Carrefour et Couche-Tard renoncent à leur fusion

 |  | 411 mots
Lecture 2 min.
A défaut de rapprochement entre Carrefour et Couche-Tard, les deux groupes évoquent désormais plusieurs domaines de coopération possibles.
A défaut de rapprochement entre Carrefour et Couche-Tard, les deux groupes évoquent désormais plusieurs domaines de coopération possibles. (Crédits : Christinne Muschi)
Les deux géants de la distribution, Carrefour et le canadien Couche-Tard, ont interrompu les discussions préliminaires en vue de leur rapprochement en raison de l'opposition de Paris sur ce projet.

Bruno Le Maire a éteint le début d'une idylle entre Carrefour et le canadien Couche-Tard. Les deux géants de la distribution ont annoncé samedi dans un communiqué conjoint avoir interrompu les discussions préliminaires en vue de leur rapprochement. Le gouvernement français s'était fermement opposé vendredi à une éventuelle prise de contrôle de Carrefour, premier employeur du secteur privé en France (150.000 salariés), par le groupe canadien au nom d'une sécurité alimentaire nationale élevée au rang de priorité absolue. Cette fermeté a conduit Couche-Tard à renoncer à son projet d'acquisition.

Dans leur communiqué conjoint, Carrefour et Couche-Tard disent avoir renoncé à ce projet "au vu des récents événements", sans citer spécifiquement l'opposition de Paris. Pourtant des discussions préliminaires, "soucieuses de l'ensemble des parties prenantes, avaient été engagées entre Carrefour et Couche-Tard à la suite d'une démarche amicale de cette dernière". En revanche, les deux groupes ont déclaré prolonger leurs discussions pour "examiner des opportunités de partenariats opérationnels".

Plusieurs domaines de coopération

Les deux groupes évoquent plusieurs domaines de coopération possibles : "le partage de bonnes pratiques dans la distribution de carburant, le développement d'achats en commun, des partenariats sur le développement et la commercialisation de marques de distributeurs,le partage d'expertise et le lancement d'innovations pour améliorer l'expérience client, et l'optimisation de la distribution de produits sur les géographies communes aux deux groupes", selon le communiqué.

"Construire des partenariats innovants est un point clef de la stratégie de transformation de Carrefour", a souligné le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, cité dans le communiqué. "Le partenariat prometteur envisagé avec le leader nord-américain Couche-Tard s'inscrit pleinement dans cette stratégie qui nous a déjà permis de retrouver une voie de croissance rentable", a-t-il précisé.

Le président et chef de la direction de Couche-Tard Brian Hannasch a réaffirmé l'ambition de son groupe à "devenir un leader mondial de la grande distribution". "Les domaines de coopération envisagées sont alignés avec notre plan stratégique, notre engagement à nous renforcer sur nos activités principales comme les formats de proximité et la distribution de carburant, et notre volonté d'explorer les multiples opportunités dans les zones de croissance associées", a-t-il expliqué dans le communiqué. Dans le cadre du projet de rapprochement, Couche-Tard devait injecter trois milliards d'euros d'investissement dans le groupe français, une idée largement soutenue par Carrefour...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2021 à 9:17 :
bravo Le Maire. Quand carrefour sera eliminé par Amazon il sera plus ministre donc il s en fout ...
a écrit le 18/01/2021 à 8:28 :
la dictature s'approche ,ils ne sont pas capables de gerer correctement SNCF,AIR FRANCE ADP, renault etc etc mais vont donner des lecons au premier employeur de france !!!!
a écrit le 18/01/2021 à 7:49 :
La fusion n'a pas pu se faire à cause du nouveau couvre-feu: en effet, arrivé au carrefour, le PDG couche-tard a été arrêté, avec une amende à la clef...
a écrit le 17/01/2021 à 19:31 :
Les conseils de ''COUCHE-TARD '' se sont trompés de cible en '' conseillant '' de viser CARREFOUR pour la ''proximité '' en FRANCE....il y avait autre entreprise à étudier pour cela...
En plus comment n'ont ils pas vu que le gouvernement n'allait pas réagir?......après ALSTHOM?.........et devant le fait de vouloir acheter un ''monument ''?........
Trivialement dit, ''un gamin du cours moyen aurait vu cela ''........
Les deux sociétés veulent développer maintenant les ''best-practices '' ; que va apprendre CARREFOUR sur le commerce ?...enseigne qui en FRANCE est quand même reconnue pour son excellent savoir-faire!!.......On essaye de sortir honorablement de ce qui n'aurait jamais dû être.....C'est louable.
Plus gênant , que va penser maintenant le management et le personnel de CARREFOUR?.......avec une hiérarchie qui a expliqué un plan il y a quelques mois et qui a regardé ailleurs?.......Et les actionnaires , ceux de ''fond '' en tout cas ?....
Pour la continuité de cette belle enseigne, souhaitons que à nouveau les pieds de tout le monde ''touchent bien le sol''........
a écrit le 17/01/2021 à 19:22 :
la securite alimentaire de la france est assuree!
vous imaginez que le francais n'aurait plus eu de supermarche pour faire ses courses s'il y avait eu fusion
parole d'un gars qui n'a jamais fait ses courses et n'est jamais alle dans une zone periurbaine francaise! ( oui parce que sinon il aurait vu qu'a cote d'un auchan il y a un aldi un lidl un franprix un casino un cora un monoprix un ed l'epicier, un super u, un intermarche etc etc etc........... mais bon, securite alimentaire oblige hein?)
a écrit le 17/01/2021 à 12:00 :
Oui mais seulement jusqu'à mai 2022 après...
Réponse de le 17/01/2021 à 12:54 :
Malheureusement, Macron a déjà tout programmé et organisé pour 2022, dès son élection.
Ce sera Macron ou Marine... et comme on va faire peur aux français avec le RN, et bien, au final, ce sera Macron
a écrit le 17/01/2021 à 10:18 :
Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans ou pas. Enfin, 82 ans quand même déjà...
a écrit le 17/01/2021 à 8:05 :
On a eu l'autorisation administrative de licenciement, on a l'autorisation administrative de vente, ce qui signifie une nationalisation de fait du capital. Quand on sait, depuis 50 ans, la bonne gestion des gouvernements - qu'on baptise: l'Etat - qui s'est traduite par un chômage trop élevé et la main mise de l'étranger sur des fleurons industriels, sans parler de la piteuse affaire Renault-Nissan, il n'y a pas de quoi rire. Vivement la fin de ce triste et grotesque quinquennat!
Réponse de le 18/01/2021 à 3:54 :
@Henry.
Attendez la suite, ca va pas etre triste. Un conseil, si vous le pouvez, quittez ce pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :