La SNCF prépare un TGV low cost

 |   |  583  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
La SNCF va mettre en place des liaisons internationales en autocar, disponibles pour les Jeux Olympiques de Londres en juillet, et travaille à l'élaboration d'une offre de TGV low cost.

La SNCF va lancer des liaisons internationales par autocars, offre qui pourrait être disponible pour les jeux Olympiques de Londres qui débutent le 27 juillet, et travaille à l'élaboration d'une offre de TGV low cost, selon la directrice générale de SNCF Voyages Barbara Dalibard. "Nous travaillons au lancement d'une offre de qualité, confortable et populaire, sur les trajets internationaux", a expliqué Barbara Dalibard, dans un entretien au quotidien économique Les Echos de vendredi.

"La demande de transport collectif reste forte et la SNCF souhaite y répondre en mettant en place de nouvelles activités, complémentaires du train", a-t-elle précisé. "L'objectif est ainsi de prendre des parts de marché à la voiture, par rapport à laquelle l'autocar représente un moyen de transport nettement plus écologique et très sécurisé". "Nous devons encore obtenir un certain nombre d'autorisations, mais nous espérons être prêts pour les jeux Olympiques de Londres", a indiqué Barbara Dalibard, en précisant que la plateforme de correspondances ("hub") du réseau devrait se trouver à Lille pour desservir les grandes capitales européennes: "Paris, Londres, Bruxelles et Amsterdam dans un premier temps".

Concurrencer Eurolines et Megabus

Barbara Dalibard a précisé que les autocars "Speed" -nom de code de la nouvelle offre, précisent Les Echos- n'utiliseront pas la gare routière de Paris. La SNCF a "sollicité la mairie de Paris pour trouver un site proche du périphérique, simple d'accès pour nos clients et sécurisé".

Avec cette nouvelle offre commerciale, la SNCF va concurrencer Eurolines ainsi que Megabus, filiale du transporteur britannique Stagecoach dont les services entre Londres et Paris ont débuté le 12 avril, avec des prix commençant à partir d'un euro. "L'arrivée sur le marché d'un concurrent comme Stagecoach est un challenge supplémentaire. Mais nous avons les moyens de garantir des places bon marché, en utilisant les mêmes outils tarifaires que dans le train", a indiqué Mme Dalibard, précisant que les 46 autocars achetés disposeront d'un accès wifi "qui sera compris dans le prix" du billet, ainsi que de places pour personnes à mobilité réduite et en fauteuil roulant.

"La fréquence des départs est un élément important pour attirer ceux qui utilisent d'ordinaire la voiture. Nous avons l'intention de monter en charge progressivement", a-t-elle ajouté.

Un TGV low cost à l'étude

Régulièrement soumise aux critiques pour l'augmentation constante de ses tarifs, la SNCF travaille également à l'élaboration d'un TGV low cost dans le cadre d'une "meilleure segmentation de (l')offre, en examinant attentivement les besoins exprimés par les différents clients" "Certaines personnes souhaitent encore plus de confort et de services, ce à quoi nous répondons entre autres avec l'offre Pro 1ère. D'autres demandent qu'on leur propose une activité durant le trajet, c'est le cas par exemple avec IDzap sur IDTGV", a-t-elle relevé.

"D'autres encore sont très sensibles au prix, et le font primer sur un certain nombre d'autres aspects", a-t-elle poursuivi. "Pour répondre à cette dernière clientèle, nous travaillons effectivement sur une offre TGV low cost", a reconnu Barbara Dalibard, sans autre précision. Elle a par ailleurs estimé que le développement du TGV vers l'international devrait "représenter la moitié de (la) croissance dans le futur. La mise en place de l'offre TGV vers l'Italie a par exemple généré une croissance de 40% du trafic sur la ligne Paris-Milan, avec un taux de remplissage des trains qui dépasse les 90%".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2012 à 11:45 :
c'est quoi low cost
a écrit le 22/04/2012 à 15:04 :
Un TGV Low Cost ???
Aujourd'hui tout est low cost dans le TGV sauf le prix!!!! Il n'y a aucun service inclus !!?
Ni plateau repas, ni boisson, ni video, prises !!!!
Donc que vont ils enlever pour faire baisser le prix !? les sieges ??????
Réponse de le 23/04/2012 à 3:24 :
non le gars qui au départ nous crie dans le micro "je suis votre chef de bord".. on va donc enfin pouvoir lire sans être interrompu pas leurs messages publicitaires pour sandwichs déssêchés
a écrit le 20/04/2012 à 21:00 :
La SNCF va se bruler les ailes dans ce qu'elle ne sait et ne saura jamais gérer...Bon courage !
Réponse de le 21/04/2012 à 19:57 :
Elle a une filiale : KEOLIS ! Pourquoi ne lui confierait -elle pas se type de lignes ??
a écrit le 20/04/2012 à 18:32 :
Vivement l'arrivée de la concurrence et peut etre que xavier niel se lancera dans les transports :) !!
Réponse de le 21/04/2012 à 0:34 :
La privatisation? Sur le modèle Anglais? Non merci! Sacrifier un service public sur l'autel du dieu rentabilité+profits pour des interets privés ne profite à personne et surtout pas aux usagers. Ajouter à ça la dérégulation du marché et tout le monde sera comblé...
Réponse de le 22/04/2012 à 12:45 :
@lutner : le problème, dans service public, c'est que le mot service a été un peu oublié !! D'ailleurs, les fonctionnaires ont même inventé un mot pour redéfinir leur clientèle : les usagers (j'utilise ce mot pour les Kleenex qui sont à mon service, et que je jette sans ménagement selon mon bon vouloir).
A la SNCF (et c'est aussi valable ailleurs), le client semble être aux service des salairés, et non l'inverse !
a écrit le 20/04/2012 à 16:49 :
Les longues distances en train sont hors de prix. Comptez plus de €250 pour un aller-retour Bruxelles - Cannes que ce soit en train de nuit ou en TGV.
L'avion coûte la moitié! Cherchez l'erreur... Vivement un TGV low cost en effet!
Réponse de le 21/04/2012 à 0:41 :
Il ne restera pas low cost longtemps le TGV ou alors sous des conditions sûrement pas avantageuses pour quiconque. Quant vous tirez sur les prix vous entamez la qualité de service. Je ne sais pas sur quel sillon circulera ce super TGV pas cher mais ce ne sera sûrement pas devant les autres TGV
Réponse de le 22/04/2012 à 12:48 :
@Lutner :
et quand vous payez cher, la qualité n'est pas forcément là ! D'ailleurs, votre discours, je l'ai entendu chez SFR quand je me plaignait des prix trop élevés : n'empêche que maintenant, ils ont bien été obligés de baisser les prix : SFR ne sera plus la vache à lait du groupe Vivendi !
a écrit le 20/04/2012 à 15:11 :
La machine à grèves et prise en otage de ses clients étend ses tentacules sur les réseaux routiers.
Les licences de transports de voyageurs par route étant en numérus clausus (ou à peu près) et les lignes régulières dépendant aussi partiellement de l'accord de la SNCF, elle bloque ainsi le développement de ses concurrents .
Réponse de le 21/04/2012 à 14:02 :
tu portes vraiment bien ton nom...
Réponse de le 22/04/2012 à 12:50 :
la machine à grève ne s'étendra pas aux transport par autocar, car comme pour Keolis (autocars) et Geodis (camions), ces filiales SNCF n'intègrent pas de fonctionnaires blasés mais seulement des salariés qui veulent bosser !
a écrit le 20/04/2012 à 13:12 :
J'adore l'argument "écologique et sécurisé" de l'autocars en comparaison de la voiture. Et pourquoi pas en comparaison des poêles à mazout tant qu'on y est. La SNCF donne dans les autocars à tout va à présent en s'ecartant un peu plus de son coeur de métier qui reste les trains. Il est vrai qu'un autocar pollue cent fois moins qu'un TER éléctrique ou un TGV...En quoi la SNCF a t'elle besoin de concurrencer Euroline sur le marché de l'autocar international?? A c'est vrai, la rentabilité.... Alors à quant les avions pour concucurencer Ryan Air?
Réponse de le 20/04/2012 à 14:20 :
Très bel argument, je pensais la même chose: rentabilité
Réponse de le 21/04/2012 à 19:59 :
C'est fou comme le mot Rentabilité est une monstruosité ! a croire que chercher à équilibrer les comptes est une ineptie : les Père Noel électoraux ont encore frappés !!!
a écrit le 20/04/2012 à 11:08 :
Bonjour - J'ai peur des prix... Si comme pour le train, il faut un chef de gare, un guichetier, un conducteur + un adjoint, un contrôleur, etc... Où va-t-on aller ?
Si en plus on ajoute la CGT, c'est complet...
L'idéal serait que la S.N.C.F., et son personnel, ne s'imaginent plus être dans les annes 30 ou 50,... mais il y a les acquits... Quelle tristesse ! Comment s'en sortir ?
Réponse de le 20/04/2012 à 16:08 :
Ne vous inquietez pas. Ce seront des filiales privées avec des gens payés au lance pierre qui travailleront dans ces usines à gaz.... Puisque c'est ce que vous voulez!!!!
Réponse de le 21/04/2012 à 18:34 :
Espèrons la naissance d'un Free dans le secteur du transport en France
car la SNCF c'est vraiment pas le pied en terme de tarification ... c'est mauvais de chez mauvais ... commencez par faire du rapport qualité prix sur le train, avant de vouloir vous occuper de choses que vous ne connaissez pas ... vous y gagnerez aussi beaucoup plus en ne prenant plus les usagers (devenus "clients" depuis votre mise sur le marché!) pour des pigeons incultes !
Réponse de le 21/04/2012 à 20:02 :
1/ la SNCF est déjà dans le trio de têtes des autocaristes français, avec sa filiale Kéolis;
2/ Marin a raison lorsqu'il dit qu'il faudrait que certaines catégories de personnel pensent qu'on est au 21e siècle !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :