Intermarché coupe dans les effectifs de sa division logistique

 |   |  286  mots
Les syndicats estiment pour leur part que ce plan équivaut à 600 suppressions d'emplois car de nombreux salariés ne pourront accepter des mutations à une centaine de kilomètres de leur domicile.
Les syndicats estiment pour leur part que ce plan équivaut à 600 suppressions d'emplois car de nombreux salariés ne pourront accepter des mutations à une centaine de kilomètres de leur domicile. (Crédits : Reuters)
La direction de l'enseigne poursuit le plan de transformation engagé depuis 2012 en supprimant 447 postes d'ici à 2017 dans sa filiale logistique ITM LA. Six bases seront fermées et trois nouvelles créées, permettant ainsi de proposer des mutations.Pour les syndicats, de nombreux salariés ne pourront pas les accepter car trop loin de leur domicile.

La fermeture de six bases logistiques Intermarché était connue, mais le nombre de suppressions de postes était resté en suspens. La direction d'Intermarché (groupement des Mousquetaires) a annoncé mardi 12 mai 447 suppressions de postes d'ici à 2018 dans sa filiale logistique ITM LA. Le vaste plan de transformation, engagé depuis 2012, prévoit aussi des propositions de mutation concernant 401 salariés, ainsi que 241 créations de postes.

Ce plan, qui comporte la fermeture de six bases logistiques, a été présenté lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire et vise, selon la direction, à "assurer la pérennité d'ITM LAI dans un contexte économique ultra-concurrentiel".

Un chiffre prévisionnel qui pourrait être réduit

Dans un communiqué, la direction précise que des mesures d'accompagnement sont prévues afin de "réduire" le chiffre prévisionnel des suppressions de postes. Sont notamment prévus, d'ici à 2018, "trois ans d'accompagnement, auxquels s'ajoute un an de congés de reclassement", un budget "conséquent" pour les formations et l'appui d'un cabinet de reclassement "ayant des obligations de résultats".

La direction souligne aussi qu'elle mettra tout en oeuvre pour "trouver des solutions de revitalisation aux sites impactés par ces transferts".

Les syndicats dénoncent des mutations impossibles

Les syndicats estiment pour leur part que ce plan équivaut à 600 suppressions d'emplois car de nombreux salariés ne pourront accepter des mutations à une centaine de kilomètres de leur domicile.

Le détail des bases logistiques concernées avait été annoncé mi-avril. Il s'agit des bases de Rostrenen (Côtes-d'Armor), Saint-Gérand (Morbihan), Levet (Cher), Avermes (Allier), Magny-le-Désert (Orne) et Mellac (Finistère). Ces fermetures seront assorties de la création de trois nouvelles bases à Neulliac (Morbihan), Erbrée (Ille-et-Vilaine) et Bourges (Cher).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :