Faut-il privatiser Aéroports de Paris ?

 |   |  945  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Malgré son projet de cessions de titres, l'Etat restera majoritaire au capital de ce qui est aujourd'hui le deuxième groupe aéroportuaire européen. Une opération qui pose néanmoins la question d'une éventuelle future privatisation, aujourd'hui difficile à faire passer dans le paysage de la majorité et qui relancerait le débat sur l'intérêt stratégique d'ADP.

L'Etat cherchant à remplir ses caisses, c'est sans donc sans surprise qu'il a décidé ce jeudi de céder une partie des 54,5% du capital qu'il possède dans Aéroports de Paris (ADP) aux côtés du Fonds stratégique d'investissement (FSI) qui en détient 5,6%. Comme l'étaient EADS et Safran, dans lesquelles l'Etat a également cédé récemment une partie de sa participation pour au total 1,19 milliard d'euros , ADP est également bien valorisé.  L'opération devrait rapporter 690 millions d'euros sur la base du cours du 29 mai.

«On voit bien qu'à part les valeurs qui touchent de près ou de loin à l'aéronautique, il n'y a pas grand-chose à vendre », explique un banquier. Thales serait également une opportunité mais la présence de Dassault à son capital rend les choses plus compliquées. Quant à EDF ou Orange, il faudrait que les cours de Bourse progressent fortement pour qu'une cession puisse être envisagée sans que le gouvernement ne soit accusé de brader.

L'Etat reste majoritaire
Dans l'opération ADP, l'Etat entend rester majoritaire. Pas sûr du coup qu'elle intéresse Vinci (qui possède déjà 3%) si l'Etat ne veut pas aller plus loin.
Mais,si la cession de 10% du capital rapporte déjà 700 millions d'euros à l'Etat, pourquoi ne pas en vendre davantage et ne pas privatiser ? Par simple refus idéologique ? Par calcul politique ? Parce que les aéroports sont, comme les ports, considérés par la quasi-totalité des Etats comme stratégiques ? La réponse est dans tout cela évidemment.

Pour privatiser il faut changer la loi
Tout d'abord, si l'Etat souhaite passer en dessous de la barre des 50%, il lui faut modifier la loi aéroportuaire de 2005, comme cela avait été le cas en 2005 pour GDF. Risqué aujourd'hui de faire passer une loi de privatisation avec la seule majorité PS (qui perd des sièges et dont la frange gauche refusera), sachant que les Verts et le Front de Gauche s'y opposeront. Un nouveau camouflet serait en effet désastreux pour l'image du gouvernement.

Sauf en cas d'affolement politique, certains observateurs ne voient pas donc d'éventuelle privatisation avant la prochaine législature, à condition que la droite revienne au pouvoir. D'autres n'excluent pas qu'une privatisation puisse être lancée d'ici à la fin du quinquennat. "C'est un gouvernement  pragmatique", explique un autre analyste qui parie sur une privatisation au second semestre.

Un actif stratégique?
Mais, au-delà de ces débats, se pose la question de fond. ADP est-il un actif stratégique et à ce titre doit-il rester dans la sphère publique ? Un regard sur ce qui se pratique ailleurs dans le monde, est édifiant. Dans la quasi-totalité des pays de la planète, les aéroports sont dans le giron de l'Etat. Ils sont bel et bien considérés, en particulier les portes d'entrées internationales, comme des actifs stratégiques, indispensables à l'économie d'un pays et à son rayonnement. C'est notamment le cas aux Etats-Unis.

« Aéroports de Paris a aussi une mission d'intérêt général en participant aux côtés de l'État aux actions de sécurité, de sûreté (attentats), d'environnement et d'aménagement du territoire », expliquait en 2008, l'ancien PDG d'ADP, Pierre Graff, dans une interview à La Tribune. L'interrogation sur une privatisation porte sur deux risques : la baisse des investissements colossaux nécessaires pour ces infrastructures (15 à 20% du chiffre d'affaires en période de basse eaux), et la hausse possible du montant des différences redevances dans le but d'améliorer le retour sur investissement.

« En outre, dans le cas d'une vente à un groupe contrôlant plusieurs aéroports, la France s'expose au choix possible de l'actionnaire pour investir dans un aéroport autre que Roissy », estime le même expert. Pour autant, l'exemple britannique montre que la privatisation de BAA n'a pas entraîné de désastre pour les aéroports londoniens, dont le frein à l'investissement se situe dans le refus politique d'autoriser la construction d'une troisième piste à Londres-Heathrow.

Le risque d'une baisse des investissements et d'une hausse des prix
Pour un banquier tenant de la privatisation, «il n'y a pas de raisons de ne pas privatiser des infrastructures qui dans tout les cas sont contrôlées à travers la régulation ». Depuis 2006, l'Etat signe tous les cinq ans un contrat de régulation économique (CRE), qui fixe notamment le niveau de hausse des redevances, les investissements et les objectifs de qualité de service. Un argument que réfute un proche d'Aéroports de Paris. «On l'a vu pour les autoroutes, les prix ont augmenté. Par ailleurs, aucun investisseur ne mettra 4 milliards d'euros pour racheter ADP sans veiller au préalable à obtenir de l'Etat des CRE lui garantissant des hausses tarifaires. Et le gouvernement lâchera s'il a besoin d'argent », explique un observateur.
Dernier obstacle, et non des moindres, à une privatisation totale d'ADP :  le gestionnaire des aéroports parisiens a la pleine propriété de ses actifs (pistes, tours de contrôle...), une situation assez unique. Il semble difficile pour l'Etat d'en perdre entièrement le contrôle pour des raisons stratégiques assez compréhensibles. Il faudrait donc qu'en cas de cession, il récupère une partie des actifs. " Mais il faudrait alors indemniser le million d'actionnaires qui, pourrait s'estimer spolié. C'est compliqué », explique-t-on.

Une privatisation est conciliable avec une entreprise stratégique. De nombreux cas dans le monde et en France en témoignent dans l'industrie de défense et l'énergie. Le tout est que l'Etat dispose des moyens de s'opposer à tout projet contraire aux intérêts du pays. Le meilleur moyen est le maintien d'une participation lui garantissant une minorité de blocage.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2013 à 20:32 :
Ne serait-ce pas une bonne chose? Les mots "productivité et rentabilité" arriveraient enfin aux oreilles de certains employés
a écrit le 31/05/2013 à 17:47 :
Privatiser c'est responsabiliser avec des comptes à rendre ! Ce qui n'est bien entendu, pas du tout du goût des collectivistes qui veulent bien être responsables mais jamais coupables ! Elle est pas belle la république socialiste française ?


a écrit le 31/05/2013 à 16:11 :
il faut surtout commencer par fermer le terminal3 de l'aéroport CDG, une vraie honte !
a écrit le 31/05/2013 à 15:24 :
j ai toujours ete pour des privatisation de tout car pour l ETAT ne doit s occuper des choses moins difficiles a faire car quand on voit dans l Etat ou il est en ce moment la on a pas confiance en lui aussi je dis que si c'est un privé qui s en mele il èy a de grandes chances que cela soit plus sensible et je suis très content de le dire j avai déja dis que l ETAT s occupe du petit peuple et de sa securité 'c est a peu pret ce qu il peut faire sans etre ennuyé;
a écrit le 31/05/2013 à 15:19 :
ils ont bien vendu leur âme alors pourquoi ne pas vendre ce qu'il ne leur appartient pas ! j'ai toujours entendu dire que pour réaliser du profit il fallait investir et non revendre ce qui est susceptible de rapporter si peu cela soit-il ! Vendons, vendons enfin donnons car il est plus facile de brader que de négocier le prix réel avec de vrais financiers qui eux savent gérer leur patrimoine
a écrit le 31/05/2013 à 13:59 :
Chaque année le classement international annuel, classe les aéroports d'A.D.P, en queue de palmarès mondial, et meme en queue de palmares européen. " A.D.P : Aéroports les plus détestés au monde selon le classement mondial "
J'ai vécu ce terrible 8 Décembre 2010, dans leurs "aéroports" A.D.P leur manque de moyens pour déneiger, la non-information absolue, leur mépris, la non-assistance aux milliers de personnes plusieurs nuits sur le carrelage sans rien : "compensation" (énorme selon eux : du cynisme, boutiques hors de prix ouvertes constamment durant ces évènements). Quand on leur parle d'absence totale de confort et de services, contrairement à tous les autres aéroports HUMAINS, ils répondent, faignant de s'étonner, "pourtant nous ouvrons et ouvrirons toujours plus de boutiques"( c'est çà : boutiques, le confort et le service, et le bien etre vécus autrement dans tous les aéroports étrangers) : leur unique préoccupation unique : les loyers commerciaux. L'ancien Président de La République a été à deux doigts de limoger l'ancien P.D.G pour son inhumanité et son cynisme en déc 2010. Les "taxes" aéroports représentent la moitiée du prix d'un billet d'avion. L'état détient 60.2% du capital, et doit y rester. Sinon, ce sera pire encore, avec des "taxes" aéroport en augmentation annuelle fulgurante, comme pour les autoroutes privatisées en 2005 par Chirac-De Villepin. Je parcoure le monde entier constamment. Les aéroports d'A.D.P sont des bétaillères honteuses pour Cette France
Réponse de le 31/05/2013 à 16:42 :
@Pilotin : Nous n'acceptons pas toujours les vérités dites par quelqu'un. Nous avons plutôt tendance à les négliger, les critiquer, les juger d'un mauvais ?il... Mais là, nous sommes obligés de convenir que ce qu'a été dit est vrai. Cependant, il n'y a pas que l' A.D.P qui soit « mauvais », cela concerne à peu près toutes les Entreprises Publiques. Nous disons que « Toutes les Entreprises Publiques » gèrent mal, ? soit le responsable en est incapable, soit ceux qui y travaillent sont irresponsables ? car je crois que dans aucun autre pays, une telle négligence existe. Nous n'avons cependant pas le choix, nous devons l'accepter. C'est notre « cadeau » après la Révolution Française. A partir de là, le « pouvoir d'un seul » a été remplacé par le « pouvoir collectif », dont le logo est la démocratie, mais la relation envers le peuple n'a pas changé. La monarchie a été remplacée par la démocratie. Par exemple, le pouvoir législatif a été remplacé par l'Assemblée Nationale, le pouvoir exécutif a été remplacé par le Conseil Constitutionnel et le pouvoir judiciaire est à peu près resté le même car l'inégalité de justice existe elle aussi toujours, et son niveau d'accès est trop bas pour certains. La royauté a été remplacée par un Gouvernement. Le sujets et les paysans se sont transformés en un seul peuple/ouvriers. Et entre les deux, nous avons crées des systèmes de dialogue sociaux, ? après avoir eu vents de ces nouvelles, Liberté, Égalité, Fraternité, le peuple doit penser que les dialogues sociaux sont fait pour eux, alors qu'ils ont été crées par les dirigeants et pour leur intérêt, pour que le peuple ne se rebelle pas, ce qui est en réalité, pour le peuple, une fausse piste ? qui servent de liaison. La seule nouvelle chose, c'est la conviction du peuple envers ces nouveautés (jours de congé, vacances, etc). C'est ça, la cause de tous nos maux. Nous avons été irréfléchis, ce qui est la cause de notre perte de la responsabilité de nous-même. Que les gens apprécient ou pas, nous construisons nos propres lois, nous le faisons, car nous pensons que nous sommes le meilleur d'entre tous. C'est un « feeling » phénoménal. Si nous voulons donc la sécurité de nos enfants, il vaut mieux, même pour que le pays se développe, privatiser toutes les entreprises publiques.
a écrit le 31/05/2013 à 13:30 :
à JP Mogan et Goldmann Sachs !?

Non!
a écrit le 31/05/2013 à 11:55 :
il serait temps de mettre à niveau les 2 aéroports par rapport aux sites étrangers. Liaisons ferroviaires correctes avec la ville, facilité de circulation d'un terminal à l'autre, absence de grèves continuelles... Tout un programme.
a écrit le 31/05/2013 à 11:54 :
S'il s'agit d'un monopole opérationnel, la constitution est très claire : cela doit rester propriété publique. Par contre l'Etat peut parfaitement séparer en deux parties, en gardant sous contrôle total l'infrastructure, bien collectif, mais en créant une société d'exploitation concurrentielle, voir plusieurs selon les métiers. D'une manière générale, l'Etat (c'est a dire nous) doit conserver les infrastructures durables (et dans le genre un aéroport ne va pas disparaitre du jour au lendemain), et privatiser les services... De la sorte, il n'y aura pas création de rente de situation par un privé sous prétexte de disposer d'une infrastructure en monopole. Malheureusement l'Etat a tendance a faire le contraire (genre hôpitaux en PPP) en cédant le monopole du bâtiment, et en assumant la charge du personnel, ce qu'il sait le moins bien faire. Remettons les choses dans le bon ordre, l'infrastructure reste nationale ou régionale, et les services sont mis éventuellement en concurrence, avec une location des infras.
a écrit le 31/05/2013 à 11:32 :
oui et qu'il puisse mieux fonctionner.A l'état actuel c'est un aéroport du 3.ème monde..
90 % des aéroports dans le monde sont privés.Pourquoi pas en France?
Réponse de le 31/05/2013 à 12:01 :
Merci d'éviter la désinformation. Seulement 5% des aéroports du monde sons privatisés a ce jour, même si la tendance progresse. Mais quand il s'agit de faire des conneries, nos chers (et couteux) politiques, inaptes a une gestion saine, veulent toujours faire partie des premiers de la classe, en bradant tout a n'importe qui... C'est d'ailleurs bien le seul domaine dans lequel ils sont premiers de la classe...
Réponse de le 31/05/2013 à 12:57 :
Sinon, au lieu d'avancer des pourcentages d'un côté comme de l'autre, sourcez vos réponses et cela fera gagner du temps à tous les lecteurs qui, nous le savons, apprécient les commentaires souvent pertinents de ce site.
Réponse de le 31/05/2013 à 17:34 :
Une référence dans ce rapport en page 13 par exemple : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_dialogue/---sector/documents/meetingdocument/wcms_201846.pdf
a écrit le 31/05/2013 à 10:54 :
Oui,Monsieur..........................................................................................................................................................................................................?
a écrit le 31/05/2013 à 10:50 :
Tout cela dépend si il rapporte du fric il faut le garder, s'il est dificitaire alors oui. Ne vendons
pas la poule au oeufs d'or, comme le fit un président de la république vendre les autoroutes
nous devrions, nous français exiger des comptes, idem pour celui qui a vendu EDF, chaqu'un
sait que ce sont nos ancetres qui ont remboursé les anciens propriétaires privés, comme
chez "la compgnie électrique du Nord etc... Nous sommes comme jadis les anciens
"aristo" quipour conserver leurs trains de vie vendirent leurs terres etse retrouvérent "nus"
dansleurs chateaux
Réponse de le 31/05/2013 à 11:25 :
Et bientôt les châteaux tombèrent en RUINE..!!!! Ils n'étaient plus RICHES PROPRIETAIRES ....La seule RICHESSE c' est le TRAVAIL...Encore faut-il le récompenser .La redistribution pour AIDER ..= ..OUI ...Pour ASSISTER ..NON......L' ETAT vendrait-il l'aéroport pour payer la fonction publique ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :