, alors que l'émission est diffusée en Norvège dès la fin de l'année 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2015 à 12:56 :
160 dollars garantis par mois est un paradis pour lequel, de par le monde, beaucoup de gens sont prêts à subir bien des enfers.
- Nous ne voulons pas qu'ils immigrent chez nous,
- nous ne voulons pas que nos entreprises délocalisent chez eux,
- nous ne voulons pas qu'ils soient payés moins cher
- nous ne voulons pas payer nos habits cher,
- nous ne voulons pas que nos entreprises soient trop taxées !!!
- etc...

A un moment il faut être conséquent ou se taire.
a écrit le 22/01/2015 à 12:10 :
J'ai 31 ans et la première fois que j'ai entendu parler des Sweat Shop c'était en cours d'anglais au collège... Le grand public sait très bien de quoi il s'agit mais comme d'habitude il préfère fermer les yeux jusqu'à qu'une catastrophe comme au Bangladesh oblige à les réouvrir. Pour ensuite "oublier" de nouveaux, jusqu'à la prochaine catastrophe. Et entre temps on continu à acheter ces produits... Sinon tout va bien dans le monde. Les chantres du tout libéral se réjouissent, les riches le sont de plus en plus et les miséreux n'ont que leurs yeux pour pleurer.
Réponse de le 22/01/2015 à 12:27 :
Qu'est ce qui vous empeche d'acheter des habits produits en France ?
Réponse de le 22/01/2015 à 12:53 :
tout a fait coyote, vu que Chich le sait, il devrait agir contre en boycottant ves marques et inciter ces proches (voir les autres) plutot que d'étaler sa science "moi je sais que".
tout le monde n'est pas éclairé comme vous et ne sait pas forcement ce que vous savez, donc faites partager comme le font ces jeunes norvegiens au lieu de raler.
Réponse de le 22/01/2015 à 15:01 :
@coyote : Acheter des habits produits en France ? Où ? Quelles marques ? Et à quel prix !
Réponse de le 23/01/2015 à 16:11 :
@julie : vous avez vu quelque part que je ne le faisais pas ? Et vous ? Il fut vous tenir la main aussi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :