La singulière envolée des tarifs des taxis

 |   |  420  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le 1er janvier, les taxis vont pouvoir augmenter le prix de leurs courses de 2,1%. Avec cette nouvelle hausse, leurs tarifs auront augmenté de près de 10% depuis mars 2008 alors que les prix du gazole n'ont pas retrouvé depuis lors les niveaux record qu'ils affichaient avant la crise.

Les taxis n'ont pas été épargnés par la crise. La plupart des entreprises ont demandé à leurs cadres d'éviter les abus et les particuliers y regardent à deux fois avant de les héler. Mais les hausses de tarifs que l'Etat leur a consenti depuis 2008 ne devraient pas les aider à remonter la pente. Depuis deux ans, le coût moyen d'une course a en effet progressé nettement plus vite que l'inflation.

Le 1er mars 2008, ils avaient eu droit à une réévaluation de 3,2%. Dix mois plus tard, l'Etat les autorisait à augmenter leurs tarifs de 3,1%. En janvier 2010, la hausse s'était limitée à 1,2% mais ce samedi, ils bénéficieront d'une réévaluation de 2,1% (pour plus de détail sur les nouveaux prix, cliquez sur ce lien). En moins de trois ans, le coup de pouce atteint quasiment durant cette période, ces gros consommateurs de gazole ont bénéficié de la baisse sensible du prix des carburant.

Une facture "carburant" globalement à la baisse

En mars 2008, un litre de gazole coûtait en moyenne 1,27 euro (TTC), selon les données de l'UFIP. Et, alors que les prix remontent à grande vitesse ces dernières semaines, ce niveau de prix n'a jamais plus été atteint ni en 2009, ni en 2010. Selon l'UFIP, le prix moyen en décembre tourne autour de 1,20 euro (TTC) le litre. Mais, surtout, entre décembre 2009 et mai 2010, les taxis ont bénéficié de prix à la pompe jamais vu depuis... 2005. Durant ces six mois, les stations-service françaises ont vendu le litre de gazole à moins de 1 euro le litre.

Par ailleurs, en 2008, les artisans taxis ont obtenu du gouvernement une compensation après que la France eut été contrainte par une directive de l'Union européenne de ne plus leur accorder les 2.000 euros de franchise dont ils bénéficiaient sur les taxes frappant les carburants. Depuis cette date, ils bénéficient d'une exonération partielle de TIPP (taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers) qui leur impose de fournir aux douanes l'ensemble de leurs factures pour obtenir un remboursement. Une obligation contraignante puisqu'elle facilite, de facto, le travail des inspecteurs du fisc chargés d'évaluer la véracité de leur déclaration de revenus.

Selon la Fédération nationale des artisans du taxi (FNAT), ce dégrèvement représente "environ 600 euros". La Fnat assure même qu'en 2011 "cette même exonération partielle de TIPP, toujours par mise en conformité avec le droit communautaire va être réduite d?environ 180 euros".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2010 à 14:14 :
je n'ai que du mépris pour les taxis parisiens qui défendent leur bout de gras au dépend de tout le monde.
Je soutiens activement les taxis pirates seule solution pour rentrer chez soi les soirs de we après 1h30 du mat'...
Réponse de le 30/12/2010 à 17:29 :
c'est un raisonnement totalement idiot !
a écrit le 30/12/2010 à 10:05 :
Le résultat va être simple, le nombre de taxi pirates va augmenter, et ce n'est plus très difficile d'en trouver près des gares. Il faut juste négocier le tarif, comme on le ferai dans des taxis de villes d'amérique latine.
Ce qui est scandaleux c'est que les taxi parisiens ont le monopole du transport des passagers mais s'arrogent le droit de refuser une course à un client qui voudrait se rendre dans un lieu qu'ils considéreraient unilatéralement comme "sensible" (fin fond du 93 ou du 95).
Résultat : des zones entières de la région parisienne n'ont comme offre de transport disponible que les taxi pirates.
a écrit le 29/12/2010 à 22:01 :
Première chose à faire avec les taxis : les contraindre à prendre la carte bancaire.
Pour la première nation touristique, ce n'est pas brillant : la plupart ne prennent pas la carte, et quand ils ont l'appareil, pas de chance, il est "en panne" ...

Les nouvelles licences accordées devraient l'être contre un équipement CB, et l'augmentation des prix conditionnée à l'équipement du parc existant.
Réponse de le 30/12/2010 à 8:02 :
Et d'après vous pourquoi ils ne veulent pas de la carte ? A les entendre, c'est en raison des frais... J'en doute
Réponse de le 30/12/2010 à 9:00 :
Le cout d'un terminal GPRS carte bancaire pour info est de 30?/mois/HT, auquel il faut ajouter une commission de 0,4%
Réponse de le 30/12/2010 à 10:05 :
Encore un des rares métiers où on se fait encore pas mal d'argent "au noir".
Il suffit de faire un calcul de rentabilité à partir du prix des licences, et on se rend compte qu'il y a un truc qui "cloche" dans les chiffres.
On comprend mieux aussi pourquoi ils se mobilisent dès qu'on veut augmenter leur nombre. De toute façon les taxis , et surtout à Paris, c'est une honte à tous points de vue pour le premier pays touristique du monde.
ça rappelle un peu les dockers ....
a écrit le 29/12/2010 à 16:55 :
Vivement que le monde des taxis soit ouvert à la concurrence !
Réponse de le 30/12/2010 à 10:46 :
ce taxi boy comme ce nom l'indique veut mieux qui change du metier au lieu d'écrire ici des baitises!!
a écrit le 29/12/2010 à 16:35 :
Les copains de qui vous savez comme pour la consultation des médecins
Réponse de le 29/12/2010 à 17:42 :
Les taxis ne se comparent pas aux médecins. Comparé à d'autres pays, les médecins français offre un vrai service et ne sont pas chers contrairement à ce que croient les français. Dans beaucoup de pays la consultation d'un médecin est autour de 100-150 Euro, selon les cas, parfois jusqu'à 400 Euros ou plus pour un spécialiste (US, Canada, Brésil....).
Réponse de le 30/12/2010 à 11:28 :
médecine pour les riches ce dont vous parlez les cotisations des complémentaires seront à combien? Je viens de recevoir ce matin amicil +7,5%
a écrit le 29/12/2010 à 16:29 :
Vous voulez dire libéraliser sans doute ?
a écrit le 29/12/2010 à 15:58 :
Il faut liberer cette profession
a écrit le 29/12/2010 à 14:37 :
en voyant les articles dans la même rubrique me vient une question simple : on n'aurait pas des problèmes avec les transports dans ce pays? Avion gelés, train en retard, transports en grève, route enneigés et taxis hors de prix... On est dans quel pays déjà?
Réponse de le 29/12/2010 à 15:55 :
On vit dans le pays où les gens preferent acheter un Ipad a 400 euros plutot qu'une bonne paire de chaine a 45 euros qui leur permet de rouler en securite en toute situation en hiver. Car l'Ipad c'est tendance et ca permet de frimer et n'ose pas depenser 45 euros dans une paire de chaines qui leur eviterait des accidents ou de passer 5 heures dans les bouchons au moindre flocon de neige.
On vit dans un pays où les gens ont perdu tout sens de priorité et tout bon sens se reposant sur l'assistanat.
Réponse de le 30/12/2010 à 10:01 :
on doit aussi avoir un problème avec l'orthographe non?
a écrit le 29/12/2010 à 14:14 :
Que dire... les taxis parisiens ont tous les avantages:
a) peu nombreux, donc toujours des clients (Paris est la seule grande ville que je connaisse où il est impossible d'avoir un taxi certains soirs, ou le matin, même pour aller à l'aéroport).
b) les règles des tarifs ne sont même plus affichées comme autrefois dans la voiture sur la vitre
c) si on commande un taxi, le prix de la course commence là où le taxi se trouve (on doit donc lui faire confiance sans aucune possibilité de contrôle) et donc pour le même service le prix peut varier
d) si on appelle un réseau de taxi on paye 0.50 Euro la minute !
e) si on réserve par internet on paye 3 Euros!
f) le prix minimum de la course est de 6 Euros alors qu'on paye déja 2.50 pour entrer dans le taxi
g) ils ne sont pas aimables.
Bref il faut une sacré dose de patience pour supporter ce système que je ne qualifierais pas de peur d'être censuré.
Sarkozy avait promis une réforme dès son arrivée au pouvoir. Il a reculé. Cette reculade symbolise toute la politique qui a suivi... et l'impossibilité de réformer le pays.
Réponse de le 29/12/2010 à 14:35 :
rien à rajouter tout y est !

Le mieux c'est que lorsque vous réservez pas un service en + de la communication on vous demande 5? payable par carte pour être certain que le taxi sera là entre 17h et 20h ou entre 78h et 10h.... Et il faut mettre l'accent sur les appels de nuits... moyenne d'attente : 30 minutes facturées pour pouvoir rentrer chez soi... vu que les bus de nuits sont légèrement mal famés et que le métyro stop à 1h30 (le samedi) il y a peu de choix... On se fait bien avoir !
Réponse de le 29/12/2010 à 14:53 :
Le plus déprimant, c'est qu'en Grande-Bretagne ou en Allemagne, on trouve des taxis partout et à tout moment. Ils sont dans l'ensemble courtois et serviables. Je me souviens qu'à Berlin, j'ai commandé un taxi la veille de mon départ. Sa Mercedes -propre- attendait en bas à l'heure et n'a mis en route son compteur qu'une fois mes valises rangées dans le coffre. Apparemment, c'est la règle et pourtant le prix des courses est moins cher outre-Rhin.
Réponse de le 29/12/2010 à 15:28 :
En effet, pour avoir voyagé souvent, je ne connais pas de ville pire que Paris pour les taxis: Londres, Berlin, New York, Montreal, Rio, Sao Paolo, etc... même Rome! Sans parler de pays dit du tiers monde qui ont fait beaucoup de progrès et où les taxis fonctionnent mieux et sont aimables. Le terme "Mafia" serait il approprié pour qualifier cet odieux racket auquel nous sommes soumis à Paris avec la bienveillance des services publics et politiques, trop peureux de représailles. Il faut absolument casser ce monopole, mais qui en aura le courage ?
Réponse de le 30/12/2010 à 9:31 :
c'est le groupe G7 qui possède un monopole avec également une majorité de blocage chez taxis bleus
a écrit le 29/12/2010 à 14:03 :
franchement on se fait plumer... le pire c'est sur la côte d'azur. C'est un beau métier, entre les taxis qui arrivent avec 15euros au compteur, les surôûts de valise, les zones etc. on est de bons pigeons à plumer sans relâche... c'est bien de marcher ou de prendre le métro du coup !
Réponse de le 30/12/2010 à 8:16 :
qu attendez vous a lire vos commentaires pour rejoindre cette corporation de nantis?Il semblerait que l'aigreur ne prenne jamais de vacances!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :