Casino veut reprendre en main sa filiale e-commerce Cnova

 |  | 290 mots
Lecture 1 min.
Le groupe détient aujourd'hui 43% de Cnova, une structure qui regroupe ses activités de e-commerce au Brésil (Cnova Brésil) et en France (CDiscount).
Le groupe détient aujourd'hui 43% de Cnova, une structure qui regroupe ses activités de e-commerce au Brésil (Cnova Brésil) et en France (CDiscount). (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le groupe de distribution veut séparer ses activités d'e-commerce brésilien et français afin de devenir l'actionnaire unique de CDiscount. Il est prêt à investir jusqu'à 196 millions de dollars pour récupérer les 8% de CNova au Nasdaq. En Bourse, le titre a pris plus de 6%.

Casino a engagé la simplification de la structure de détention de ses actifs dans le e-commerce avec un projet d'offre publique d'achat sur le flottant de sa filiale Cnova et un rapprochement des activités de Cnova au Brésil avec celles de Via Varejo.

"Cette opération, qui vise à simplifier la structure du groupe, permettrait à Cnova de se recentrer via Cdiscount sur le e-commerce en France, marché où il bénéficie d'une position de leader et de relais de croissance identifiés", indique Casino dans un communiqué.

Le groupe détient aujourd'hui 43% de Cnova, une structure qui regroupe ses activités de e-commerce au Brésil (Cnova Brésil) et en France (CDiscount). Le solde du capital de Cnova est détenu à 27% par GPA , filiale de distribution alimentaire de Casino au Brésil, et à 22% par Via Varejo, sa filiale de distribution de produits électroniques et électroménagers. Son flottant, coté au Nasdaq, est de 8%.

Séparer l'e-commerce brésilien et français

Pour parvenir à son objectif, le distributeur français veut rapprocher les activités de Cnova au Brésil avec celles de Via Varejo, qui deviendrait l'actionnaire unique de Cnova Brésil. A l'issue de ces opérations, Cnova détiendra exclusivement CDiscount, un leader du e-commerce en France.

Dans le détail, Casino projette de faire une offre de rachat sur le flottant de Cnova au prix de 5,50 dollars par action, contre un cours de clôture de 3,40 dollars mercredi, pour un montant maximal de 196 millions de dollars.

Les investisseurs ont bien accueilli la nouvelle : le titre Casino prenait 6,51%, à 54,34 euros, à 11h47, tandis que son index de référence, le SBF 120, ne montait que de 0,51% à 3.453,61 points dans le même temps.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :