Les hôtels de "luxe" à plus de 200 euros la nuit seront taxés

 |   |  391  mots
Le Crillon, place de la Concorde, à Paris. Copyright Reuters
Le Crillon, place de la Concorde, à Paris. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Assemblée nationale a voté ce mercredi la taxe de 2% sur les nuits passées en hôtel "de luxe". Cette mesure remplace le relèvement de la TVA sur les parcs à thèmes. En réalité, les hôtels quatre et cinq étoiles ne sont pas les seuls concernés.

Relever la TVA sur les parcs à thèmes aurait rapporté 90 millions d'euros à l'Etat sur une année pleine. Mais l'idée, finalement abandonnée, a été remplacée par une autre taxe visant cette fois les hôtels de luxe. Cette taxe, fixée à 2%, a été adoptée ce mercredi par l'Assemblée nationale dans le cadre du collectif budgétaire. Il a été décidé qu'elle toucherait les hôtels dont les nuitées sont de 200 euros minimum et non plus, comme cela avait été préalablement évoqué, les hôtels de quatre et cinq étoiles.

Cette mesure n'a pas fait l'unanimité dans les rangs de l'UMP. Pour le maire de Nice, Christian Estrosi, cette taxe porte un coup à la compétitivité du secteur touristique français, voire à l'emploi. "Ce n'est pas un bon signal envoyé aux activités touristiques de notre pays", estime de son côté le numéro deux de l'UMP, côté Hervé Novelli, ex-secrétaire d'Etat au Tourisme. Sans compter, a-t-il ajouté, que cela n'incitera pas les établissements hôteliers à venir décrocher la cinquième étoile créée il y a un an et demi en France.

Egalement dans le rang des opposants, le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, Frédéric Lefebvre, met en garde. Selon lui, le signal n'est pas bon pour la compétitivité du secteur. "Je suis défavorable à toute mesure qui surtaxerait l'hôtellerie de luxe car c'est justement la qualité et la montée en gamme qui ont sorti le secteur de la crise", a-t-il affirmé.

D'autres doutent de sa mise en oeuvre. Hervé Novelli par exemple, craint que des établissements ne trouvent des moyens de contourner le niveau de la taxe. Pour lui, "il y a des inconvénients à fixer un niveau (à 200 euros ndlr), parce que ce niveau, on le contourne".

Quant aux professionnels, ils préviennent que les hôteliers ne sont plus incités à investir pour monter en gamme. Les deux organisations patronales de l'hôtellerie ont dénoncé mercredi soir auprès de l'AFP le vote à l'Assemblée instaurant une taxe de 2% pour les hôtels dont les nuitées coûtent 200 euros et plus, parlant d'une "décision prise dans la précipitation".

Et vous ? A partir de quel tarif pour une nuitée estimez-vous qu'il s'agit d'un hôtel de luxe ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2011 à 20:04 :
400 euros
a écrit le 10/09/2011 à 6:24 :
Le problème, c'est qu'une chambre d'hôtel à 200 euros à Paris n'est pas forcement une chambre "de luxe".
Par exemple, une chambre pour 3 ou 4 adultes, deux fois plus grande que les autres, se vend logiquement plus cher.. souvent au delà de 200 euros. Mais cela n'en fait en rien une chambre de luxe, c'est juste qu'à Paris, les loyers sont excessifs, pour les particuliers, et pour les hôteliers.

Enfin, bon courage pour aller contrôler le bon prélèvement de la taxe :
il sera très très aisé aux hôteliers de la contourner, en inventant toutes sortes de prestations connexes (par exemple, refacturer le wifi, le café, etc etc) afin de réduire le poste hébergement, sans toutefois réduire la note finale.

Bref, une mesure pas fondamentalement idiote, mais lancée à la va-vite, baclée.

Et oui, je suis hôtelier à Paris.
a écrit le 08/09/2011 à 11:44 :
S'il y a des hotels qui ne voudront pas monter en game à cause de cette taxe ca profitera aux autres qui monteront et qui du coup seront plus rares.
Pour 5 euros de taxe par nuit pour des chambres à 200 euros, je vois vraiment pas trop le probleme.
Ces hotels qui ont au grand maximum une vingtaine de chambres à ce prix ca leur ferait 100 euros par nuit.
Bon c'est sur que s'ils ne les remplissent pas ca peut chiffrer vite par semaine et par mois mais quand on est un hotel de luxe, 5euros ils se recuperent sur les frais divers, les boissons, les activités et services divers.
Si un hotel de luxe ne peut pas payer cette taxe c'est qu'il n'a rien à faire dans la catégorie des hotels de luxe.
Faut arreter de mettre les taxes sur les plus pauvres et les riches se retrouvent toujours à defiscaliser ou à investir mais jamais à payer les taxes contraignantes qui ne sont pas deductibles
Réponse de le 10/09/2011 à 6:25 :
Si les hotels ne louent pas leur chambre, ils ne seront pas taxés...
a écrit le 08/09/2011 à 10:57 :
Pour ma part, je n'ai pas 200 ? (pour une nuit, sans compter le montant pour les nuits supplémentaires) à mettre dans une chambre d'hôtel, pour principalement y dormir. J'imagine que le propriétaire et la ligne managériale directe y voient une attaque sur leurs revenus qui leur permettrait plus difficilement de se payer des chambres à 500 ? et plus. Il n'y pas un problème de fond sur les profits réalisés, même pour du "luxe"
a écrit le 08/09/2011 à 9:59 :
Depuis quand un hôtel à 200 euros est un hôtel de luxe ?
De plus il suffira à ces établissements de mettre 199 Euros pour échapper à la taxe.
On savait déjà que nos gouvernants étaient nuls, mais à ce point on croit cauchemarder.!!!
Réponse de le 08/09/2011 à 10:34 :
Plutôt que de vitupérer ainsi, vous feriez mieux de réfléchir avant d'écrire.Croyez vous qu'un hôtelier qui a des chambres à 250 euros par exemple les baissera à 199 euros pour ne pas payer 5 euros de taxe? Ridicule!!
a écrit le 08/09/2011 à 8:27 :
Tout est pris dans la précipitation depuis 2007 au gré des caprices du monarque et de sa cour. Avant on laissait tout en l'état (PS et Chirac).
a écrit le 08/09/2011 à 2:49 :
Terrible decision !
Ont va penser : les 5 étoiles ? les 4 étoles ? les 3 étoiles ? tout le monde ?
L effet papillon ?
a écrit le 07/09/2011 à 21:52 :
Très bien.
a écrit le 07/09/2011 à 21:25 :
Pourquoi pas, il y a des hôtels moins chères aussi bien.
Dans les années 70 la TVA sur le luxe était de 33%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :