Une nouvelle organisation chez Pierre et Vacances pour redresser les profits

 |   |  504  mots
Copyright Reuters
Le groupe Pierre et Vacances annonce ce jeudi matin un bénéfice net de 7,3 millions d'euros pour 2009, contre 42,3 millions un an plus tôt. Pour restaurer ses marges, le groupe remet à plat son organisation.

Pierre et vacances, qui partage son activité entre la promotion immobilière et les locations touristiques, principalement sous les marques Pierre et Vacances et Center Parcs, a enregistré un chiffre d'affaires de 1,42 milliard d'euros au terme de son exercice 2009/10, clos depuis le 30 septembre. Sur cette somme, le groupe n'est parvenu à dégager qu'un bénéfice opérationnel de 27 millions d'euros et un profit net de 7,3 millions, à comparer aux 42,3 millions de résultat de l'an passé. Il y a encore quelques années, ce bénéfice dépassait les 70 millions d'euros par an.

Deux métiers de Pierre et vacances sur trois ont participé aux bénéfices. Les réservations de séjours dans les Center Parcs ont permis de dégager un résultat opérationnel de 26,6 millions d'euros, et l'activité de promotion immobilière a affiché un bénéfice de 23,8 millions d'euros. Mais l'activité location touristique des marques Pierre et Vacances, Maeva, etc. a dégagé une perte de 23,4 millions d'euros. Cette activité a été victime de la flambée des loyers versés par le groupe aux propriétaires des appartements en gestion alors que la demande touristique ne permet pas de répercuter cette hausse sur les tarifs de ventes. Désormais, pour limiter ses risques, Pierre et Vacances limite à 2 % la hausse annuelle du loyer dans ses nouveaux contrats de ventes et à l'occasion de l'arrivée à échéance des baux.

Les comptes intègrent aussi une provision de 21 millions d'euros qui constitue l'essentiel des frais de restructuration annoncée. Pour enrayer la chute des bénéfices et relancer le groupe, Gérard Brémond, le PDG et fondateur de Pierre et Vacances, et son numéro deux, Sven Boinet, annoncent ce jeudi le lancement d'un plan de transformation qui a un double objectif : réduire d'ici trois ans les coûts de 65 millions d'euros et générer 100 millions d'euros de chiffre d'affaires additionnel.

Pour atteindre cet objectif, l'organisation du groupe va être modifiée en profondeur. Jusqu'à présent, deux structures cohabitaient : l'une en France pour la promotion immobilière, et la gestion des marques Pierre et Vacances, Maeva, Adagio, Senoriales. Et une autre à Rotterdam pour Center Parcs qui a rejoint le groupe en 2001 et qui est détenue à 100 % en 2003.

Les précédents plans d'économies décidés chez Pierre et Vacances s'étaient heurtés à cette dualité. Ce ne sera plus le cas. Le siège de Rotterdam est en cours de fermeture et une large partie des équipes seront rapatriées en France. Les différentes fonctions opérationnelles seront élargies à l'ensemble des marques, les systèmes informatiques de gestion seront harmonisés et la commercialisation des marques sera effectuée par les mêmes équipes et sur des sites internet présentant l'ensemble de l'offre loisirs du groupe.

Cette concentration des forces du groupe de tourisme intervient alors qu'un développement important est prévu. Le plan de développement à cinq ans prévoit une croissance de 30% du parc touristique.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :