Carrefour prêt à fermer 227 magasins en France le 4 juin

 |   |  431  mots
58 magasins Carrefour du Nord, 46 magasins de l'Est, 14 à Paris et 13 en région Occitanie sont menacés de fermeture
58 magasins Carrefour du Nord, 46 magasins de l'Est, 14 à Paris et 13 en région Occitanie sont menacés de fermeture (Crédits : Eric Gaillard)
Environ 2.100 emplois sont en jeu dans les 273 magasins Carrefour menacés de fermeture. Pour certains d'entre eux dégageraient 20% ou 30% de rentabilité, selon la CGT.

Carrefour taille à la hache dans son portefeuille de magasins. Un total de 227 Carrefour (anciennement Dia), sur les 273 que le géant de la distribution souhaite céder, n'ont pas trouvé de repreneur et sont appelés à fermer cet été, a indiqué lundi à l'AFP une porte-parole du groupe, confirmant des informations du Midi Libre. Ce chiffre pourrait encore évoluer à la marge alors que le processus, lancé en janvier, au cours d'un vaste changement de stratégie, doit s'achever le 4 juin.

"On en est à 227 fermetures, il y a eu peu d'offres de reprises du fait du manque d'attractivité de ces magasins", a expliqué une porte-parole à l'AFP.

Le groupe a reçu à ce jour 23 offres fermes et 22 intentions d'achat pour ces magasins. Ainsi 45 magasins seulement pourraient continuer leur activité sur 273 au total. Le groupe a rappelé avoir signé en avril avec les syndicats un plan de sauvegarde de l'emploi pour l'ensemble des 2.100 salariés concernés et avoir désormais comme objectif de reclasser l'ensemble des employés, contre la moitié initialement. "Il y a des magasins qui ont peut-être 20 ou 30% de rentabilité, mais ça ne leur suffit pas, ils veulent des rentabilités encore plus importantes pour dégager du cash pour les actionnaires", a réagi le responsable CGT du groupe Carrefour, Philippe Allard sur France 2.

Trois offres de reclassement par salarié

Confronté à une perte de vitesse, le géant de la distribution a annoncé en janvier une restructuration de ses activités passant par un virage vers le commerce en ligne et le bio. Il a lancé un plan de départs volontaires dans ses sièges en France et un projet de cession ou fermeture de 273 ex-magasins Dia. Carrefour a fait savoir que les salariés de ces magasins recevront chacun trois offres d'emploi en local, dont une externe, dans le cadre de ce reclassement. La CGT estime que 1.000 salariés pourraient faire l'objet d'un licenciement au final.

"76 salariés ont été reclassés et l'examen de 240 dossiers de candidature est en cours", a précisé la porte-parole du groupe.

Le Midi Libre a publié dimanche la liste des magasins devant fermer, se basant sur un document transmis le 18 mai par le distributeur à la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi). Selon cette liste, le Nord et l'Est du pays sont particulièrement touchés par les fermetures. A ce jour, aucune offre de reprise n'a été déposée pour les 58 magasins Carrefour du Nord, les 46 magasins de l'Est, 14 à Paris et proche banlieue, et 13 en région Occitanie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2018 à 11:29 :
CARREFOUR A FAIT FORTUNE EN FRANCE ET POURRAIS FORME DES JEUNES COMMERCANTS POUR REFAIRE DES PETIT COMMERCES DANS LES CAMPAGNES ET LES ZONES ELOIGNIER DES GRAND CENTRES DE DISTRIBUTIONS? IL SUFIREZ QUI LES RENUMERE COMME DES ENPLOYES AUX DEBUT ET ENSUITE SI L ES AFFAIRES MARCHE LEURS PROPOSE L ACHAT DU COMMERCE??? LA POLITIQUE CE N EST PAS DE RESOUDRE LES PROBLEMES C EST DE FAIRE TAIRE CEUX QUI LES POSENT ///HENRI OUEILLE///
a écrit le 23/05/2018 à 11:26 :
CARREFOUR A FAIT FORTUNE EN FRANCE ET POURRAIS FORME DES JEUNES COMMERCANT POUR REFAIRE DES PETIT COMMERCES DANS LES CAMPAGNES ET LES ZONES ELOIGNIER DES GRAND CENTRE DE DISTRIBUTIONS? IL SUFIRRAIS QUI LES RENUMERE COMME DES ENPLOYER AUX DEBUT ET ENSUITE SI L ES AFFAIRES MARCHE LEURS PROPOSE L ACHAT DU COMMERCE??? LA POLITIQUE CE N EST PAS DE RESOUDRE LES PROBLEMES C EST DE FAIRE TAIRE CEUX QUI LES POSENT ///HENRI OOEILLE///
a écrit le 22/05/2018 à 17:56 :
Globalement, ces magasins dont chers et la vente par lots pour gagner cinq cents n'est pas vraiment la voie à suivre. Carrefour ferait bien de s'inspirer du modèle allemand qui allie prix bas et vente à l'unité. Je ne parle pas des aldi ou lidl mais globus, edeka ou real. Les carrefour contact ou express sont encore plus cher donc si ils ferment, c'est une perte pour l'emploi mais pas pour le consommateur.
a écrit le 22/05/2018 à 13:18 :
Carrefour a racheté tous les magasins DIA qui etaient tres bon marché pour les transformer en Carrefour market en fournissant exactement la meme marchandise mais en faisant exploser les prix. Naturellement ils ont perdu beaucoups de clientelle et maintenant ferment. Carrefour a reussi a eliminer ce concurrent genant qu'etait Dia en le rechetant avant de le detruire. Ce genre de methode devraient etre punies par la loi.
Réponse de le 22/05/2018 à 14:17 :
Dia était déjà en coma dépassé lors de sa reprise par Carrefour. Faut dire que franchement, c'était les pires des discounters, on trouve bien mieux chez les allemands (Lidl, Aldi, Norma) et même Leader Price.
a écrit le 22/05/2018 à 10:14 :
CICE :

Carrefour : 84 millions d'euros au titre de 2013 ,126 millions pour 2014 autant en 2015 et 134 millions d'euros en 2016.Pour 2017, il n’existe pas d’estimation mais le montant pourrait être supérieur. Et pour cause, si la masse salariale de Carrefour, à partir de laquelle est calculée le CICE, n’a pas été bouleversée depuis, le taux du CICE, en revanche, a évolué, passant de 6 à 7% entre 2016 et 2017.
Réponse de le 22/05/2018 à 13:45 :
Le CICE c'est un remboursement de charges sociales.
Donc, en face de ces 150 Me il doit y avoir aussi 1 milliard d'euro( minimum) de charges sociales payées par Carrefour.
Réponse de le 22/05/2018 à 14:20 :
Le CICE passe en 2018 de 7 à 6%. De là à penser que c'est la cause des suppressions d'emploi chez Carrouf...
Réponse de le 22/05/2018 à 17:14 :
@Et les charges ?

Les cotisations sociales, souvent appelées de manière impropre charges sociales.Les cotisations sociales correspondent donc à une part socialisée du salaire, c'est-à-dire collectée par des organismes appelés caisses afin d'être redistribuée. Les cotisants bénéficient en contrepartie d’une couverture partielle ou totale de frais divers, engendrés par l'un des grands « risques » que sont le chômage, la vieillesse, la famille, la maladie et les accidents du travail et maladies professionnelles. Cette contrepartie peut être immédiate (risque immédiat), ou différée : le salarié touche une pension à l'âge de la retraite.Tu n'es pas contre j’espère
a écrit le 22/05/2018 à 8:47 :
Encore des salariés qui vont payer les mauvais choix des seuls actionnaires.
Réponse de le 22/05/2018 à 9:37 :
....pas le mauvais choix : la VORACITE !!!
.... mais c'est peut-etre suicidaire !
Réponse de le 22/05/2018 à 10:08 :
difficile de faire la différence entre mauvais choix et avidité non ?

Plus on possède et plus on est possédé par la médiocrité.
Réponse de le 22/05/2018 à 13:41 :
Il fallait lire: "Encore des salariés qui vont payer les mauvais choix des seuls propriétaires de l'entreprise."

D'accord avec vous sur le fait que c 'est regretable, mais c'est le droit des propriétaires de l'entreprise que de décider ce qu'ils en font dans le respect des lois en vigueur. Rappel: si la boîte coule, c'est eux qui perdent leur argent, pas les salariés. A noter que dans beaucoup de pays, ce sont les salariés qui sont propriétaires des entreprises via leurs fonds de pension.

Dans un pays avec un taux de chômage normal (4-5%) et dans lequel l'état ne se goinfre pas lors de chaque achat de logement (droits de mutations), et fait ce qu'il faut pour que le pays ne soit pas à la traine dans les classements PISA et PIAC, il est possible de rebondir.

C'est malheureusement plus difficile en France, pour l'instant du moins.
Réponse de le 22/05/2018 à 13:46 :
Il y a aussi le choix des consommateurs qui veulent du prix "super bas", et préfèrent Lidl aux ex Dia.
Les actionnaires n'ont pas voulu rentrer dans la course au low-cost type Lidl, c'est tout à leur honneur.
Réponse de le 22/05/2018 à 14:08 :
"Rappel: si la boîte coule, c'est eux qui perdent leur argent, pas les salariés."

Oui mais quand ils touchent des subventions de l'état ou des dividendes il les garde pour eux pas pour les salariés.

"A noter que dans beaucoup de pays, ce sont les salariés qui sont propriétaires des entreprises via leurs fonds de pension"

Et c'est quoi le rapport là svp ?

Bref vous pouvez m'oubliez svp ? Je sais bien que du coup il n'y a plus beaucoup de commentateurs à qui s'adresser n'étant pas des bots mais justement mon pauvre ami hein...
Réponse de le 22/05/2018 à 15:23 :
"Il y a aussi le choix des consommateurs qui veulent du prix "super bas"

Non ils ne le veulent pas, s'ils pouvaient acheter plus cher ils le feraient.

Votre obscurantisme n'a décidément aucune décence. Je vous signale
Réponse de le 24/05/2018 à 7:52 :
@citoyen @et des consommateurs
Fréquentant à la fois Lidl et Carrefour Contact, il n'est pas rare de retrouver les MEMES produits sous marques de distributeurs dans les deux enseignes. Qualité rigoureusement identique mais 20 à 30% plus chers chez Carrefour(et en plus on y fait davantage la queue à la caisse). Si Carrefour veut pratiquer des prix plus élevé, il faut que le consommateur s'y retrouve : qualité des produits plus élevés et meilleur service. Sinon c'est cuit.
Réponse de le 24/05/2018 à 10:01 :
"Si Carrefour veut pratiquer des prix plus élevé, il faut que le consommateur s'y retrouve : qualité des produits plus élevés et meilleur service"

CE serait en effet une excellente idée mais voilà l'actionnaire milliardaire étant repus à la marge bénéficiaire ne guidera pas son outil de production vers plus de qualité.

Mais c'est pas grave ils vont licencier, et ça, détruire les outils de productions, ils adorent ça...

AU secours.
a écrit le 22/05/2018 à 6:35 :
Après la disparition du petit commerce, la bataille des prix commence à faire des victimes au sein de la grande distribution il y a urgence à ralentir les mastodontes et les obliger à ne plus vendre à perte en toute impunité
Réponse de le 22/05/2018 à 9:38 :
..... donnez les adresses de ceux qui vendent a perte !!!
.... et de ceux qui JETTENT avec bénef !
a écrit le 21/05/2018 à 23:12 :
L'effet positif Macron certainement...😁😎
a écrit le 21/05/2018 à 22:49 :
Super 👍 La FRANCE 🇫🇷 en super forme courage aux licenciés et leurs familles 😥
a écrit le 21/05/2018 à 20:41 :
chômage + baisse des prestations sociales plaisir aux actionnaires américaniser tout le pays bravo le gouvernement
Réponse de le 22/05/2018 à 14:54 :
C'est la CSG CRDS à 8.3% et 17.2% sur les revenus du patrimoine, dont on nous cache l'usage détaillé qui paie TOUT CA, y compris la prime smartphone de la rentrée.
a écrit le 21/05/2018 à 20:05 :
"20 ou 30% de rentabilité". Qu'attendent les salariés pour racheter (lbo) sous franchise Carrefour? Arrêtons les terroristes yaka fokon!
Réponse de le 22/05/2018 à 15:33 :
Avec de tels chiffres la CGT Marxiste, discrédite tous les chiffres qu'elle invente chaque jour.
a écrit le 21/05/2018 à 16:20 :
l’économie Française respire le bien être ...


@ toutes les Maude & Anne -Sophie de la France ;

ça «  aussi » c’est la faute des banlieues et des immigrés ???

il vous faut des boucs - émissaires? pour expliquer vos problématiques économiques ?

au lieu de «  demander » un meilleur partage et une annulation de la loi du travail qui asservit les salariés et qui donnent des privilèges de 100% aux riches , vous préférez l’amalgame pour détruire des populations déjà complètement en «  état » de rejet depuis trop longtemps

ok , les gens des banlieues ne sont pas des «  anges » mais ils ne sont pas « tous « des terroristes ou de la mauvaise graine.

je dois vous dire quoi ? «  BRAVO » ?
Réponse de le 22/05/2018 à 1:23 :
J adore :)
Réponse de le 22/05/2018 à 14:48 :
56% des FR ne paient pas l'impot sur le revenu. 10% paient les 80% de l'I.R.
20% paient 80% de la T.VA. C'est dilapidé par les pouvoirs publics, et les riches ainsi " solidaires " en sont encore coupables.
a écrit le 21/05/2018 à 16:00 :
LA GRANDE DISTRIB ! pas pire exploiteurs, chefs de rayons 60h hebdo payés 35 : 25H hebdo gratuites, plus aucun jour férié, volontariat forcé sinon harcèlement moral pour démission, aucune remise sur les produits. Les agriculteurs et pme saignés à mort : exemple : " L... le vrai prix des bonnes choses, on est mal, mal patron, et toi tu es privé de vacances ". Promos et prospectus intégralement payés par les fournisseurs. Les dirigeants ont tous leurs Week end et fériés, quand la base sacrifie tout et tout.
Réponse de le 21/05/2018 à 20:11 :
Merci, votre discours est totalement crédible. Marx a déjà énoncé que la concurrence par les prix conduisait à la ruine du capitalisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :