Le gouvernement grec s'inquiète pour le tourisme du pays

 |   |  427  mots
Copyright Reuters
Le gouvernement grec s'inquiète des répercussions des dernières manifestations contre le budget d'austérité sur le tourisme du pays. Les agences de voyages s'organisent pour faire passer les touristes directement sur les îles sans passer par Athènes où se sont déroulés les derniers mouvements de protestation.

Après les affrontements violents qui ont ponctué ces dernières semaines, le gouvernement grec espère que les images diffusées dans le monde entier ne vont pas affecter l'une des principales sources de revenus du pays, le tourisme.

"Nous n'enregistrons aucune annulation" de réservation hôtelière, a indiqué dimanche à l'AFP le président de l'association du tourisme et des agences de voyage hellènes (Hatta), Georges Telonis.

Mais il s'inquiète néanmoins des effets à long terme des émeutes et n'exclut pas que des annulations puissent intervenir, notamment dans les hôtels situés autour de la place Syntagma à Athènes.

Les agences de voyage préfèrent les vols directs vers les îles

"Certains touristes étrangers ont peur de ce qu'ils ont vu à la télévision, mais cela ne touche que le tourisme à Athènes, pas sur les îles", souligne une salariée dans une agence de voyage qui requiert l'anonymat. "C'est pour cela qu'il y a de plus en plus de vols directs vers les îles, contournant Athènes", ajoute-t-elle, d'autant plus que les taxes d'atterrissage de l'aéroport international d'Athènes sont beaucoup plus élevées que celles des aéroports régionaux.

Le gouvernement grec fait tout ce qu'il peut pour promouvoir la Grèce comme une destination sûre. "L'image de la Grèce dans son ensemble n'est pas celle" que les médias ont donnée la semaine prochaine lors des violences à Syntagma, a indiqué lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Grigoris Delavékouras.

"Notre objectif est de promouvoir l'autre Grèce, qui promet une expérience touristique inoubliable car la Grèce est une destination touristique extraordinaire", a ajouté le ministère. "Le produit touristique Grèce est d'excellente qualité, nous ne devons pas le ternir, et nous devons tourner la page", a dit le ministre de la Culture et du tourisme, Pavlos Geroulanos, sur la chaîne de télévision Skai en précisant qu'un "effort collectif" était réalisé pour attirer une nouvelle clientèle d'Israël, Russie, et Turquie en Grèce.

Selon des chiffres publiés lundi par le quotidien grec Kathimerini, le nombre de touristes serbes et russes a crû ce printemps, grâce à la baisse des tarifs sur les "packages". Les agents de voyage locaux ont indiqué lundi que l'île de Rhodes située en mer Egée, dans le Dodécanèse, fait le plein, avec un bond de 28% du nombre d'arrivées en juin par rapport au même mois de 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :