Commerce équitable : les Français enthousiastes...mais un peu grippe-sou

 |   |  392  mots
L'alimentaire se taille encore la part du lion représentant 91,78% des ventes dans le commerce équitable.
L'alimentaire se taille encore la part du lion représentant 91,78% des ventes dans le commerce équitable. (Crédits : AFP)
En 2015, chaque Français a dépensé en moyenne 9,96 euros dans le commerce équitable. Si cela représente une hausse de plus de 17% sur un an, la France est classée 10e consommateur européen sur 15 pour ce type de commerce.

Les Français restent difficiles à convertir au commerce équitable. Selon une étude présentée jeudi pour le lancement de la Quinzaine du commerce équitable, les dépenses par habitant n'ont pas dépassé les 10 euros en 2015, malgré la popularité médiatique de ce mode de consommation.

"En France, le panier moyen par habitant est de 9,96 euros en 2015", a annoncé Julie Stoll, déléguée générale de la Plate-forme pour le commerce équitable (PFCE), qui publie l'étude, "mais le marché est en croissance, en hausse constante sur les trois dernières années, et loin d'avoir atteint sa maturité".

Des valeurs séduisantes

La concrétisation de l'acte d'achat se fait donc attendre même si les ventes ont connu une hausse de "17,5% l'année dernière atteignant 663,8 millions d'euros", précise Julie Stoll, soit une croissance de +72% sur la période 2012-2015.

Paradoxalement, selon un sondage OpinionWay/Max Havelaar France, "94% des Français souhaitent un juste prix pour les producteurs et voir les règles du commerce équitable s'appliquer à l'ensemble du commerce international", comme le note Dominique Royet, directrice générale de Max Havelaar France.

L'alimentaire représente 9 ventes sur 10

L'alimentaire se taille encore la part du lion représentant 91,78% des ventes, "le café étant le produit le plus consommé en commerce équitable, en France, avec 5% des achats", selon Mme Stoll. Du côté des produits non alimentaires, textile et cosmétiques dominent le marché de l'équitable avec respectivement 20,6% et 17,7% des ventes.

Près de la moitié des achats se font dans la grande distribution (43,4%), et près du quart (22,63%) dans des boutiques bio.

"C'est par des actions, des moments festifs qu'on arrive à associer une population plus largement", a déclaré Martine Pinville, la secrétaire d'Etat à la Consommation présente à la conférence de presse. "Parce que quand on reste entre soi, ou entre personnes convaincues, on ne va peut être pas suffisamment loin".

La France, 10e consommateur européen

"La France se situe ainsi à la 10e position dans le classement des quinze principaux pays consommateurs de produits issus du commerce équitable en Europe", a-t-elle ajouté. La Suisse est la première du classement avec un panier moyen de 58,02 euros, l'Espagne arrive avant dernière avec un panier avec 0,71 euro d'achats équitables et la République Tchèque 0,70 euro ferme le ban.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2016 à 20:03 :
Il n'y a qu'a voir les prix ! on paye qui ou quoi ? le concept ou les producteurs ? et les vérifications sanitaires faites à l'autre bout du monde .... bah bien sur, on va y croire que c'est bio. Pourquoi ? je connais des acheteurs qui me disent régulièrement que la qualité est moyenne, qu'il y a des traces importantes de pesticides et de métaux lourds... alors le label éco responsable ou éco équitable... uniquement pour ceux qui veulent y croire, sauf si le produit est "produit" en France (pas grand chose). Et puis pour les sceptiques, voir les enquêtes 60 millions de consommateurs ou Que choisir : au moins les protocoles de test sont sérieux et mettent en exergue ce qui a été dit avant.
a écrit le 12/05/2016 à 19:05 :
Le commerce n'est jamais équitable. On fait du commerce pour gagner de l'argent :-)
a écrit le 12/05/2016 à 17:17 :
les francais sont tres genereux tant que ca ne leur coute rien et que c'est rembourse par la secu ( ou paye par les allemands via eurobonds!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :