Guerre des prix : Intermarché assigné, les fournisseurs remontent au créneau

 |  | 792 mots
Le groupement Intermarché aurait reçu des assignations de la part de la DGCCRF pour d'éventuelles pratiques abusives.
Le groupement Intermarché aurait reçu des assignations de la part de la DGCCRF pour d'éventuelles pratiques abusives. (Crédits : DR)
Le groupement de distribution a reçu deux assignations de la DGCCRF pour d'éventuelles pratiques abusives. La veille, plusieurs organisations françaises représentant des fournisseurs de la grande distribution ont appelé le gouvernement à renforcer les éventuelles sanctions en cas d'abus dans le cadre de leurs relations commerciales. Le but : limiter l'impact de la guerre des prix.

Jusqu'à ce lundi, le nom de l'enseigne visée avait été soigneusement tenu secret. La DGCCRF a envoyé deux assignations au groupement des Mousquetaires (Intermarché), a révélé Le FigaroUne information confirmée à La Tribune par une porte-parole de l'enseigne.

L'enseigne serait convoquée en mai pour s'expliquer sur ses éventuelles pratiques abusives. Celles-ci portent, entre autres, sur des demandes de garanties de marge de 3,5%, selon le quotidien.

Lettre à Bercy

La veille, une trentaine d'organisations représentatives de l'industrie agroalimentaire ont signé une lettre à l'attention du gouvernement pour réclamer un durcissement des sanctions à l'égard des distributeurs qui imposeraient des conditions abusives. Sous l'égide de l'Ania (Association nationale de l'industrie agroalimentaire), ils écrivent, notamment, dans ce texte mis en ligne sur leur site le 27 avril et publié la veille dans le Journal du Dimanche :

"Les pouvoirs publics nous ont beaucoup écoutés. Nous leur demandons aujourd'hui de passer d'urgence à l'action. Nous leur demandons de faire appliquer strictement la loi, de sanctionner les abus de manière dissuasive, de renforcer l'arsenal législatif afin de mieux prendre en compte l'évolution du contexte commercial."

Cette prise de position intervient près d'un mois après celle de Richard Girardot, le patron de Nestlé France, qui se plaignait des pressions imposées par les grandes enseignes, surtout depuis qu'elles se sont regroupées pour leurs achats.

Si les représentants des grandes filières agroalimentaires, des légumes secs aux confiseries en passant par l'industrie laitière ou les spiritueux ont suivi sa voie, aucun dirigeant n'associe officiellement sa marque à cet appel. "Les risques de représailles encourus par les chefs d'entreprises est considérable. Les marchés dans lesquels ils opèrent sont très concurrentiels et les clients de la grande distribution très peu nombreux. En cas de conflit avec une enseigne, les industriels, quelle que soit leur taille, ne disposent finalement pas d'alternative pour compenser la perte de chiffre d'affaires. Il n'est d'ailleurs pas rare qu'un seul client puisse représenter un quart du chiffre d'affaires de son fournisseur", argue Jean-Philippe Girard, le président de l'Ania, dans un courriel. Ce dernier demandé à être reçu à Matignon pour faire valoir ses demandes.

500 millions d'euros

Quelques jours plus tôt, une autre organisation représentative des industriels, l'Ilec (l'Institut de liaisons et d'études des industries de consommation, représentant 70 marques) a adressé une demande similaire à Bercy. L'organisation "demande que le dispositif applicable en matière de sanctions pour pratiques illicites soit aussi simple et dissuasif que celui adopté par les députés", dans le cadre du projet de loi "pour la Croissance et l'emploi" (dite loi Macron). Dans ce courrier daté du 20 avril, l'Ilec chiffre à 500 millions d'euros la somme totale des "compensations de marges" que les distributeurs auraient exigé en 2013 et 2014.

Ces demandes surviennent au moment où les sénateurs débattent à propos du projet de loi Macron. Lequel prévoit, entres autres, un durcissement des sanctions en cas de clauses abusives dans un contrat entre un distributeur et un fournisseur. Ces clauses illégales recouvrent un grand nombre de pratiques, comme par exemple le fait d'exiger du fournisseur qu'il garantisse un niveau de marge minimal au distributeur. En cas de baisse des prix sur l'étiquette pour le consommateur, l'enseigne demande alors à l'industriel de compenser ces baisses.

>> Pour aller plus loin : Nouvelles règles du jeu mais guerre des prix féroce

Débat sur le futur montant de l'amende: 5% ou 1% du chiffre d'affaires?

Pour l'heure, l'amende infligée dans un pareil cas est de 2 millions d'euros au maximum. Montant auquel il faut ajouter le remboursement de sommes éventuellement indues. Le projet de loi Macron suggère de faire passer cette amende à 5% du chiffre d'affaires réalisé en France par l'entreprise qui aurait été jugée coupable d'imposer des clauses abusives.

La commission spéciale chargée de l'examen du projet de loi a proposé un amendement visant à supprimer l'article en question, "estimant qu'une telle sanction, plus qu'exemplaire et dissuasive, est avant tout disproportionnée."

Le nouveau texte propose d'imposer une sanction équivalente à 1% du chiffre d'affaires du contrevenant. Pour se faire une idée, pour les cinq principaux distributeurs français cela représenterait entre 180 et 397 millions d'euros (contre 900 millions à 2 milliards d'euros si elle atteint 5%).

Alerté sur des pratiques potentiellement illégales, Bercy a mené des investigations l'an dernier qui ont débouché sur deux assignations.

L'Autorité de la concurrence a, quant à elle, émis un avis le 1er avril au sujet des regroupements opérés du côté de la grande distribution. Elle y a listé une série de pratiques "sensibles", sans se prononcer sur le niveau précis des risques identifiés.

(article créé le 27 avril 2015 à 13h40, mis à jour à 15:29)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2015 à 16:53 :
Lors des premières assises de l'ANIA, il y avait 5 Ministres et les attentes étaient fortes. Les producteurs souhaitaient une sorte d'arbitrage du gouvernement sur la question des prix. Les gros se cachant derrière les petits car si ceux-ci représentaient une base favorable en terme de rentabilité. Il fut fait : ils n'obtinrent rien. Libre champ avait été donné à la distribution, les autres devant se contenter des effets "favorables" de la PAC. des années plus tard, rien n'a changé de ce point de vue. Il se trouve cependant que les distributeurs ont désormais intérêt au conflit qui justifie pour eux des fermetures de comptes. Cette fois il s'agit des grosses marques étrangères au profit (supposé) des groupes français. Histoire par exemple de faire vendre Perrier par Nestlé ou de voir disparaître Unilever. Un fameux jeu de dupes s'annonce qui voit chaque acteur porter 2 ou 3 masques.
a écrit le 28/04/2015 à 9:26 :
pour moi ce qui compte c'est que je paie le moins cher possible, le reste je m'en tape c'est la loi du marché.
a écrit le 27/04/2015 à 20:38 :
il serait intéressant de savoir quelle est la situation des grossistes genre Metro qui fournissent les commerçants, ont 'ils droits aux mêmes tarifs?
a écrit le 27/04/2015 à 15:48 :
Qu'est-ce qu'il peut y avoir d'illégal dans une négociation commerciale librement acceptée par le vendeur et l'acheteur ?
Notre gouvernement social libéral serait donc outré et se transformerai en faiseur de prix en entravant le libre commerce dans ce pays. Les pleureurs ont sans doute signé des contrats, or un contrat on ne revient pas dessus. Je ne comprend pas cette mise sous tutelle de toute forme de commerce ... c'est stalinien digne des pays de l'est il y a 20 ans .
Réponse de le 27/04/2015 à 16:22 :
On pourrait aussi assigner François Hollande pour non respect du contrat de mai 2012, ou Bercy pour des augmentations d'impôts après les promesses du Président.
Réponse de le 27/04/2015 à 19:14 :
librement acceptée, allez dans une centrale d'achat et après on vera si le terme "acceptée" est le bon .
Réponse de le 27/04/2015 à 19:16 :
Avec un oligopole, les fournisseurs ont autant de marge de négociation que vous avec EDF.
Réponse de le 28/04/2015 à 0:07 :
Pour nos pauvres industriels, Coca Cola 37 000 000 000 € de C.A., ayez pitiė.
Réponse de le 28/04/2015 à 9:24 :
Il ne s'agit pas de ces groupes là. Il s'agit de nos P.M.E de l'Industrie Française que la Grande Distrib TUE
Réponse de le 28/04/2015 à 17:24 :
Nestle. Ilec, Ania = PME ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :