"Accor doit retrouver l'audace, le dynamisme et l'envie" (Sébastien Bazin, nouveau PDG)

 |   |  405  mots
(Crédits : Reuters)
Sébastien Bazin, patron de la branche européenne du fonds Colony Capital et membre du triumvirat à la tête d'Accor depuis avril, a été nommé mardi nouveau PDG du numéro un européen de l'hôtellerie,

Accor a trouvé un chef d'orchestre. Après plusieurs mois de transition à  la suite de l'éviction de Denis Hennequin, Sébastien Bazin, 51 ans, vice-président et patron de Colony Capital Europe, a été nommé ce mardi nouveau PDG du numéro un européen de l'hôtellerie. La décision a été validée à l'unanimité lors du conseil d'administration d'Accor, qui s'est réunit ce mardi matin. Yann Caillère, l'un des trois autres dirigeants, quittera le groupe, tandis que Philippe Citerne devient vice-président. Sébastien Bazin était membre du triumvirat à la tête d'Accor depuis avril depuis le départ de Denis Hennequin. Le conseil d'administration, dominé par les fonds Eurazeo et Colony, avait demandé en avril que "les énergies et les ressources soient en priorité allouées à la transformation du modèle d'Accor". En d'autres termes, à l'accélération de la vente des murs des hôtels du groupe.

"Retrouver l'audace"

"Je m'investis dans ce nouveau rôle avec une grande ambition pour ce groupe auquel je suis profondément attaché et une pleine conscience des enjeux auxquels il est aujourd'hui confronté", a déclaré Sébastien Bazin,  dans un communiqué de la direction.Il a ajouté souhaiter que le groupe "retrouve l'audace, le dynamisme et l'envie qui l'ont toujours porté. Et qu'ensemble, salaries, franchisés et partenaires, administrateurs et actionnaires, nous travaillions en confiance vers un même objectif : porter au plus haut ce Groupe avec engagement et exigence".

De la Sorbonne au PSG

Sébastien Bazin ajoute ainsi une ligne de plus à un C.V. déjà bien fourni. Ce diplômé en gestion à la Sorbonne notamment présidé le PSG, et occupé des postes d'administrateur par exemple sein du groupe Carrefour. 

Mouvements à la tête d'Accor

Quant au groupe Accor, les mouvements à sa tête se multiplient depuis plusieurs années. L'arrivée de Sébastien Bazin, spécialiste de l'immobilier, constitue le troisième changement de management en huit ans pour le groupe.Six administrateur ont notamment démissionné en 2009, laissant Colony et Eurazeo mettre en œuvre la séparation des activités hôtelières et de l'activité services. Fin 2010, c'est le PDG Gilles Pélisson qui quittait son poste puis, en janvier, Franck Riboud, le PDG de Danone, avait préféré quitter le conseil d'administration. Enfin, Denis Hennequin, l'ancien PDG du groupe Accor a, quant à lui, démissionné en avril 2013. 

(créé le 27/08/2013 à 09:01 mis à jour à 12:10)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2013 à 21:20 :
"Audace Dynamisme et Envie" , leur célèbre client DSK les a t'il inspiré ?
a écrit le 27/08/2013 à 17:02 :
et voilà ce que c'est que le capitalisme à la française, cad le capitalisme des copains énarques. Ce monsieur s'est juste donné la peine de naitre dans les beaux quartiers, ce qui a prédestiné sa vie à évoluer à la tête des grands groupes ou des administrations, alors qu'il n'a jamais rien montré ni prouvé. Mais il a un carnet d'adresses, et en France, c'est tout ce qui compte maintenant, tellement l'économie est mise en coupe réglée par un microcosme parisien en symbiose avec l'état ...
a écrit le 27/08/2013 à 16:28 :
Ce sympathique personnage a viré un paquet de patrons auxquels il n'a pas laissé le temps de mettre en place une stratégie gagnante. Entendre cet adepte du court terme parler d'audace d'envie de dynamisme est croquignolet. Ce n'est pas avec ces poncifs qu'il aura l'adhésion du personnel, sans laquelle toutes ces belles paroles ne valent pas grand-chose.
a écrit le 27/08/2013 à 16:01 :
dans 6 mois il est lourdé accor et le jeux est fini pour lui
a écrit le 27/08/2013 à 15:55 :
La France tes grandes entreprises foutent le camp. D' un côté les fonds qataris, de l' autre les fonds de pension américains. Comme Normal veut s' attaquer aux riches, il n' y aura plus de riches en France par contre toutes les entreprises appartiendront à des fonds étrangers. Adieu la bonne bouffe, hamburger hyper gras pour tout le monde
a écrit le 27/08/2013 à 13:55 :
Triste nouvelle pour Accor et pour l'hôtellerie en général. Ce type ne voit que l'intérêt à court terme pour l'actionnaire et se fout éperdument de l'entreprise. C'est un assassin de grands groupes français (cf. Carrefour) doublé d'un incompétent (cf. le cours en bourse depuis que Colony est au capital).
a écrit le 27/08/2013 à 10:12 :
sur carrefour et accor il s est planté et on le carde encore

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :