Bière : AB InBev met (enfin) la main sur SABMiller

 |   |  319  mots
Si la transaction va au bout, elle mariera les marques de bière américaine Budweiser et belge Stella Artois --propriétés de AB InBev-- avec les italienne Peroni, tchèque Pilsner Urquell et néerlandaise Grolsch de SABMiller.
Si la transaction va au bout, elle mariera les marques de bière américaine Budweiser et belge Stella Artois --propriétés de AB InBev-- avec les italienne Peroni, tchèque Pilsner Urquell et néerlandaise Grolsch de SABMiller. (Crédits : © STRINGER Belgium / Reuters)
Après quatre propositions, le numéro un mondial de la bière AB InBev (Budweiser) va finalement absorber son dauphin, le brasseur anglo-sud-africain SABMiller. Ce nouveau géant produira désormais pas moins d'un tiers de la bière consommée dans le monde.

Cette fois, et après plusieurs semaines de suspens, la Budweiser et la Peroni vont pouvoir trinquer ensemble. Le numéro deux mondial de la bière, le britannique SABMiller, a annoncé mardi 12 octobre avoir -finalement- accepté de se faire acheter par le numéro un du secteur, le belgo-brésilien AB InBev, pour l'équivalent de 96 milliards d'euros.

L'acquisition de SABMiller permet entre autres à AB InBev de s'ouvrir en grand la porte de l'Afrique, où sa cible est bien présente, et notamment celle de l'Afrique du Sud, berceau de SABMiller où il est né il y a 120 ans.

 LIRE AUSSI>> Bière : AB Inbev à la conquête de l'Afrique et du Top 10 des capitalisations mondiales

Une pression à 96 milliards d'euros

Le groupe SABMiller, basé à Londres, a expliqué dans un communiqué commun que son conseil d'administration était parvenu à une entente avec celui d'AB InBev. Ce dernier va ainsi racheter chaque action SABMiller pour 44 livres sterling, ce qui valorise la capitalisation boursière du brasseur britannique à hauteur de 71,2 milliards de livres (96 milliards d'euros).

En ajoutant la dette de SABMiller, cette offre en numéraire valorise le groupe autour de 80 milliards de livres, soit 108 milliards d'euros.

Une offre relevée... quatre fois

Le conseil d'administration de SABMiller a souligné que cette offre, que AB InBev a dû relever quatre fois pour obtenir l'accord de sa cible, représentait une prime de 50% par rapport au cours de l'action SABMiller à la clôture du 14 septembre, la veille du jour où les spéculations sont fortement montées sur le marché à propos d'une éventuelle transaction.

L'accord conclu entre les directions des deux groupes prévoit une offre alternative à la proposition en cash, portant sur un maximum de 41% du total des actions de SABMiller. Les actionnaires du groupe britannique qui choisiraient cette alternative se verraient remettre environ 0,48 action d'AB InBev plus 3,78 livres en numéraire pour chacune de leur action SABMiller.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2015 à 15:47 :
Il est grand temps d'acheter des actions Picon!!!
a écrit le 13/10/2015 à 12:33 :
Le cigarettier Altria qui possède l'essentiel de SABMiller pourtant considéré comme "anglais" tout en étant aussi d'origine sud africaine, va rentrer du cash pour parfaire ses opérations dans le tabac. Le tout est de savoir comment. Il est probable que les anglais BAT et Imperial vendent prochainement leurs activités en déclin. Japonais, américano-suisses sont sur les rangs. Les américains se contenteraient des activités purement américaines. Dans la bière Heineken et ses collègues devront bénéficier de compensations à moins qu'elles ne soient sous forme d'un droit à fusionner à leur tour. Le groupe français Castel devrait notamment voir grossir son empire. Nous verrons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :