Accor : la cession du pôle hôtellerie économique aux Etats-Unis emballe la Bourse

 |   |  550  mots
Denis Hennequin, PDG d'Accor / Reuters
Denis Hennequin, PDG d'Accor / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Réservé à la hausse, Accor a démarré la journée sur un rebond de 5,8%. Le marché accueille avec enthousiasme l'accord de cession du pôle « Hôtellerie Economique » en Amérique du Nord avec un fonds de Blackstone pour 1,9 milliard de dollars.

Le numéro quatre mondial de l'hôtellerie et numéro un Européen, a annoncé la vente de ses chaînes d'hôtellerie économique aux Etats-Unis, Motel 6 et Studio 6, pour 1,9 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros environ) à un fonds d'investissement filiale de Blackstone Group. Cette cession porte au total sur 1.102 hôtels regroupant un peu plus de 107.000 chambres. L'hôtelier avait expliqué le mois dernier prévoir de céder cette année une centaine d'hôtels Motel 6, dont il jugeait la rentabilité trop faible. Accor ajoute que l'opération, dont la réalisation est prévue pour octobre prochain, lui permettra de réduire son endettement net d'environ 330 millions d'euros et ses engagements de loyers de près de 525 millions. Si le groupe se défait de son pôle économique, il sera toujours présent outre-Atlantique via ses hôtels haut de gamme Sofitel et Novotel.

Ainsi, la société pilotée par Denis Hennequin souhaite-t-elle se concentrer sur d'autres chantiers dont la conquête de l'Asie Pacifique, l'Amérique Latine », des zones qui recèlent de « formidables potentiels de croissance ».

40 000 chambres doivrent ouvrir en 2012

Les derniers chiffres d'activité publiés par le groupe sont plutôt de bonne qualité. Accor avait fait état en avril dernier d'une progression de 4,5% de son chiffre d'affaires à données comparables au premier trimestre à 1,37 milliard d'euros à la faveur d'une croissance de ses prix dans tous ses segments de clientèle et d'une dynamique soutenue en Asie-Pacifique et en Amérique latine. Accor bénéficie également de la poursuite de l'amélioration des RevPAR (revenus par chambre), avec des prix moyens en progression sur tous les segments de clientèle, y compris l'économique. Ce qui devrait contribuer à la poursuite de l'amélioration des marges. Le groupe avait également indiqué avoir ouvert 7 220 chambres au premier trimestre dans le cadre de sa stratégie d'expansion qui doit lui permettre d'ouvrir un total de 40 000 chambres sur l'ensemble de l'année 2012.

Une dette réduite à 226 millions d'euros

Les indicateurs économiques et commerciaux pour l'année en cours devraient évoluer dans le bon sens. Mais au prix de nombreux efforts pour un groupe qui était il y a quelques années en grande difficulté. Au terme de l'exercice 2009, Accor a fait état d'une perte nette part du groupe de 282 millions d'euros, contre un bénéfice de 575 millions d'euros un an plus tôt, avec une dette nette de 1,62 milliard d'euros. Alors, pour réduire cet endettement massif, Accor a entrepris, depuis, une politique de recentrage de ses activités. La vente du « pôle économique » outre-Atlantique illustre bien cette stratégie à l'image de la sortie du traiteur Lenôtre et des hôtels Lucien Barrière. Ces cessions d'actifs ont fait fondre la dette du groupe à 226 millions d'euros fin 2011.

Accor devra toutefois, encore et toujours composer avec une faible visibilité en Europe. Un flou artistique qui avait entrainé une chute du cours de l'action en hiver 2011 et qui s'était accélérée l'été dernier sur fond de climat boursier méfiant et maussade... Puis le dossier avait passé un hiver difficile jusqu'à toucher 17 euros et ainsi revenir sur ses plus bas de 1995. Depuis cet épisode, le titre s'est bien repris et affiche une très belle hausse.

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :