Le club de foot d'Arsenal racheté pour un montant de 1,2 milliard de dollars

 |   |  418  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
L'Américain Stan Kroenke investit dans l'un des rares clubs britanniques bénéficiaires.

Le dernier domino des grands clubs de football britanniques est tombé. Après Manchester United, Manchester City, Liverpool et Chelsea, le club d'Arsenal est passé ce lundi aux mains d'un propriétaire étranger, en l'occurrence l'homme d'affaires américain Stan Kroenke. Cela porte à dix le nombre de clubs de la Premier league appartenant à des non-Britanniques.

Ce rachat tranche pourtant avec précédents. Il n'est dû ni à la lubie d'un riche milliardaire (comme le Russe Roman Abramovich à Chelsea), ni à un montage financier qui écrase de dette le club (comme Malcolm Glazer à Manchester United). Stan Kroenke investit dans un des rares clubs de football britanniques qui gagne de l'argent. Cela faisait quatre ans que Stan Kroenke tournait autour d'Arsenal, actuellement deuxième au championnat. Après avoir monté sa participation à 29 % il y a dix-huit mois, l'Américain - qui possède aussi aux États-Unis un club de football américain, un de base-ball et un de hockey - a lancé une offre sur l'ensemble du club ce lundi, le valorisant à 731 millions de livres, soit 1,2 milliard de dollars (827 millions d'euros). L'Américain a déjà l'accord de deux des principaux actionnaires pour monter à 62 %. La seule question en suspens est la réaction du milliardaire russe Alisher Usmanov, qui possède 27 % du club.

« Autosuffisant »

Le premier geste de Stan Kroenke aura été de confirmer Arsène Wenger à la tête du club londonien. L'entraîneur français n'a pourtant rien gagné depuis 2005. Mais il incarne la politique financièrement prudente d'Arsenal, destinée à rendre le club « autosuffisant » et donc durable. Pas question pour lui de dépenser des sommes folles dans l'achat de joueurs. Arsène Wenger préfère faire venir des jeunes prometteurs, notamment ceux issus de son propre centre de formation. Le club, qui a réalisé un bénéfice avant impôts de 63 millions d'euros l'an dernier, est assis sur 125 millions d'euros de cash (et une dette de 166 millions d'euros).

Mais cette politique prudente a son revers. Face aux stars de Chelsea et de Manchester United, Arsenal peine à s'imposer sur le terrain. Si l'équipe termine toujours en haut de classement, elle n'a plus gagné de trophée depuis la FA cup il y a six ans. Conséquence, le club peine à conserver ses stars. Pour faire face, Arsenal a construit un nouveau stade de plus de 60.000 places, et il a fortement augmenté le prix des billets. Les supporters applaudissent - prudemment - à l'OPA de Stan Kroenke, preuve que le club a besoin d'un second souffle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :