Qatar Airways ferme ses vols de Nice et muscle son offre à Paris

Faute de créneaux supplémentaires en France pour développer ses vols au départ de Paris, la compagnie du Golfe va arrêter le 31 mai ses trois vols par semaine Nice-Doha pour les transférer à Roissy afin de proposer trois vols par jour entre Paris et Doha.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La problématique de l'octroi de droits de trafic (autorisations de vols) supplémentaires en France pour les compagnies du Golfe revient sur la table. Alors qu'Emirates, la compagnie de Dubai souhaite disposer de plus de vols en France pour augmenter sa présence dans l'Hexagone, notamment en régions, Qatar Airways a été obligée de chambouler son programme de vols vers la France, faute de créneaux supplémentaires. Selon nos informations, la compagnie du Golfe va arrêter ses vols trois vols hebdomadaires Doha-Nice le 31 mai prochain pour les transférer dès le 1er juin à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle pour augmenter la fréquence des vols Paris-Doha.

Requête refusée

C'était le seul moyen pour augmenter sa présence à Paris sans dépasser le nombre maximum de vols autorisés dans l'accord bilatéral sur les services aériens entre la France et le Qatar, fixé à 21 vols par semaine. Ainsi, Qatar Airways va proposer trois vols par jour entre Paris et Doha (le matin, vers midi, et le soir), lui permettant de proposer toutes les destinations de son réseau avec de très courts temps de correspondances à Doha. Ces trois vols quotidiens constituent l'offre (en nombre de vols) la plus importante des compagnies du Golfe à Roissy. Emirates en effet n'est pas en tri-quotidien tous les jours. Qatar Airways a demandé une dérogation pour maintenir ses vols à Nice (qui passent par Milan). Une requête qui leur a été refusée.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 20/04/2013 à 22:04
Signaler
Bonjour On entend dire que la rentabilité et les coûts d?exploitations sont trop élevés, et la demande insuffisante, pour maintenir ou ouvrir des liaisons aériennes long-courrier au départ des autres villes françaises que Paris. Cet argument qui ...

à écrit le 18/04/2013 à 18:52
Signaler
Si CDG n'en veut pas, ils n'ont qu'à venir poser leurs roues à Vatry. La Champagne-Ardennes les accueillera avec grand plaisir ! :-)

le 08/05/2013 à 12:23
Signaler
Et une fois la a Vatry, on fait quoi ? On chasse le perdreau ? C'est un peu desert l'endroit ... Je ne suis meme pas sur qu'il y ai un taxi sur le site ...

à écrit le 18/04/2013 à 16:19
Signaler
Le "story telling" marche à plein dans cette industrie. Ou comment faire "semblant" d'être obligé de fermer cette escale... Depuis le temps (des dizaines d'années) que les vols au départ des métropoles de province ont factuellement démontré leur inef...

le 18/04/2013 à 16:43
Signaler
sauf pour les vrais compagnies lowcost, qui paient leurs employés de façon limite, et essaient d'échapper astucieusement aux charges diverses qui pèsent sur le transport aérien.

à écrit le 18/04/2013 à 16:10
Signaler
Ce repli sur Paris avec un renforcement de la ligne Paris-Doha ne serait-il pas un moyen de fermer sans aveu d'échec une ligne Nice-Doha peu rentable ? A-t-on une idée de la rentabilité économique des lignes de Qatar Airways ? Quand observera-t-on le...

le 18/04/2013 à 16:35
Signaler
+1

le 18/04/2013 à 16:42
Signaler
le coût du carburant n'est-il pas assez stratégique pour une compagnie aerienne. Il semble que les compagnies du golfe aient un avantage compétitif dans ce domaine.

le 21/04/2013 à 13:07
Signaler
Ce n'est pas vrai du tout. On le voit bien avec le très fort développement d'Emirates à Nice depuis le vol quotidien (et passage en 777-300 désormais bien rempli d'hiver déjà) et le bon lancement sur LYS. QR voulait même passer quotidien sur NCE avec...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.