Bruno Le Maire et l'OPA sur Carrefour, un virus mutant pour l'économie

 |  | 1112 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : POOL)
En France, on aime les OPA quand elles sont initiées par nos entreprises sur des groupes étrangers, mais on déteste quand des appétits extérieurs viennent révéler le hiatus croissant entre le discours tenu sur la compétitivité et la réalité du déclin du pays. Alstom peut racheter le canadien Bombardier mais le québecois Couche-Tard se voit interdire d'investir 3 milliards d'euros pour réveiller Carrefour. Comprenne qui pourra mais l'affaire est mauvaise pour les actionnaires du distributeur français, pour l'image de la place de Paris et l'attractivité de la France vantée par Macron.

Il y a eu Thierry Breton et la « grammaire des affaires » que le ministre de l'Economie et des Finances de Jacques Chirac voulait inculquer au mitant des années 2000 au groupe sidérurgique anglo-indien Mittal pour contrer son OPA hostile sur Arcelor. Une posture nationaliste bien compréhensible - quel responsable politique assisterait impuissant au dépeçage des fleurons de son industrie ? - qui n'a pour autant en rien empêché le succès de l'opération au profit de la famille Mittal.

Et puis il y a depuis cette semaine Bruno Le Maire qui vient confirmer que patron de Bercy n'est pas une sinécure quand il faut réagir à une offre de rachat d'un groupe étranger sur un fleuron français, ici le géant des hypermarchés Carrefour. En opposant un « non courtois, mais ferme et définitif » à l'offre présentée comme amicale du québécois Couche-Tard, Bruno Le Maire a stupéfié le monde des affaires qui n'imaginait pas une réaction aussi violente pour une opération entre deux groupes privés. Déjà, le patronat n'a pas bien compris pourquoi le ministre était intervenu, sans succès d'ailleurs, contre le rachat de Suez par Veolia, qu'il avait pourtant lui-même suscité en choisissant de vendre la participation d'Engie. Mais avec le veto sur Carrefour, on entre dans une...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2021 à 15:19 :
De toute facon les exportations de la france se résumemt de plus en plus à de la vente d'armements et un peu le luxe.... Tous les autres secteurs sont déficitaires

Couche tard ira s'associer à une autre société de distribution.

Carrefour dont l'action a perdue 47% en 7 ans ne fait pas le bonheur des actionnaires...
a écrit le 16/01/2021 à 10:52 :
Parmi les actionnaires figurent Galfa (famille Moulin propriétaire des Galeries Lafayette) ou le groupe Bernault Arnault. D'ailleurs, le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, est là par copinage avec Le Maire
Bref, tout ce beau monde sont des contributeurs aux campagnes électorales de Macron et cie.
Contrairement aux groupes industriels que ces mêmes gens ont laissés partir (Pechiney, arcelor, Alstom, Alcatel, Lafarge, technip, etc.) car eux ne sont pas des "potes".
Voilà plutôt vers où chercher les vraies raisons du refus (la sécurité alimentaire n'a pas empêché de signer les accords TAFTA, CETA)
a écrit le 16/01/2021 à 10:39 :
Ils ne sont pas capables de gerer correctement ADP ,AIR FRANCE, SNCF, poste Renault etc etc et ils veulent donner des lecons à Carrefour !!!!!!!! . rappelons que la moitie des magasins carrefour en France sont déficitaires leur seul sortie sera de licencier ,,,,,la FRance attractive ???????
a écrit le 16/01/2021 à 5:55 :
Cette chaine de super est deficitaire depuis longtemps. Elle sera vendue comme le reste l'a ete.
Les francais par flemme et lethargie en sont les responsables. Apres avoir defonce les petits commerces et autres artisans....
Ils en paieront au sens propre les consequences.
a écrit le 16/01/2021 à 1:09 :
Alors combien de hauts fonctionnaires vont se faire acheter pour faire passer la pilule ?
Qui seront les maris ou les femmes de...à se voir offrir une opportunité professionnelle ?
On peut être Couche Tard et tout comprendre de cette classe politique qui veut favoriser un développement économique social et solidaire et écologique et avec beaucoup d’égalité (homme/femme, précarité....) avec un capitalisme français dynamique comme pour le crédit lyonnais, Urba, Bygmalion, Alstom...
a écrit le 15/01/2021 à 22:09 :
Je voudrais également comprendre, sans entreprise comment un pays peut prétendre exporter? Comment peut-il équilibrer sa balance des paiements ?
Réponse de le 16/01/2021 à 20:44 :
C'est pas si simple !
Apple par exemple, entreprise très américaine ne rapatriait pas ses profits aux US et fait tout fabriquer en chine, resultat ils contribuent negativement à la balance commerciale.

A l'inverse, toyota france contribue positivement à la BC francaise !
a écrit le 15/01/2021 à 22:04 :
Merci Mr Le Maire. Pour une fois.....
Réponse de le 16/01/2021 à 0:40 :
Le Maire ferait mieux de trouver des acquéreurs pour les entreprises publiques en faillite tellles que Air France ou la SNCF plutôt que s'ingérer à la direction de Carrefour occupée par son copain Bompard...
a écrit le 15/01/2021 à 22:00 :
Pour ceux qui ne comprennent pas, sans entreprise pas de création de richesse, donc pas de salarié, pas de prestation sociale. Les entreprises étrangères de type Amazone, Appel... payent moins d’impôts qu’une PME. Il ne faut donc pas compter sur nos amis, nos partenaires étrangers. Sans tissu industriel l’ensemble de la société française s’appauvrira..
a écrit le 15/01/2021 à 21:49 :
Cela fait des années que nos élites nous expliquent qu’il est logique que nos entreprises, et nos groupes industriels se fassent absorber par des concurrents étrangers. Cela est un signe de vitalité économique et de création de valeur, « de richesse », mais au bout du compte la France ne produit quasiment plus rien, et en même temps : « j’utilise cette formule, parce qu’elle est à la mode depuis 2017 » est devenue dépendante de l’étranger. De Gaulle, dont se revendique toute notre classe politique, à part l’extrême gauche et nos écologistes , doit se retourner dans sa tombe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :