L'industrie nautique française met le cap sur de nouveaux marchés

 |   |  608  mots
Monocoque Hugo Boss, skippé par Alex Thomson et Guillermo Altadill, numéro deux de la transat Jacques Vabre en 2011. Copyright Reuters
Monocoque "Hugo Boss", skippé par Alex Thomson et Guillermo Altadill, numéro deux de la transat Jacques Vabre en 2011. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Entre septembre 2010 et août 2011, la production nautique française a progressé de 11%. La part des exportations a également augmenté et le secteur cherche de nouveaux marchés porteurs. Mais le marché manque encore de visibilité.

Difficile pour l'industrie nautique de trouver un rythme de croisière tant que les incertitudes économiques persistent. Néanmoins, le marché français parvient à tenir la barre. Les chiffres fournis ce jeudi par la Fédération des industries nautiques font en effet état d'une production en hausse de 11% entre septembre 2010 et août 2011. Ainsi, plus de 54.000 bateaux sont sortis des chantiers françaispour un chiffre d'affaires total de 901,4 millions d'euros (hors taxe).

En France,  il se vend quatre fois plus de bateaux à moteur que de voiliers, permettant ainsi aux ventes de rester stables sur la saison 2010-2011.

Les exportations progressent également sensiblement et représentent désormais 67% de la production contre 63% un an plus tôt, la France exportant plus des 2 tiers des voiliers qu'elle construit. Mais la France doit regarder dans d'autrse directionspour trouver des marchés porteurs car si l'Europe du Nord reste un marché très important et si l'Allemagne repart de l'avant, l'Italie, l'Espagne et les Etats Unis restent à des niveaux d'activités plus contrastés. Raison pour laquelle la Fédération des industries nautiques, avec l'aide d'UbiFrance, a mis en oeuvre un plan d'accompagnement pour aider les chantiers français à exporter vers de nouveaux marchés notamment l'Inde, les Emirats Arabes Unis, le Brésil et la Turquie.

"J'ai un sentiment d'un marché intérieur qui reste compliqué, mais par contre un marché de grande exportation qui semble se confirmer (...) on n'est pas dans une très grande visibilité ", a estimé Jean-François Fountaine, président de la FIN et PDG du fabricant de catamarans de croisière Fountaine Pajot.

Vent d'optimisme

Pour la France, les patrons de la Fédération constatent depuis deux dans une augmentation des ventes de bateaux d'occasion (+5% en 2010/2011), signe selon eux d'une reprise prochaine des ventes de bateaux neufs. En attendant, le marché du neuf, malgré une hausse du chiffre d'affaires, accuse un repli de 4% du nombre d'immatriculations en 2010/2011 tandis que le marché de l'occasion (mutations de propriétés) sont en hausse de 5%.

L'augmentation du nombre de permis de plaisance délivrés constitue un autre signe de dynamisme pour l'industrie. De quoi accroître le réservoir de clientèle et dynamiser le marché. D'après le secteur, il y aurait  4 millions de plaisanciers réguliers, et 9 millions de pratiquants occasionnels. Même s'ils partent moins loin et sur des bateaux moins grands, ces derniers continuent de prendre le large. La location de bateaux est d'ailleurs repartie à la la hausse depuis la rentrée après un début d'année stable.

Les écoles de voile, clubs et Stations Nautiques font également plus d'adeptes avec plus de 430.000 stagiaires cette année et les amateurs de kayak, de surf, de kite surf et de Stand Up Paddle plus nombreux.

Plus largement, les activités de services nautiques (location, entretien, réparation, assurances, matériels,...) ont moins souffert que l'industrie et génèrent 3/4 du chiffre d'affaires de la filière toute entière.

"On est dans une situation un peu singulière parce que nos clients sont là, la pratique se développe, mais en même temps on est dans une période où se sont accumulés extérieurement à l'industrie nautique des facteurs d'inquiétudes", a déclaré Yves Lyon-Caen, vice-président de la FIN et président du conseil de surveillance de Beneteau.

Nautic 2011

Preuve que la mer séduit toujours, le salon nautique international de Paris ouvre ses portes pour la 51ème année du 3 au 11 décembre Porte de Versailles. L'occasion pour les professionnels de faire découvrir au grand public les tendances et évènements prévus pour 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2011 à 17:53 :
C'est sûr que pour nous mener en bateau, nos politiques font de plus en plus fort chaque jour :-) Je suis même certain que leur progression dans ce domaine avoisine les 100 % :-)
a écrit le 02/12/2011 à 18:05 :
Content de voir que ce secteur est prospère. Il faut tenir ce cap !
Réponse de le 03/12/2011 à 10:04 :
"prosp?" ! Je crois que vous avez mal compris entre les lignes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :